I am already registered - Login:


Don't have an account yet?

Click here to register


DIDAY, FRANÇOIS

* 12.2.1802 Genève, † 28.11.1877 Genève

Vitazeile Peintre de paysages, professeur de dessin, l'un des chefs de file du romantisme à Genève Tätigkeitsbereiche peinture, dessin, peinture à l'huile Lexikonartikel Fils de Jean-Louis, horloger d’origine vaudoise, et de Marianne Ducommun, tailleuse d’habits d’origine neuchâteloise, François Diday entre à l’âge de onze ans dans la classe de dessin de Louis-Théodore Constantin-Hiertzeler à Genève, puis suit les cours de l’Ecole de la Société des Arts, tout en coloriant des vues pour les marchands. Il se lie d’amitié avec Adrien Rival, avec qui il fait des courses de paysage dans la région, avec Charles-Joseph Auriol, qui l’introduit auprès de collectionneurs chez qui il réalise des copies, et avec Joseph Hornung. Auguste Robineau, peintre français de passage à Genève, fait de la publicité à son jeune talent. En 1823, il entre dans l’atelier d’Antoine-Jean Gros à Paris, où il ne restera que quelques mois, et expose pour la première fois des paysages au Salon de la Société des Arts à Genève. Grâce à une allocation de cette dernière, il entreprend l’année suivante le voyage en Italie, en compagnie de Rival. Les jeunes gens séjournent à Rome, où ils retrouvent Jean-Léonard Lugardon, et à Naples. Le manque d’argent les fait rentrer en 1825 déjà; Rival meurt peu après. Contrairement aux avis d’Adam Töpffer, qu’il suit alors dans ses courses sur le motif, Diday aborde bientôt le répertoire montagneux, avec une prédilection pour l’Oberland bernois. Rodolphe Töpffer l’en félicite, mais lâchera bientôt son premier poulain pour Alexandre Calame. Celui-ci comptera parmi les premiers élèves que prend Diday à partir de 1829.

Exposant régulièrement à Genève, Diday figure aux livrets des expositions des autres cantons suisses, de Paris et de Lyon, d’Allemagne, de Bruxelles ou encore de Londres, recevant plusieurs distinctions. Son livre de commandes et ventes témoigne de son succès auprès d’une clientèle cosmopolite, comprenant de nombreuses têtes couronnées. En 1837, il fait l’acquisition d’une maison au pied du Salève, où il s’installe quelque temps avec sa mère. Gravissant les échelons de la hiérarchie militaire jusqu’au grade de major, ce patriote sera l’adjudant du général Guillaume-Henri Dufour lors de la campagne du Rhin en 1856. Sympathisant d’un libéralisme modéré, qui le fait s’opposer tant aux radicaux qu’aux conservateurs, il devient membre du Conseil municipal de Genève en 1854 et sera réélu pendant vingt-cinq ans. En 1852, il est le premier président de la Section des beaux-arts de l’Institut national genevois créé par le politicien James Fazy, sans renoncer pour autant à sa qualité de membre de la Classe des beaux-arts de la Société des Arts. Il participe à la société d’artistes Le Brunswick, créée par ses élèves et ceux de Calame, et fonde le Cercle des artistes en 1851, voué notamment à la défense des intérêts des peintres. Fort de son expérience personnelle et de sa longue pratique pédagogique, il proposera au Conseil municipal la création d’une école publique et gratuite de dessin de paysage, et s’efforcera de réformer les concours dont il déplore les programmes trop peu précis. Ses voyages le mènent en France, en Hollande et en Allemagne; il retourne deux fois en Italie et se rend encore à Paris pour voir l’exposition de Camille Corot en 1875. Au soir de sa vie, le vieux maître apprécie paisiblement cette œuvre si différente de la sienne, et c’est dans la continuité de sa générosité à l’égard des autres artistes qu’il répartit sa fortune entre les siens et différentes institutions. La Ville de Genève se voit dotée de deux immeubles dont le revenu servira à acquérir des œuvres d’artistes suisses, et la Classe des beaux-arts d’une somme destinée à l’organisation de concours de paysage ou de figure dont Hodler sera un des grands bénéficiaires. Il lègue aussi à la Classe des beaux-arts une centaine de dessins d’après nature et autant d’études peintes. Ces dernières, conformément aux dispositions testamentaires de l’artiste, seront en définitive vendues pour alimenter le Fonds Diday. On connaît le mot de Charles Baudelaire dans le Salon de 1845: «Calame et Diday. Pendant longtemps on a cru que c’était le même artiste atteint de dualisme chronique; mais depuis l’on s’est aperçu qu’il affectionnait le nom de Calame les jours qu’il peignait bien...» De fait, dans cette rivalité qui opposa les deux peintres et plus encore peut-être leurs partisans, Diday fut loin de conserver son avance d’aîné. En cette époque où les acquisitions pour le musée genevois, fruits de souscriptions publiques, étaient rares, il est significatif d’observer que L’orage à la Handeck de Calame précéda de quatre ans Le chêne et le roseau de Diday, entré en 1843 seulement au Musée Rath. Le jugement sévère de Baudelaire parait fait pour confirmer la «déception» de Rodolphe Töpffer, passés les premiers encouragements adressés au jeune peintre. Töpffer pourtant ne semble pas avoir été seulement animé de considérations esthétiques. La sympathie de Diday pour les forces libérales contrariait ses propres convictions politiques, et sans doute sa préférence pour Calame était-elle favorisée par la personnalité de ce dernier, plus intérieure et plus sombre, faisant écho à la mélancolie qui habitait Töpffer, sous la surface caustique de ses œuvres, depuis que sa vue déficiente l’avait obligé de renoncer à peindre. Diday était tout le contraire. Bon vivant, célibataire aimant la vie en société et ses plaisirs bruyants, il était, aux dires de son ami François Gas, «...un beau spécimen de l’espèce humaine, d’une belle et vigoureuse stature et moulé comme un modèle antique». La critique du temps fut partagée. On releva la facture un peu sèche et laborieuse, l’excès de détails dans lequel l’effet d’ensemble se perd, une tendance à la répétition, notamment pour les ciels nuageux... Le paysage alpestre lui-même, dans sa vision romantique grandiloquente, ne tarda pas à susciter une certaine lassitude. Mais on salua aussi le fondateur d’un genre promis à une belle fortune. Diday, Calame et leur cohorte d’élèves donnèrent à l’école genevoise ses lettres de noblesse, la rendant célèbre dans toute l’Europe. Une analyse approfondie de l’œuvre de Diday, devrait par ailleurs s’intéresser à son goût de la puissance physique, y compris dans la sérénité, tranchant avec le mysticisme de Calame, à son approche plus réaliste que poétique, perceptible par exemple dans Les baigneuses du lac de Brienz (1850). Il importe enfin de rendre hommage au dessinateur. Comme tant d’autres à cette époque où le «fini» et le sentiment de la nature sont devenus difficilement compatibles, Diday se révèle bien plus séduisant dans la liberté de l’étude, peinte ou dessinée. Il y règne une sensibilité, une franchise, une économie bienvenues. Le peintre ne l’ignorait pas. Jetant à la fin de sa vie un regard sévère sur sa longue carrière, il commenta ainsi le legs qu’il fit à la Classe des beaux-arts: «Je considère ces études peintes d’après nature comme la partie la plus intéressante de mon œuvre d’artiste et je prie la Classe des beaux-arts d’avoir égard à l’affection toute paternelle que je leur porte afin que dans l’emploi qui en sera fait par elle, elle concilie autant que possible son intérêt, avec ma réputation d’artiste genevois.» Œuvres: Genève, Musée d’art et d’histoire; Genève, Société des Arts. Sources: Genève, Société des Arts, livre de raison et copies de lettres.


SIKART Lexikon zur Kunst in der Schweiz

Danielle Buyssens, 1998, actualisé 2016 https://www.sikart.ch/kuenstlerinnen.aspx?id=4022884


Werke aus unseren Auktionen




Filter

X
All catalogues
X
Motif/Genre
X
Century
X
Country/Region
X
Medium
X
Auction Date

search


My Search

If you would like “My Search” to save the search term "" and to be notified in the future when we find a corresponding object, please click here.
reset

Sortieren



Lot 523* - G60 Swiss Art - Wednesday 15 November 2017, 07.00 PM

FRANÇOIS DIDAY

(1802 Geneva 1877)
Vue sur le Mont Blanc avec le lac Léman au premier plan, 1855.
Huile sur toile.
Signé et daté en bas à gauche: F. Diday 1855.
75 x 108 cm.

CHF 20 000 / 30 000 | (€ 18 690 / 28 040)

Sold for CHF 52 100 (including buyer’s premium)
All information is subject to change.

Details My catalogue Query



Lot 3011 - Z41 Swiss Art - Friday 02 December 2016, 03.00 PM

FRANÇOIS DIDAY

(1802 Geneva 1877)
The Giessbach at Lake Brienz.
Oil on canvas.
Signed lower right: F. Diday.
152 x 115 cm.

CHF 25 000 / 35 000 | (€ 23 360 / 32 710)

Sold for CHF 31 700 (including buyer’s premium)
All information is subject to change.

Details My catalogue Query



Lot 3019 - Z36 Swiss Art - Friday 27 June 2014, 02.00 PM

FRANÇOIS DIDAY

(1802 Geneva 1877)
Blick auf den Vierwaldstättersee und den Urirotstock vom Axenberg aus gesehen. Um 1874.
Ölstudie auf Papier auf Leinwand.
Unten links signiert: F. Diday.
37 x 54,5 cm.

CHF 7 000 / 9 000 | (€ 6 540 / 8 410)

Sold for CHF 26 400

Details My catalogue Query



Lot 3019 - A185 Swiss Art - Friday 29 June 2018, 02.00 PM

FRANÇOIS DIDAY

(1802 Geneva 1877)
Shepherd with herd of goats in the mountains.
Oil on canvas.
Signed and dated lower right: F. Diday 1863.
99 x 131.5 cm.

CHF 15 000 / 20 000 | (€ 14 020 / 18 690)

Sold for CHF 24 500 (including buyer’s premium)
All information is subject to change.

Details My catalogue Query



Lot 3030* - A189 Swiss Art - Friday 28 June 2019, 02.00 PM

FRANÇOIS DIDAY

(1802 Geneva 1877)
High mountain landscape at Handeck. 1873.
Oil on canvas.
Signed and dated lower right: F. Diday 1873.
106 × 150 cm.

CHF 15 000 / 20 000 | (€ 14 020 / 18 690)

Sold for CHF 23 480 (including buyer’s premium)
All information is subject to change.

Details My catalogue Query



Lot 3029* - A189 Swiss Art - Friday 28 June 2019, 02.00 PM

FRANÇOIS DIDAY

(1802 Geneva 1877)
Lake landscape. 1874.
Oil on canvas.
Signed and dated lower right: F. Diday 1874.
106 × 151 cm.

CHF 15 000 / 20 000 | (€ 14 020 / 18 690)

Sold for CHF 18 600 (including buyer’s premium)
All information is subject to change.

Details My catalogue Query



Lot 3031 - Z41 Swiss Art - Friday 02 December 2016, 03.00 PM

FRANÇOIS DIDAY

(1802 Geneva 1877)
Rosenlaui near Meiringen. 1853.
Oil on canvas.
Signed and dated lower centre: F. Diday. 1853.
98 x 78.5 cm.

CHF 7 000 / 10 000 | (€ 6 540 / 9 350)

Sold for CHF 18 500 (including buyer’s premium)
All information is subject to change.

Details My catalogue Query



Lot 3074 - Z41 Swiss Art - Friday 02 December 2016, 03.00 PM

FRANÇOIS DIDAY

(1802 Geneva 1877)
House at Lake Brienz with boat and ducks. 1832.
Oil on panel.
Signed and dated lower left: FDiday. 1832.
50 x 68 cm.

CHF 5 000 / 8 000 | (€ 4 670 / 7 480)

Sold for CHF 18 500 (including buyer’s premium)
All information is subject to change.

Details My catalogue Query



Lot 3011* - A197 Swiss Art - Friday 02 July 2021, 02.00 PM

FRANÇOIS DIDAY

(1802 Geneva 1877)
Wellhorn and Wetterhorn, seen from the Rosenlaui. 1849.
Oil on canvas.
Signed and dated lower left: Diday 1849.
56 × 70.5 cm.

CHF 8 000 / 12 000 | (€ 7 480 / 11 210)

Sold for CHF 17 380 (including buyer’s premium)
All information is subject to change.

Details My catalogue Query



Lot 3019 - Z41 Swiss Art - Friday 02 December 2016, 03.00 PM

FRANÇOIS DIDAY

(1802 Geneva 1877)
Wetterhorn.
Oil on panel.
Signed lower left: FDiday.
52 x 70 cm.

CHF 5 000 / 7 000 | (€ 4 670 / 6 540)

Sold for CHF 17 300 (including buyer’s premium)
All information is subject to change.

Details My catalogue Query



Lot 3005 - Z33 Swiss Art - Friday 07 December 2012, 02.00 PM

FRANÇOIS DIDAY

(1802 Geneva 1877)
Blick von Mürren gegen die Ebenefluh. 1867.
Öl auf Leinwand.
Unten rechts signiert und datiert: F. Diday. 67.
73 x 98 cm.

CHF 6 000 / 9 000 | (€ 5 610 / 8 410)

Sold for CHF 14 400

Details My catalogue Query



Lot 3010* - Z30 Swiss Art - Friday 24 June 2011, 02.00 PM

FRANÇOIS DIDAY

(1802 Geneva 1877)
Au bord du lac. 1867.
Öl auf Leinwand.
Unten links signiert: F. Diday. 1867.
54,5 x 69 cm.

CHF 6 000 / 8 000 | (€ 5 610 / 7 480)

Sold for CHF 13 800

Details My catalogue Query



Lot 521 - G60 Swiss Art - Wednesday 15 November 2017, 07.00 PM

FRANÇOIS DIDAY

(1802 Geneva 1877)
L'Uri Rotstock depuis Brunnen (matin).
Huile sur papier marouflé sur toile.
Signé en bas à gauche: F. Diday. Inscription, signature et numérotation au verso: A la Classe des Beaux Arts à l' Athénée. F. Diday. Nr. 21.
33 x 49 cm.

CHF 3 000 / 5 000 | (€ 2 800 / 4 670)

Sold for CHF 7 000 (including buyer’s premium)
All information is subject to change.

Details My catalogue Query



Lot 3009* - A183 Swiss Art - Friday 08 December 2017, 05.00 PM

FRANÇOIS DIDAY

(1802 Geneva 1877)
A vast landscape with shepherds and animals by water. 1837.
Oil on canvas.
Signed and dated lower right: FDiday 1837.
81.5 x 108.5 cm.

CHF 7 000 / 10 000 | (€ 6 540 / 9 350)

Sold for CHF 6 600 (including buyer’s premium)
All information is subject to change.

Details My catalogue Query



Lot 3005* - Z35 Swiss Art - Friday 06 December 2013, 02.00 PM

FRANÇOIS DIDAY

(1802 Geneva 1877)
Rosenlaui, kleine Brücke zur Sägerei.
Öl auf Papier auf Leinwand.
Unten links signiert: F. Diday.
45 x 56 cm.

CHF 6 000 / 8 000 | (€ 5 610 / 7 480)

Sold for CHF 7 200

Details My catalogue Query



Lot 3013 - Z38 Swiss Art - Friday 26 June 2015, 02.00 PM

FRANÇOIS DIDAY

(1802 Geneva 1877)
Schweizer Seelandschaft, wohl Blick von Meiringen auf den Brienzersee.
Öl auf Karton auf Leinwand.
Unten links signiert: F. Diday.
31 x 43,5 cm.

CHF 2 000 / 3 000 | (€ 1 870 / 2 800)

Sold for CHF 5 500

Details My catalogue Query



Lot 3010 - Z41 Swiss Art - Friday 02 December 2016, 03.00 PM

FRANÇOIS DIDAY

(1802 Geneva 1877)
Reichenbach bei Rosenlaui. Circa 1850-55.
Oil on paper laid on canvas.
Signed lower right: F. Diday.
35.3 x 53 cm.

CHF 2 500 / 3 500 | (€ 2 340 / 3 270)

Sold for CHF 5 375 (including buyer’s premium)
All information is subject to change.

Details My catalogue Query



Lot 3040 - Z36 Swiss Art - Friday 27 June 2014, 02.00 PM

FRANÇOIS DIDAY

(1802 Geneva 1877)
Felsige Uferpartie am Lac Léman.
Öl auf Papier auf Leinwand.
Unten rechts monogrammiert: F.D.
33,5 x 48 cm.

CHF 3 000 / 5 000 | (€ 2 800 / 4 670)

Sold for CHF 3 240

Details My catalogue Query



Lot 522 - G60 Swiss Art - Wednesday 15 November 2017, 07.00 PM

FRANÇOIS DIDAY

(1802 Geneva 1877)
Terrain et eau à Aiquebelle (Salève).
Huile sur carton marouflé sur toile.
Signé en bas à gauche: Diday. Intitulé sur une étiquette au verso: Terrain et eau à Aiquebelle (Salève).
26 x 40,5 cm.

CHF 2 000 / 3 000 | (€ 1 870 / 2 800)

Sold for CHF 2 500 (including buyer’s premium)
All information is subject to change.

Details My catalogue Query



Lot 3019 - Z22 Swiss Art - Sunday 22 July 2007, 03.00 PM

FRANÇOIS DIDAY

(1802 Geneva 1877)
St. Gervais.
Bleistift auf Papier.
Unten links bezeichnet und datiert: St. Gervais 8bre 1833. Unten rechts bezeichnet und monogrammiert: St. Gervais FD.
24 x 31 cm.

CHF 2 000 / 3 000 | (€ 1 870 / 2 800)

Sold for CHF 1 800

Details My catalogue Query



Lot 6459 - ibid117 online only Swiss Art - Thursday 10 December 2020, 02.00 PM

FRANÇOIS DIDAY

(1802 Geneva 1877)
Boat on the lake shore.
Oil on paper laid on canvas.
Signed lower left: F. Diday.
28 × 35 cm.

CHF 800 / 1 200 | (€ 750 / 1 120)

Sold for CHF 1 625 (including buyer’s premium)
All information is subject to change.

Details My catalogue Query