Je suis déjà inscrit - Login :


Vous n'avez pas encore un login ?

Cliquez ici pour enregistrer


JEAN-BAPTISTE GREUZE
Portrait d'un enfant, probablement le Prince Octave
de Grande-Bretagne.
Huile sur panneau. 17,5 cm × 14,5 cm.
Estimation : CHF 12 000/18 000
Vendu pour CHF 49 000
Cliquez sur l'image pour plus d'informations.


Déterminer l'identité du modèle d'un portrait s’apparente souvent à un travail de détective ¬- on rassemble des indices, on fait des déductions, et parfois, on arrive à une identification probable. Dans le cas du petit garçon représenté par Jean-Baptiste Greuze proposé ici, nous disposons de deux indices.

Le premier est une étiquette qui se trouvait à l'origine au dos du panneau, portant l'inscription « Eigenthum Ihrer Majestät der Königin Mathilde von Württemberg » (Propriété de Sa Majesté la Reine Mathilde de Württemberg). Charlotte Mathilde était la fille aînée du roi George III de Grande-Bretagne et de sa consœur, la reine Charlotte. Le fait que ce tableau ait été en possession de Charlotte Mathilde signifie qu'elle l'a non seulement emporté avec elle lorsqu'elle a épousé, à l'âge de 33 ans, Frédéric, futur roi de Württemberg, mais qu’elle l’a aussi emmené au château de Ludwigsburg, près de Stuttgart, lorsqu'elle s'y est installée en tant que reine douairière après la mort de Frédéric. En gardant ce petit portrait parmi ses biens personnels durant toute sa vie, le modèle devait avoir une grande importance pour elle.

Le deuxième indice réside dans la physionomie du modèle. Le Dr Eberhard Fritz, archiviste de la Maison de Württemberg, a décelé une forte ressemblance, notamment autour des yeux, avec les portraits de certains frères et sœurs de la reine. Le candidat le plus probable est son plus jeune frère, le prince Octave de Grande-Bretagne. A sa naissance, Charlotte Mathilde avait douze ans et elle en avait seize lorsqu'il est mort subitement à l'âge de quatre ans, à la suite d'une inoculation de variole. L’importance d'Octave dans sa vie, dont elle était attachée presque comme à son propre enfant, explique à quel point elle a pu être fortement affectée par sa mort.

 

THOMAS GAINSBOROUGH
Prince Octave, septembre 1782.
Huile sur toile. 56,4 × 42 cm.
Royal Collection Trust.
Cliquez sur l'image pour l'agrandir.


Octave était également adoré par ses parents royaux. Son père l'aimait particulièrement, et à sa mort, le roi George fut dévasté. Lorsque son fils Alfred est mort six mois plus tôt, le roi aurait dit : « Je suis vraiment désolé pour Alfred, mais si cela avait été Octave, je serais mort aussi ». Plus tard dans sa vie, lors de ses crises de folie, le roi s'imaginait voir Octave et tenir des conversations avec ses deux fils décédés.

Bien que Charlotte Mathilde n'ait jamais eu d'enfants à elle, elle a été une mère dévouée pour les trois enfants de Frédéric issus de son premier mariage, qui étaient adolescents au moment de son union avec Frédéric. Décrite par l'écrivain allemand Gustav Schwab comme une « femme instruite, douée pour les arts, pieuse et chaleureuse », la reine a participé à la fondation du Ludwigsburg Mathildenstift, un foyer pour enfants maltraités.

Très apprécié, ce portrait a été acquis par le juge Henry Martyn Shepard, dont les ancêtres comptaient parmi les premiers colons anglais en Nouvelle-Angleterre, probablement lors d'un grand tour d'Europe en 1859. Il est resté en possession de sa famille aux États-Unis, jusqu'à ce qu'il entre récemment dans une collection européenne.



Vous pouvez consulter tous les catalogues avec prix réalisés ici :

Catalogues avec prix réalisés



 


RETOUR À TOUTES LES HISTOIRES D'ART ACTUELLES >>