਀㰀搀椀瘀 挀氀愀猀猀㴀∀挀漀氀ⴀ洀搀ⴀ㌀∀㸀㰀愀 栀爀攀昀㴀∀栀琀琀瀀猀㨀⼀⼀欀漀氀氀攀爀愀甀欀琀椀漀渀攀渀⸀愀甀挀琀椀漀渀攀攀爀猀瘀愀甀氀琀⸀挀漀洀⼀挀愀琀愀氀漀最甀攀猀⼀䬀漀氀氀攀爀瘀椀攀眀⼀∀ 琀愀爀最攀琀㴀∀开戀氀愀渀欀∀㸀㰀椀洀最 挀氀愀猀猀㴀∀椀洀最ⴀ爀攀猀瀀漀渀猀椀瘀攀 椀洀最ⴀ琀栀甀洀戀渀愀椀氀∀ 猀爀挀㴀∀⸀⸀⼀欀甀渀搀攀渀甀瀀氀漀愀搀⼀洀㄀ ⼀椀渀挀氀甀搀攀⼀猀琀愀琀椀挀挀漀渀琀攀渀琀⼀琀椀渀礀甀瀀氀漀愀搀⼀一攀甀椀最欀攀椀琀攀渀⼀䬀漀氀氀攀爀嘀椀攀眀⼀欀漀氀氀攀爀开瘀椀攀眀开攀渀⸀樀瀀最∀ 戀漀爀搀攀爀㴀∀ ∀ ⼀㸀㰀⼀愀㸀 㰀戀爀 ⼀㸀ഊ

KOLLERview erscheint viermal jährlich,

਀㰀瀀 猀琀礀氀攀㴀∀洀愀爀最椀渀ⴀ戀漀琀琀漀洀㨀  挀洀㬀 氀椀渀攀ⴀ栀攀椀最栀琀㨀 ㄀  ─㬀∀㸀㰀猀瀀愀渀 猀琀礀氀攀㴀∀昀漀渀琀ⴀ猀椀稀攀㨀 砀砀ⴀ猀洀愀氀氀㬀∀㸀搀椀攀 渀☀愀甀洀氀㬀挀栀猀琀攀 䄀甀猀最愀戀攀 昀漀氀最琀 椀洀 䴀爀稀 ㈀ ㄀㤀㰀戀爀 ⼀㸀 㰀戀爀 ⼀㸀㰀⼀猀瀀愀渀㸀㰀⼀瀀㸀ഊAls PDF lesen
਀㰀搀椀瘀 挀氀愀猀猀㴀∀挀漀氀ⴀ洀搀ⴀ㤀∀㸀ഊ

Dear Readers,

਀吀栀攀 搀椀最椀琀愀氀 愀最攀 栀愀猀 氀攀搀 琀漀 愀渀 攀挀漀渀漀洀椀挀 愀渀搀 猀漀挀椀攀琀愀氀 爀攀瘀漀氀甀琀椀漀渀 琀栀攀 氀椀欀攀猀 漀昀 眀栀椀挀栀 洀愀渀欀椀渀搀 栀愀猀 猀攀氀搀漀洀 猀攀攀渀†ጀ 愀渀搀 椀琀 椀猀 渀漀琀 漀瘀攀爀 礀攀琀⸀ 圀椀琀栀 漀甀爀 渀攀眀†ᰀ漀渀氀椀渀攀 漀渀氀礠ᴀ 愀甀挀琀椀漀渀猀†ጀ 戀攀最椀渀渀椀渀最 椀渀 一漀瘀攀洀戀攀爀 ㈀ ㄀㠀 甀渀搀攀爀 琀栀攀 氀愀戀攀氀†ᰀ椀戀椀搠ᴀ†ጀ 眀攀 眀椀氀氀 漀昀昀攀爀 眀漀爀欀猀 漀渀氀椀渀攀 眀栀椀挀栀 甀渀琀椀氀 渀漀眀 栀愀瘀攀 愀瀀瀀攀愀爀攀搀 椀渀 漀甀爀†ᰀ䬀漀氀氀攀爀 圀攀猀琠ᴀ 愀甀挀琀椀漀渀猀⸀ 吀栀攀 氀漀琀猀 椀渀 漀甀爀 椀戀椀搀 愀甀挀琀椀漀渀猀 椀渀 一漀瘀攀洀戀攀爀 愀渀搀 䐀攀挀攀洀戀攀爀 愀爀攀 昀爀漀洀 猀甀挀栀 搀椀瘀攀爀猀攀 挀漀氀氀攀挀琀椀渀最 挀愀琀攀最漀爀椀攀猀 愀猀 䘀愀猀栀椀漀渀 ⠀眀椀琀栀 栀愀渀搀戀愀最猀 愀渀搀 愀挀挀攀猀猀漀爀椀攀猀 戀礀 䠀攀爀洀猀Ⰰ 䌀栀愀渀攀氀 愀渀搀 䰀漀甀椀猀 嘀甀椀琀琀漀渀⤀Ⰰ 䐀攀猀椀最渀 ⠀椀渀挀氀甀搀椀渀最 眀漀爀欀猀 戀礀 䔀椀氀攀攀渀 䜀爀愀礀Ⰰ 䰀攀 䌀漀爀戀甀猀椀攀爀 愀渀搀 琀栀攀 䴀椀氀愀渀 昀椀爀洀 䐀愀渀攀猀攀⤀Ⰰ 匀椀氀瘀攀爀Ⰰ 圀椀渀攀Ⰰ 倀愀椀渀琀椀渀最猀Ⰰ 倀爀椀渀琀猀 愀渀搀 䄀猀椀愀渀 䄀爀琀⸀ 夀漀甀 挀愀渀 爀攀愀搀 洀漀爀攀 愀戀漀甀琀 琀栀攀猀攀 愀甀挀琀椀漀渀猀 漀渀 瀀愀最攀 ㈀㈀⸀ 圀攀 栀漀瀀攀 礀漀甀 眀椀氀氀 攀渀樀漀礀 戀爀漀眀猀椀渀最 漀甀爀 渀攀眀 椀戀椀搀 漀渀氀椀渀攀 挀愀琀愀氀漀最甀攀猀 戀攀最椀渀渀椀渀最 漀渀 ഊ26 November. ਀ഊImportant artworks, precious jewellery and rare Asian sculpture will continue to be featured in our classic saleroom auctions. We are especially pleased to present two well-known and rarely offered sunset paintings by Felix Vallotton and Adolf Dietrich in the same auction, on 7 December (page 7). One of the most important scholars of Vallotton and Dietrich, Rudolf Koella, will give a talk (in German) on the work of these two exceptional artists at our preview vernissage on 27 November. Please be sure to reserve early, as space is limited.਀ഊIn closing, we draw your attention to the numerous works of art from past centuries featured in this issue that were offered in our 2018 auctions (page 14 ff). We are currently accepting consignments for our March 2019 auctions of Old Masters and 19th Century Fine & Decorative Arts. We would be very pleased to hear from you.਀ഊI hope you enjoy the magazine and look forward to welcoming you back soon to Koller, either in our salerooms or via our website. ਀ഊ਀ഊ

Cyril Koller
਀㰀⼀搀椀瘀㸀ഊ

਀㰀搀椀瘀 挀氀愀猀猀㴀∀爀漀眀∀㸀ഊ
਀㰀瀀 猀琀礀氀攀㴀∀洀愀爀最椀渀ⴀ戀漀琀琀漀洀㨀  挀洀㬀 氀椀渀攀ⴀ栀攀椀最栀琀㨀 ㄀  ─㬀∀㸀㰀猀瀀愀渀 猀琀礀氀攀㴀∀昀漀渀琀ⴀ猀椀稀攀㨀 砀砀ⴀ猀洀愀氀氀㬀∀㸀刀漀礀 䰀椀挀栀琀攀渀猀琀攀椀渀⸀ 㰀戀爀 ⼀㸀䌀爀礀椀渀最 䜀椀爀氀⸀ ㄀㤀㘀㌀⸀㰀戀爀 ⼀㸀吀眀漀 挀漀氀漀甀爀 漀昀昀猀攀琀猀⸀ 㐀㌀Ⰰ㈀ 砀 㔀㠀Ⰰ㐀 挀洀⸀㰀戀爀 ⼀㸀䔀猀琀椀洀愀琀攀㨀 䌀䠀䘀 ㈀      ⼀ ㌀     㰀⼀猀瀀愀渀㸀㰀⼀瀀㸀ഊ
਀㰀搀椀瘀 挀氀愀猀猀㴀∀挀漀氀ⴀ洀搀ⴀ㤀∀㸀ഊ

The cosmos behind the black

਀㰀栀㌀㸀倀爀攀瘀椀攀眀 漀昀 琀栀攀 䴀漀搀攀爀渀 倀爀椀渀琀猀 愀渀搀 倀漀猀琀圀愀爀 ☀ 䌀漀渀琀攀洀瀀漀爀愀爀礀 䄀爀琀 䄀甀挀琀椀漀渀猀㰀⼀栀㌀㸀ഊ

on 8 December 2018

਀㰀瀀㸀伀渀 ㈀㐀 䐀攀挀攀洀戀攀爀 ㈀ ㄀㠀Ⰰ 琀栀攀 瀀愀椀渀琀攀爀 愀渀搀 最爀愀瀀栀椀挀 愀爀琀椀猀琀 倀椀攀爀爀攀 匀漀甀氀愀最攀猀Ⰰ 漀渀攀 漀昀 琀栀攀 氀攀愀搀椀渀最 昀椀最甀爀攀猀 漀昀 䘀爀攀渀挀栀 挀漀渀琀攀洀瀀漀爀愀爀礀 愀爀琀Ⰰ 眀椀氀氀 挀攀氀攀戀爀愀琀攀 栀椀猀 㤀㤀琀栀 戀椀爀琀栀搀愀礀⸀ 吀漀最攀琀栀攀爀 眀椀琀栀 䜀攀爀洀愀渀 愀爀琀椀猀琀 䠀愀渀猀 䠀愀爀琀甀渀最 ⠀㄀㤀 㐠ጀ㄀㤀㠀㤀⤀ 愀渀搀 刀甀猀猀椀愀渀 瀀愀椀渀琀攀爀 匀攀爀最攀 倀漀氀椀愀欀漀昀昀 ⠀㄀㤀 〠ጀ㄀㤀㘀㤀⤀Ⰰ 匀漀甀氀愀最攀猀 椀渀昀氀甀攀渀挀攀搀 愀渀 攀渀琀椀爀攀 最攀渀攀爀愀琀椀漀渀 漀昀 愀戀猀琀爀愀挀琀 愀爀琀椀猀琀猀⸀ 䠀椀猀 攀愀爀氀礀 椀渀琀攀爀攀猀琀 椀渀 瀀爀攀栀椀猀琀漀爀椀挀 愀渀搀 刀漀洀愀渀攀猀焀甀攀 愀爀琀 眀愀猀 昀漀氀氀漀眀攀搀 戀礀 愀渀 椀渀琀攀渀猀攀 搀椀愀氀漀最甀攀 眀椀琀栀 琀栀攀 眀漀爀欀猀 漀昀 刀攀洀戀爀愀渀搀琀Ⰰ 䌀漀甀爀戀攀琀Ⰰ 䌀稀愀渀渀攀 愀渀搀 倀椀挀愀猀猀漀⸀ 圀椀琀栀 栀椀猀 昀爀椀攀渀搀猀 䠀愀爀琀甀渀最 愀渀搀 䘀爀愀渀挀椀猀 倀椀挀愀戀椀愀Ⰰ 栀攀 瀀愀爀琀椀挀椀瀀愀琀攀搀 椀渀 琀栀攀 匀愀氀漀渀 搀攀猀 匀甀爀椀渀搀瀀攀渀搀愀渀琀猀 椀渀 ㄀㤀㐀㜀Ⰰ 愀渀搀 漀渀攀 礀攀愀爀 氀愀琀攀爀 栀椀猀 眀漀爀欀猀 眀攀渀琀 漀渀 琀漀甀爀 眀椀琀栀 琀栀攀 攀砀栀椀戀椀琀椀漀渀†ᰀ䘀爀愀渀稀猀椀猀挀栀攀 䄀戀猀琀爀愀欀琀攀 䴀愀氀攀爀攀椠ᴀ⸀ 匀椀渀挀攀 琀栀愀琀 琀椀洀攀Ⰰ 栀椀猀 眀漀爀欀猀 栀愀瘀攀 愀挀栀椀攀瘀攀搀 椀渀琀攀爀渀愀琀椀漀渀愀氀 爀攀挀漀最渀椀琀椀漀渀⸀ഊ

਀㰀戀甀琀琀漀渀 琀礀瀀攀㴀∀戀甀琀琀漀渀∀ 挀氀愀猀猀㴀∀戀琀渀 戀琀渀ⴀ椀渀昀漀∀ 搀愀琀愀ⴀ琀漀最最氀攀㴀∀挀漀氀氀愀瀀猀攀∀ 搀愀琀愀ⴀ琀愀爀最攀琀㴀∀⌀搀攀洀漀㄀∀㸀圀攀椀琀攀爀氀攀猀攀渀⸀⸀⸀㰀⼀戀甀琀琀漀渀㸀㰀⼀搀椀瘀㸀ഊ
਀㰀戀爀 ⼀㸀㰀戀爀 ⼀㸀ഊ
਀㰀搀椀瘀 挀氀愀猀猀㴀∀挀漀氀ⴀ洀搀ⴀ㌀∀㸀㰀愀 栀爀攀昀㴀∀⸀⸀⼀攀渀⼀欀漀氀㌀㈀㠀㄀㐀ⴀ㄀㄀㠀㜀ⴀ瀀椀攀爀爀攀ⴀ猀漀甀氀愀最攀猀ⴀ㄀㤀㄀㤀ⴀ漀栀渀攀ⴀ琀椀琀攀ⴀ㄀㄀㠀㜀开㈀㈀㠀㘀㠀⸀栀琀洀氀㼀刀攀挀倀漀猀㴀㄀∀ 琀愀爀最攀琀㴀∀开戀氀愀渀欀∀㸀 㰀椀洀最 挀氀愀猀猀㴀∀椀洀最ⴀ爀攀猀瀀漀渀猀椀瘀攀∀ 猀爀挀㴀∀⸀⸀⼀䌀愀琀䌀愀挀栀攀⼀挀愀琀挀愀挀栀攀⸀㄀⼀瀀椀挀琀甀爀攀猀⼀㈀㈀㠀㘀㠀⼀㈀㈀㠀㘀㠀开䴀开㄀⸀樀瀀最∀ 戀漀爀搀攀爀㴀∀ ∀ ⼀㸀㰀⼀愀㸀ഊ

Pierre Soulages.
Untitled. 1973.
Gouache on paper mounted on canvas. 75 x 54,5 cm.
Estimate: CHF 80 000 / 240 000

਀㰀戀爀 ⼀㸀㰀戀爀 ⼀㸀 㰀愀 栀爀攀昀㴀∀⸀⸀⼀攀渀⼀㐀㘀㌀ 㤀㜀ⴀⴀⴀⴀⴀⴀⴀⴀⴀⴀ㄀㄀㠀㜀ⴀ洀愀爀挀椀愀ⴀ栀愀昀椀昀⸀ⴀ戀爀漀眀渀ⴀ礀攀氀氀漀眀⸀ⴀ㄀ⴀ㄀㄀㠀㜀开㐀㘀㌀ 㤀㜀⸀栀琀洀氀㼀刀攀挀倀漀猀㴀㄀∀ 琀愀爀最攀琀㴀∀开戀氀愀渀欀∀㸀 㰀椀洀最 挀氀愀猀猀㴀∀椀洀最ⴀ爀攀猀瀀漀渀猀椀瘀攀∀ 猀爀挀㴀∀⸀⸀⼀䌀愀琀䌀愀挀栀攀⼀挀愀琀挀愀挀栀攀⸀㄀⼀瀀椀挀琀甀爀攀猀⼀㐀㘀㌀ 㤀㜀⼀㐀㘀㌀ 㤀㜀开䴀开㄀⸀樀瀀最∀ 戀漀爀搀攀爀㴀∀ ∀ ⼀㸀㰀⼀愀㸀ഊ

Marcia Hafif.
Untitled. 1963.
Acrylic on canvas. 140 x 140 cm.
Estimate: CHF 8 000 / 12 000

਀㰀⼀搀椀瘀㸀ഊ
਀㰀瀀㸀吀栀攀 愀爀琀 漀昀 琀栀攀 ㈀ 琀栀 挀攀渀琀甀爀礀 椀猀 愀氀猀漀 爀攀瀀爀攀猀攀渀琀攀搀 戀礀 猀攀瘀攀爀愀氀 挀攀爀愀洀椀挀 眀漀爀欀猀 戀礀 倀愀戀氀漀 倀椀挀愀猀猀漀 ⠀㄀㠀㠀ㄠጀ㄀㤀㜀㌀⤀ 愀渀搀 瀀爀椀渀琀猀 戀礀 匀眀椀猀猀 愀爀琀椀猀琀 䰀椀氀椀 吀猀挀栀甀搀椀 ⠀㄀㤀㄀ㄠጀ㈀  㐀⤀⸀ †ᰀ䬀䄀匀匀ⴀ䤀䤠ᴀⰀ ㄀㤀㜀㌀Ⰰ 愀渀 愀挀爀礀氀椀挀 瀀愀椀渀琀椀渀最 戀礀 䠀甀渀最愀爀椀愀渀 愀爀琀관椀猀琀 愀渀搀 猀琀甀搀攀渀琀 漀昀 䰀愀猀稀氀漀 䴀漀栀漀氀礀ⴀ一愀最礀Ⰰ 嘀椀挀琀漀爀 ഊVasarely (1906–1997), possesses all of the characteristics of the Op-Art style which Vasarely co-founded. With its seemingly spatial geometric structure, it sheds its two-dimensionality and tests the limits of the viewer’s perception.਀㰀⼀瀀㸀ഊ

The German Luitpold Domberger, along with his son Michael Domberger, are considered pioneers and developers of the screen printing technique in Germany. Through “Edition Domberger”, they edited countless artists’ works. In the current auction are featured a series of printed works by 20th-century artists from the Domberger collection such as the Bauhaus artist Anni Albers (1899–1994) and the American minimal­ist painters Sol LeWitt (1928–2007) and Robert Mangold (*1937).

਀㰀⼀搀椀瘀㸀ഊ
਀㰀瀀 猀琀礀氀攀㴀∀洀愀爀最椀渀ⴀ戀漀琀琀漀洀㨀  挀洀㬀 氀椀渀攀ⴀ栀攀椀最栀琀㨀 ㄀  ─㬀∀㸀㰀猀瀀愀渀 猀琀礀氀攀㴀∀昀漀渀琀ⴀ猀椀稀攀㨀 砀砀ⴀ猀洀愀氀氀㬀∀㸀䄀氀攀猀猀愀渀搀爀漀 䜀甀攀爀爀椀攀爀漀⸀ 㰀戀爀 ⼀㸀唀渀椀焀甀攀 瀀椀攀挀攀 昀漀爀 䄀氀挀栀椀洀椀愀⸀㰀戀爀 ⼀㸀 䰀愀洀椀渀愀琀攀搀 眀漀漀搀 眀椀琀栀 瀀漀氀礀挀栀爀漀洀攀 搀攀挀漀爀愀琀椀漀渀⸀ ㄀㐀㜀 砀 ㈀㠀 砀 ㄀㜀㐀 挀洀㰀戀爀 ⼀㸀䔀猀琀椀洀愀琀攀㨀 䌀䠀䘀 ㌀㔀     ⼀ 㔀㔀    㰀⼀猀瀀愀渀㸀㰀⼀瀀㸀ഊ

਀㰀搀椀瘀 挀氀愀猀猀㴀∀挀氀攀愀爀昀椀砀∀㸀㰀⼀搀椀瘀㸀ഊ
਀㰀栀爀 ⼀㸀ഊ
਀㰀搀椀瘀 挀氀愀猀猀㴀∀挀漀氀ⴀ洀搀ⴀ㌀∀㸀㰀愀 栀爀攀昀㴀∀⸀⸀⼀攀渀⼀㄀ ㄀㘀㐀㠀ⴀ   ㄀ⴀ㄀㄀㠀㜀ⴀ攀洀椀氀ⴀ渀漀氀搀攀⸀ⴀ搀漀瀀瀀攀氀戀椀氀搀ⴀ开猀椀攀ⴀ猀攀ⴀ㄀㄀㠀㜀开㐀㘀㐀 㜀㠀⸀栀琀洀氀㼀刀攀挀倀漀猀㴀㄀∀ 琀愀爀最攀琀㴀∀开戀氀愀渀欀∀㸀 㰀椀洀最 挀氀愀猀猀㴀∀椀洀最ⴀ爀攀猀瀀漀渀猀椀瘀攀∀ 猀爀挀㴀∀⸀⸀⼀䌀愀琀䌀愀挀栀攀⼀挀愀琀挀愀挀栀攀⸀㌀⼀瀀椀挀琀甀爀攀猀⼀㐀㘀㐀 㜀㠀⼀㐀㘀㐀 㜀㠀开䴀开㄀⸀樀瀀最∀ 戀漀爀搀攀爀㴀∀ ∀ ⼀㸀㰀⼀愀㸀ഊ

Emil Nolde.
Doppelbild (Sie seltsames Licht). 1918.
Oil on canvas. 60,6 x 56,2 cm
Estimate: CHF 600 000 / 900 000

਀㰀⼀搀椀瘀㸀ഊ
਀㰀栀㈀㸀䰀椀昀攀 挀栀漀椀挀攀猀 椀渀 琀栀攀 琀椀洀攀 漀昀 漀猀琀爀愀挀椀猀洀㰀⼀栀㈀㸀ഊ

Preview of the Impressionist & Modern Art Auction 


਀㰀栀㌀㸀吀栀攀 瀀漀猀琀ⴀ㄀㤀㌀㌀ 氀愀渀搀猀挀愀瀀攀猀 漀昀 伀琀琀漀 䐀椀砀 ⠀㄀㠀㤀ㄠጀ㄀㤀㘀㤀⤀ 眀攀爀攀 洀愀搀攀 搀甀爀椀渀最 琀栀攀 瀀攀爀椀漀搀 漀昀†ᰀ椀渀渀攀爀 攀洀椀最爀愀琀椀漀渠ᴀ 愀昀琀攀爀 琀栀攀 一愀稀椀 愀挀挀攀猀猀椀漀渀 琀漀 瀀漀眀攀爀 椀渀 䜀攀爀洀愀渀礀⸀ 䐀椀砀Ⰰ 眀栀漀 眀愀猀 漀渀攀 漀昀 琀栀攀 昀椀爀猀琀 愀爀琀 瀀爀漀昀攀猀猀漀爀猀 琀漀 戀攀 搀椀猀洀椀猀猀攀搀 昀爀漀洀 琀栀攀 䬀甀渀猀琀愀欀愀搀攀洀椀攀 椀渀 䐀爀攀猀搀攀渀Ⰰ 眀椀琀渀攀猀猀攀搀 琀栀攀 猀礀猀琀攀洀愀琀椀挀 爀攀洀漀瘀愀氀 漀昀 ㈀㘀  漀昀 栀椀猀 愀爀琀眀漀爀欀猀 昀爀漀洀 䜀攀爀洀愀渀 洀甀猀攀甀洀猀 愀渀搀 琀栀攀椀爀 猀甀戀猀攀焀甀攀渀琀 椀渀挀氀甀猀椀漀渀 椀渀 琀栀攀 椀渀昀愀洀漀甀猀†ᰀ䐀攀最攀渀攀爀愀琀攀 䄀爀琠ᴀ 瀀爀漀瀀愀最愀渀搀愀 攀砀栀椀戀椀琀 椀渀 䴀甀渀椀挀栀 椀渀 ㄀㤀㌀㜀⸀ 吀栀攀 愀爀琀椀猀琀Ⰰ 眀栀漀 挀漀渀猀椀搀攀爀攀搀 栀椀洀猀攀氀昀 琀漀 戀攀 漀渀攀 漀昀 琀栀攀 昀漀甀渀搀攀爀猀 漀昀 琀栀攀 一攀甀攀 匀愀挀栀氀椀挀栀欀攀椀琀 ⠠ᰀ一攀眀 伀戀樀攀挀琀椀瘀椀琀礠ᴀ⤀ 洀漀瘀攀洀攀渀琀Ⰰ 愀渀搀 眀栀漀猀攀 眀漀爀欀 搀甀爀椀渀最 琀栀攀 礀攀愀爀猀 漀昀 琀栀攀 圀攀椀洀愀爀 刀攀瀀甀戀氀椀挀 眀愀猀 洀愀爀欀攀搀 戀礀 猀挀攀渀攀猀 戀椀琀椀渀最氀礀 挀爀椀琀椀挀愀氀 漀昀 猀漀挀椀攀琀礀Ⰰ 眀椀琀栀搀爀攀眀 琀漀 刀愀渀搀攀最最 挀愀猀琀氀攀 椀渀 猀漀甀琀栀攀爀渀 䜀攀爀洀愀渀礀⸀ 吀栀攀爀攀Ⰰ 椀渀 瘀椀攀眀 漀昀 瀀漀氀椀琀椀挀愀氀 挀漀渀搀椀琀椀漀渀猀Ⰰ 栀攀 搀攀瘀漀琀攀搀 栀椀洀猀攀氀昀 愀戀漀瘀攀 愀氀氀 琀漀 氀愀渀搀猀挀愀瀀攀 瀀愀椀渀琀椀渀最⸀†ᰀ䤀 眀愀猀 戀愀渀渀攀搀 琀漀 琀栀攀 挀漀甀渀琀爀礀猀椀搀攀⸀ 嬠☀崀 䤀 昀氀攀搀 椀渀琀漀 琀栀攀 挀漀甀渀琀爀礀猀椀搀攀Ⰰ 愀渀搀 瀀愀椀渀琀攀搀 愀渀搀 瀀愀椀渀琀攀搀⸠ᴀ 栀攀 渀漀琀攀搀⸀㰀⼀瀀㸀ഊ
਀㰀⼀搀椀瘀㸀ഊ

਀㰀搀椀瘀 椀搀㴀∀搀攀洀漀㈀∀ 挀氀愀猀猀㴀∀挀漀氀氀愀瀀猀攀∀㸀ഊ
਀㰀瀀 猀琀礀氀攀㴀∀洀愀爀最椀渀ⴀ戀漀琀琀漀洀㨀  挀洀㬀 氀椀渀攀ⴀ栀攀椀最栀琀㨀 ㄀  ─㬀∀㸀㰀猀瀀愀渀 猀琀礀氀攀㴀∀昀漀渀琀ⴀ猀椀稀攀㨀 砀砀ⴀ猀洀愀氀氀㬀∀㸀伀琀琀漀 䐀椀砀⸀㰀戀爀 ⼀㸀 㰀⼀猀瀀愀渀㸀㰀猀瀀愀渀 猀琀礀氀攀㴀∀昀漀渀琀ⴀ猀椀稀攀㨀 砀砀ⴀ猀洀愀氀氀㬀∀㸀圀椀渀琀攀爀琀愀最 椀渀 刀愀渀搀攀最最⸀ ㄀㤀㌀㌀⸀㰀戀爀 ⼀㸀䴀椀砀攀搀 洀攀搀椀愀 漀渀 瀀愀渀攀氀⸀ 㘀  砀 㠀  挀洀⸀㰀戀爀 ⼀㸀 䔀猀琀椀洀愀琀攀㨀 䌀䠀䘀 㜀      ⼀ ㄀      㰀戀爀 ⼀㸀 㰀戀爀 ⼀㸀 㰀⼀猀瀀愀渀㸀㰀⼀瀀㸀ഊ ਀㰀瀀 猀琀礀氀攀㴀∀洀愀爀最椀渀ⴀ戀漀琀琀漀洀㨀  挀洀㬀 氀椀渀攀ⴀ栀攀椀最栀琀㨀 ㄀  ─㬀∀㸀㰀猀瀀愀渀 猀琀礀氀攀㴀∀昀漀渀琀ⴀ猀椀稀攀㨀 砀砀ⴀ猀洀愀氀氀㬀∀㸀䌀栀爀椀猀琀椀愀渀 匀挀栀愀搀⸀㰀戀爀 ⼀㸀 㰀⼀猀瀀愀渀㸀㰀猀瀀愀渀 猀琀礀氀攀㴀∀昀漀渀琀ⴀ猀椀稀攀㨀 砀砀ⴀ猀洀愀氀氀㬀∀㸀䄀渀最攀氀椀欀愀 䠀攀爀爀猀挀栀洀愀渀渀⸀ ㄀㤀㐀㜀⸀㰀戀爀 ⼀㸀伀椀氀 漀渀 挀愀渀瘀愀猀 戀愀挀欀攀搀 眀椀琀栀 洀愀猀漀渀椀琀攀⸀ 㐀㄀ 砀 ㌀㐀 挀洀⸀㰀戀爀 ⼀㸀 䔀猀琀椀洀愀琀攀㨀 䌀䠀䘀 ㈀㔀     ⼀ ㌀㔀    㰀戀爀 ⼀㸀 㰀戀爀 ⼀㸀 㰀⼀猀瀀愀渀㸀㰀⼀瀀㸀ഊ
਀㰀搀椀瘀 挀氀愀猀猀㴀∀挀漀氀ⴀ洀搀ⴀ㘀∀㸀ഊ

“Wintertag in Randegg”, 1933 (ill. 2.), to be offered in the 7 December auction, is an excellent example of this phase of Dix’s work. Painted in a glazed mixed media technique, Dix employs the savoir faire of the Old Masters to depict the atmosphere of the southern German countryside near the Lake of Constance and the Upper Rhine. He drew inspiration from the Danube School painters, from Romantics such as Caspar David Friedrich, as well as from the painterly technique of Pieter Brueghel the Elder. At the same time, the choice of these peaceful motifs speaks to his forced withdrawal from big-city life and a society that had suddenly so fundamentally changed.਀㰀⼀瀀㸀ഊ

Dix’s contemporary and fellow countryman Emil ਀一漀氀搀攀†ጀ 愀挀琀甀愀氀氀礀 䠀愀渀猀 䔀洀椀氀 䠀愀渀猀攀渀 ⠀㄀㠀㘀㜠ጀ㄀㤀㔀㘀⤀Ⰰ 眀栀漀 椀渀 ㄀㤀 ㈀ 愀搀漀瀀琀攀搀 琀栀攀 渀愀洀攀 漀昀 栀椀猀 一漀爀琀栀攀爀渀 匀挀栀氀攀猀眀椀最 ⠀愀渀搀 昀爀漀洀 ㄀㤀㈀  䐀愀渀椀猀栀⤀ 戀椀爀琀栀瀀氀愀挀攀†ጀ 椀猀 挀漀渀猀椀搀攀爀攀搀 琀漀 戀攀 漀渀攀 漀昀 琀栀攀 最爀攀愀琀攀猀琀 眀愀琀攀爀挀漀氀漀甀爀 愀爀琀椀猀琀猀 漀昀 琀栀攀 ㈀ 琀栀 挀攀渀琀甀爀礀⸀ 䤀渀 ㄀㤀㌀㜀Ⰰ 琀栀椀猀 椀洀瀀漀爀琀愀渀琀 䔀砀瀀爀攀猀猀椀漀渀椀猀琀 眀愀猀 猀甀爀瀀爀椀猀攀搀 愀渀搀 搀椀猀洀愀礀攀搀 戀礀 琀栀攀 搀攀昀愀洀愀琀椀漀渀 漀昀 栀椀猀 眀漀爀欀猀 戀礀 琀栀攀 一愀稀椀猀⸀ 㰀⼀瀀㸀ഊ

Portraits not only hold a major place within the body of Nolde’s work, they are also a fascinating reflection of the artist’s profound interest in the human spirit. ਀一漀氀搀攀 眀愀猀 渀漀琀 愀 瀀漀爀琀爀愀椀琀椀猀琀 椀渀 琀栀攀 挀氀愀猀猀椀挀 猀攀渀猀攀Ⰰ 戀甀琀 爀愀琀栀攀爀 猀漀甀最栀琀 琀漀 爀攀渀搀攀爀 愀 瀀猀礀挀栀漀氀漀最椀挀愀氀 椀洀愀最攀⸀ 䠀椀猀 猀甀戀樀攀挀琀猀 眀攀爀攀 漀昀琀攀渀 昀爀椀攀渀搀猀 愀渀搀 挀氀漀猀攀 昀愀洀椀氀礀 洀攀洀戀攀爀猀⸀ 䄀渀 攀砀愀洀瀀氀攀 漀昀 琀栀椀猀 椀猀†ᰀ䐀漀瀀瀀攀氀戀椀氀搀 ⠀匀椀攀 猀攀氀琀猀愀洀攀猀 䰀椀挀栀琀⤠ᴀⰀ ㄀㤀㄀㠀 ⠀椀氀氀⸀ ㄀⸀⤀Ⰰ 琀漀 戀攀 漀昀昀攀爀攀搀 漀渀 㜀 䐀攀挀攀洀戀攀爀⸀ 吀栀攀 挀栀愀爀愀挀琀攀爀椀猀琀椀挀猀 漀昀 琀栀攀 椀渀搀椀瘀椀搀甀愀氀猀 搀攀瀀椀挀琀攀搀 氀攀搀 栀椀洀 ഊtowards a free, universally valid representation in strong colours and distinctive forms. “Duality held an important place in my paintings and graphic works. Together or in conflict, man and woman, delight and sorrow, deity and devil. The colours were also set in contrast: cold and warm, light and dark, weak and strong,” wrote the artist in 1948.

਀㰀⼀搀椀瘀㸀ഊ
਀㰀瀀 猀琀礀氀攀㴀∀洀愀爀最椀渀ⴀ戀漀琀琀漀洀㨀  挀洀㬀 氀椀渀攀ⴀ栀攀椀最栀琀㨀 ㄀  ─㬀∀㸀㰀⼀瀀㸀ഊ

Pablo Picasso
Hibou. 1968.
Vase. Painted ceramic. 59/500. H 30 cm.
Estimate: CHF 8 000 / 12 000

਀㰀⼀搀椀瘀㸀ഊ
਀㰀搀椀瘀 挀氀愀猀猀㴀∀挀氀攀愀爀昀椀砀∀㸀㰀⼀搀椀瘀㸀ഊ

਀㰀搀椀瘀 挀氀愀猀猀㴀∀爀漀眀∀㸀ഊ
਀㰀瀀 猀琀礀氀攀㴀∀洀愀爀最椀渀ⴀ戀漀琀琀漀洀㨀  挀洀㬀 氀椀渀攀ⴀ栀攀椀最栀琀㨀 ㄀  ─㬀∀㸀㰀猀瀀愀渀 猀琀礀氀攀㴀∀昀漀渀琀ⴀ猀椀稀攀㨀 砀砀ⴀ猀洀愀氀氀㬀∀㸀䜀椀漀瘀愀渀渀椀 䜀椀愀挀漀洀攀琀琀椀⸀㰀戀爀⼀㸀 䴀漀甀渀琀愀椀渀 氀愀渀搀猀挀愀瀀攀⸀ ㄀㤀㌀㄀⸀㰀戀爀 ⼀㸀伀椀氀 漀渀 挀愀渀瘀愀猀⸀ 㜀㔀Ⰰ㔀 砀 㠀  挀洀⸀㰀戀爀 ⼀㸀䔀猀琀椀洀愀琀攀㨀 䌀䠀䘀 ㄀㈀      ⼀ ㄀㠀     㰀⼀猀瀀愀渀㸀㰀⼀瀀㸀ഊ
਀㰀搀椀瘀 挀氀愀猀猀㴀∀挀漀氀ⴀ洀搀ⴀ㤀∀㸀ഊ

The drama of landscape

਀㰀栀㌀㸀倀爀攀瘀椀攀眀 漀昀 琀栀攀 匀眀椀猀猀 䄀爀琀 䄀甀挀琀椀漀渀 㰀⼀栀㌀㸀ഊ

on 7 December 2018

਀㰀瀀㸀吀栀攀 愀爀琀 漀昀 氀愀渀搀猀挀愀瀀攀 瀀愀椀渀琀椀渀最 栀愀猀 挀漀渀琀椀渀甀愀氀氀礀 甀渀搀攀爀最漀渀攀 琀爀愀渀猀昀漀爀洀愀琀椀漀渀猀 琀栀爀漀甀最栀漀甀琀 椀琀猀 氀漀渀最 栀椀猀琀漀爀礀⸀ 一愀琀甀爀愀氀椀猀琀椀挀 爀攀瀀爀攀猀攀渀琀愀琀椀漀渀猀 眀椀琀栀 最攀漀最爀愀瀀栀椀挀愀氀氀礀 椀搀攀渀琀椀昀椀愀戀氀攀 攀氀攀洀攀渀琀猀Ⰰ 眀栀椀挀栀 攀砀椀猀琀攀搀 椀渀 䔀甀爀漀瀀攀 昀爀漀洀 琀栀攀 ㄀㔀琀栀 挀攀渀琀甀爀礀Ⰰ 猀甀戀猀攀焀甀攀渀琀氀礀 戀爀愀渀挀栀攀搀 漀甀琀 琀漀眀愀爀搀猀 椀搀攀愀氀椀猀攀搀 氀愀渀搀猀挀愀瀀攀猀⸀ 吀栀攀猀攀 挀漀洀瀀漀猀椀琀椀漀渀猀 挀漀渀琀愀椀渀攀搀 猀礀洀戀漀氀椀挀愀氀氀礀 挀栀愀爀最攀搀 瘀椀猀甀愀氀 椀渀瘀攀渀琀椀漀渀猀 漀爀 洀漀琀椀昀猀 眀栀椀挀栀 挀漀洀洀甀渀椀挀愀琀攀搀 琀栀攀 愀琀洀漀猀瀀栀攀爀椀挀 焀甀愀氀椀琀椀攀猀 漀昀 琀栀攀 漀爀椀最椀渀愀氀 瘀椀猀甀愀氀 挀漀渀琀攀渀琀 眀栀椀氀攀 猀甀戀琀氀礀 椀洀戀甀椀渀最 椀琀 眀椀琀栀 栀甀洀愀渀 瀀攀爀挀攀瀀琀椀漀渀猀⸀ 䰀愀渀搀猀挀愀瀀攀 瀀愀椀渀琀椀渀最Ⰰ 攀猀瀀攀挀椀愀氀氀礀 椀渀 琀栀攀 眀愀渀椀渀最 礀攀愀爀猀 漀昀 琀栀攀 ㄀㤀琀栀 挀攀渀琀甀爀礀Ⰰ 攀瘀攀渀琀甀愀氀氀礀 昀爀攀攀搀 椀琀猀攀氀昀 昀爀漀洀 漀瀀琀椀挀愀氀 愀渀搀 昀漀爀洀愀氀 昀椀搀攀氀椀琀礀 琀漀 渀愀琀甀爀攀⸀ 吀栀攀 䈀愀爀戀椀稀漀渀 猀挀栀漀漀氀 眀椀琀栀 椀琀猀 瀀愀礀猀愀最攀 椀渀琀椀洀攀 愀渀搀 琀栀攀 䤀洀瀀爀攀猀猀椀漀渀椀猀琀猀 爀攀搀椀猀挀漀瘀攀爀攀搀 琀栀攀 氀愀渀搀猀挀愀瀀攀 愀渀搀 愀琀琀愀挀栀攀搀 挀漀洀瀀氀攀琀攀氀礀 渀攀眀 洀攀愀渀椀渀最猀 琀漀 琀栀攀 挀漀氀漀甀爀 猀瀀攀挀琀爀甀洀 愀渀搀 愀渀愀氀礀琀椀挀愀氀 瀀愀椀渀琀椀渀最 琀攀挀栀渀椀焀甀攀猀⸀ 圀椀琀栀 琀栀攀 䔀砀瀀爀攀猀猀椀漀渀椀猀琀 洀漀瘀攀洀攀渀琀猀 椀渀 琀栀攀 攀愀爀氀礀 ㈀ 琀栀 挀攀渀琀甀爀礀Ⰰ 琀栀攀猀攀 琀攀渀搀攀渀挀椀攀猀 眀攀爀攀 最椀瘀攀渀 愀 昀甀爀琀栀攀爀 猀琀椀洀甀氀甀猀Ⰰ 氀攀愀搀椀渀最 琀漀 琀栀攀 渀攀砀琀 洀攀琀愀洀漀爀瀀栀漀猀椀猀 椀渀 氀愀渀搀猀挀愀瀀攀 瀀愀椀渀琀椀渀最⸀㰀⼀瀀㸀ഊ
਀㰀⼀搀椀瘀㸀ഊ

਀㰀搀椀瘀 椀搀㴀∀搀攀洀漀㌀∀ 挀氀愀猀猀㴀∀挀漀氀氀愀瀀猀攀∀㸀ഊ
਀㰀瀀 猀琀礀氀攀㴀∀洀愀爀最椀渀ⴀ戀漀琀琀漀洀㨀  挀洀㬀 氀椀渀攀ⴀ栀攀椀最栀琀㨀 ㄀  ─㬀∀㸀㰀猀瀀愀渀 猀琀礀氀攀㴀∀昀漀渀琀ⴀ猀椀稀攀㨀 砀砀ⴀ猀洀愀氀氀㬀∀㸀䜀漀琀琀愀爀搀漀 匀攀最愀渀琀椀渀椀⸀㰀戀爀⼀㸀匀攀爀愀 氀✀椀渀瘀攀爀渀漀⸀ ㄀㤀㄀㤀㰀戀爀 ⼀㸀伀椀氀 漀渀 挀愀渀瘀愀猀㰀⼀猀瀀愀渀㸀㰀⼀瀀㸀ഊ

. 105 x 152 cm.
Estimate: CHF 120 000 / 180 000

਀㰀戀爀 ⼀㸀㰀戀爀 ⼀㸀㰀⼀搀椀瘀㸀ഊ
਀㰀瀀㸀䄀搀漀氀昀 䐀椀攀琀爀椀挀栠ᤀ猀 ⠀㄀㠀㜀㜠ጀ㄀㤀㔀㜀⤀ 椀洀瀀爀攀猀猀椀瘀攀 氀愀欀攀 瘀椀攀眀 椀渀 琀栀攀 㜀 䐀攀挀攀洀戀攀爀 愀甀挀琀椀漀渀 漀昀 匀眀椀猀猀 䄀爀琀 ⠀椀氀氀⸀ ㌀⤀ 猀栀漀眀猀 椀渀琀爀椀最甀椀渀最 瀀愀爀愀氀氀攀氀猀 琀漀 琀栀攀 氀愀渀搀猀挀愀瀀攀 瀀愀椀渀琀椀渀最猀 漀昀 匀眀椀猀猀 愀爀琀椀猀琀 䘀氀椀砀 嘀愀氀氀漀琀琀漀渀 ⠀㄀㠀㘀㔠ጀ㄀㤀㈀㔀⤀ ⠀椀氀氀⸀ 㐀⤀Ⰰ 攀瘀攀渀 琀栀漀甀最栀 䐀椀攀琀爀椀挀栀 眀愀猀 渀漀琀 昀愀洀椀氀椀愀爀 眀椀琀栀 嘀愀氀氀漀琀琀漀渠ᤀ猀 眀漀爀欀⸀ 刀攀洀愀爀欀愀戀氀礀Ⰰ 戀漀琀栀 愀爀琀椀猀琀猀 愀爀爀椀瘀攀搀 猀攀瀀愀爀愀琀攀氀礀 愀琀 猀椀洀椀氀愀爀 挀爀攀愀琀椀瘀攀 猀漀氀甀琀椀漀渀猀⸀ 䰀椀欀攀 嘀愀氀氀漀琀琀漀渀Ⰰ 䐀椀攀琀爀椀挀栀 眀愀猀 猀攀攀欀椀渀最 椀渀琀攀渀猀椀昀椀挀愀琀椀漀渀 漀昀 挀漀氀漀甀爀 愀渀搀 洀漀琀椀昀 椀渀 琀栀攀 瀀漀爀琀爀愀礀愀氀 漀昀 氀愀渀搀猀挀愀瀀攀猀⸀ 䘀漀爀 戀漀琀栀 愀爀琀椀猀琀猀Ⰰ 琀栀攀 昀漀挀甀猀 眀愀猀 氀攀猀猀 漀渀 愀 爀攀愀氀椀猀琀椀挀 爀攀渀搀攀爀椀渀最 琀栀愀渀 漀渀 愀 猀礀洀戀漀氀椀挀愀氀氀礀 挀栀愀爀最攀搀 搀攀瀀椀挀琀椀漀渀Ⰰ 眀栀椀挀栀 漀挀挀愀猀椀漀渀愀氀氀礀 爀攀挀愀氀氀猀 搀爀攀愀洀 猀攀焀甀攀渀挀攀猀Ⰰ 爀攀昀攀爀攀渀挀攀猀 琀漀 眀栀椀挀栀 愀爀攀 挀氀攀愀爀氀礀 昀漀甀渀搀 椀渀 䴀攀琀愀瀀栀礀猀椀挀愀氀 䄀爀琀⸀ഊ

਀㰀瀀㸀吀栀攀 唀渀琀攀爀猀攀攀 愀琀 琀眀椀氀椀最栀琀 眀愀猀 愀 昀愀瘀漀甀爀椀琀攀 猀甀戀樀攀挀琀 昀漀爀 䐀椀攀琀爀椀挀栀Ⰰ 攀猀瀀攀挀椀愀氀氀礀 椀渀 琀栀攀 洀椀搀ⴀ㄀㤀㈀ 猀 愀渀搀 琀栀攀 攀愀爀氀礀 ㄀㤀㌀ 猀⸀ 䤀渀 ㄀㤀㈀㘀Ⰰ 栀攀 昀椀氀氀攀搀 琀眀漀 愀氀洀漀猀琀 椀搀攀渀琀椀挀愀氀氀礀 猀椀稀攀搀 昀椀攀氀搀猀 眀椀琀栀 琀栀椀猀 洀漀琀椀昀Ⰰ 眀椀琀栀 愀渀 攀攀爀椀氀礀 攀砀愀挀琀 爀攀昀氀攀挀琀椀漀渀 漀昀 琀栀攀 猀欀礀 椀渀 琀栀攀 瀀攀爀昀攀挀琀氀礀 猀琀椀氀氀 眀愀琀攀爀⸀ 吀栀攀 猀琀愀琀椀挀 攀焀甀椀氀椀戀爀椀甀洀 椀猀 甀渀猀攀琀琀氀椀渀最 昀漀爀 琀栀攀 瘀椀攀眀攀爀㬀 椀琀 猀礀洀戀漀氀椀猀攀猀 琀栀攀 搀椀洀椀渀椀猀栀椀渀最 氀椀最栀琀 愀昀琀攀爀 猀甀渀搀漀眀渀 愀渀搀 琀栀攀 琀爀愀渀猀昀漀爀洀愀琀椀漀渀 昀爀漀洀 搀愀礀 琀漀 渀椀最栀琀Ⰰ 眀栀椀挀栀 眀椀氀氀 渀攀瘀攀爀 戀攀 昀甀氀氀礀 爀攀愀氀椀稀攀搀 椀渀 琀栀椀猀 愀爀琀椀猀琀椀挀愀氀氀礀 挀愀瀀琀甀爀攀搀 洀漀洀攀渀琀⸀ 吀椀洀攀 椀猀 猀甀猀瀀攀渀搀攀搀⸀ 吀栀攀 猀甀戀樀攀挀琀 漀昀 琀栀椀猀 瀀愀椀渀琀椀渀最 椀猀 渀漀琀 愀 猀瀀攀挀椀昀椀挀 瀀氀愀挀攀 ⠀椀渀 琀栀椀猀 挀愀猀攀 愀 瀀愀爀琀 漀昀 䰀愀欀攀 䌀漀渀猀琀愀渀挀攀⤀Ⰰ 戀甀琀 爀愀琀栀攀爀 琀栀攀 攀砀瀀爀攀猀猀椀漀渀 漀昀 愀 瀀愀爀琀椀挀甀氀愀爀 洀漀漀搀⸀ 䐀椀攀琀爀椀挀栠ᤀ猀 氀愀渀搀猀挀愀瀀攀 瀀愀椀渀琀椀渀最猀 眀攀爀攀 瀀爀攀挀攀搀攀搀 戀礀 渀甀洀攀爀漀甀猀 瀀愀猀琀攀氀 猀琀甀搀椀攀猀 昀爀漀洀 栀椀猀 攀愀爀氀礀 挀愀爀攀攀爀Ⰰ 椀渀 眀栀椀挀栀 栀攀 挀愀瀀琀甀爀攀搀 琀栀攀 搀椀瘀攀爀猀椀琀礀 漀昀 氀椀最栀琀 攀昀昀攀挀琀猀 漀渀 䰀愀欀攀 䌀漀渀猀琀愀渀挀攀⸀ 吀栀攀 攀砀瀀爀攀猀猀椀瘀椀琀礀 愀渀搀 挀漀氀漀甀爀 漀昀 琀栀攀 瀀愀猀琀攀氀 眀漀爀欀猀 愀爀攀 椀渀琀攀渀猀椀昀椀攀搀 椀渀 琀栀攀 漀椀氀 瀀愀椀渀琀椀渀最猀Ⰰ 爀攀渀搀攀爀椀渀最 琀栀攀洀 攀瘀攀渀 洀漀爀攀 搀爀愀洀愀琀椀挀 愀渀搀 椀洀愀最椀渀愀琀椀瘀攀⸀ 吀栀攀 瀀愀椀渀琀椀渀最 昀攀愀琀甀爀攀搀 漀渀 㜀 䐀攀挀攀洀戀攀爀 眀愀猀 昀椀爀猀琀 愀甀挀琀椀漀渀攀搀 戀礀 䬀漀氀氀攀爀 椀渀 ㄀㤀㤀㐀 愀渀搀 栀愀猀 爀攀洀愀椀渀攀搀 椀渀 琀栀攀 昀愀洀椀氀礀 挀漀氀氀攀挀琀椀漀渀 漀昀 琀栀攀 瀀甀爀挀栀愀猀攀爀⸀ 䤀琀 挀愀渀 戀攀 挀氀愀猀猀攀搀 愀洀漀渀最 愀 猀攀爀椀攀猀 漀昀 挀漀洀瀀愀爀愀戀氀攀 瘀椀攀眀猀 椀渀 眀栀椀挀栀 䐀椀攀琀爀椀挀栀 眀漀爀欀攀搀 攀砀栀愀甀猀琀椀瘀攀氀礀 漀渀 搀攀瀀椀挀琀椀漀渀猀 漀昀 琀栀攀 匀漀甀琀栀攀爀渀 䜀攀爀洀愀渀 氀愀渀搀猀挀愀瀀攀⸀ 㰀⼀瀀㸀㰀⼀搀椀瘀㸀ഊ
਀㰀搀椀瘀 挀氀愀猀猀㴀∀挀氀攀愀爀昀椀砀∀㸀㰀⼀搀椀瘀㸀ഊ
਀㰀栀爀 ⼀㸀ഊ
਀㰀搀椀瘀 挀氀愀猀猀㴀∀挀漀氀ⴀ洀搀ⴀ㌀∀㸀㰀愀 栀爀攀昀㴀∀⸀⸀⼀搀攀⼀㄀ ㄀㘀㈀㘀ⴀ   ㄀ⴀ㄀㄀㠀㜀ⴀ攀爀眀椀渀ⴀ戀氀甀洀攀渀昀攀氀搀ⴀ开㄀㠀㤀㜀ⴀ㄀㤀㘀㤀开⸀ⴀ㄀㄀㠀㜀开㐀㘀㌀㔀㈀㤀⸀栀琀洀氀㼀刀攀挀倀漀猀㴀㄀∀ 琀愀爀最攀琀㴀∀开戀氀愀渀欀∀㸀 㰀椀洀最 挀氀愀猀猀㴀∀椀洀最ⴀ爀攀猀瀀漀渀猀椀瘀攀∀ 猀爀挀㴀∀⸀⸀⼀䌀愀琀䌀愀挀栀攀⼀挀愀琀挀愀挀栀攀⸀㌀⼀瀀椀挀琀甀爀攀猀⼀㐀㘀㌀㔀㈀㤀⼀㐀㘀㌀㔀㈀㤀开䴀开㄀⸀樀瀀最∀ 戀漀爀搀攀爀㴀∀ ∀ ⼀㸀㰀⼀愀㸀ഊ

Erwin Blumenfeld
Hat Fashion, Dior, New York. 1946.
Silver gelatin print. Vintage. 33 x 26,7 cm.
Estimate: CHF 20 000 / 30 000

਀㰀⼀搀椀瘀㸀ഊ
਀㰀栀㈀㸀䄀渀椀洀愀氀猀Ⰰ 眀椀琀栀 攀洀瀀愀琀栀礀㰀⼀栀㈀㸀ഊ

Preview of the Art Nouveau & Art Deco Auction

਀㰀栀㌀㸀漀渀 㘀 䐀攀挀攀洀戀攀爀 ㈀ ㄀㠀㰀⼀栀㌀㸀ഊ

Fascinating animal sculptures were Italian artist Rembrandt Bugatti’s (1884–1916) signature creations. The name Bugatti would become world famous because of the automobile company founded by the artist’s elder brother Ettore. It was not by chance that Bugatti’s parents followed the suggestion of his godfather, established sculptor Ercole Rosa, to christen their new-born child “Rembrandt”, thus predestining him to an artistic future. In the Bugatti family and circle of friends there were already numerous artists, beginning with his grandfather who worked as a sculptor; his father, a furniture and jewellery designer; Rembrandt’s uncle, none less than the artist Giovanni Segantini, and among the family’s friends was the composer Giacomo Puccini.

਀㰀戀甀琀琀漀渀 琀礀瀀攀㴀∀戀甀琀琀漀渀∀ 挀氀愀猀猀㴀∀戀琀渀 戀琀渀ⴀ椀渀昀漀∀ 搀愀琀愀ⴀ琀漀最最氀攀㴀∀挀漀氀氀愀瀀猀攀∀ 搀愀琀愀ⴀ琀愀爀最攀琀㴀∀⌀搀攀洀漀㐀∀㸀圀攀椀琀攀爀氀攀猀攀渀⸀⸀⸀㰀⼀戀甀琀琀漀渀㸀㰀⼀搀椀瘀㸀ഊ
਀㰀戀爀 ⼀㸀㰀戀爀 ⼀㸀ഊ
਀㰀搀椀瘀 挀氀愀猀猀㴀∀挀漀氀ⴀ洀搀ⴀ㌀∀㸀㰀愀 栀爀攀昀㴀∀⸀⸀⼀搀攀⼀㌀㌀㐀㘀㄀㘀ⴀ   ㈀ⴀ㄀㄀㠀㜀ⴀ攀搀漀甀愀爀搀ⴀ洀愀爀挀攀氀ⴀ猀愀渀搀漀稀⸀ⴀ猀欀甀氀瀀琀甀ⴀ㄀㄀㠀㜀开㐀㘀㌀㘀㠀 ⸀栀琀洀氀㼀刀攀挀倀漀猀㴀㄀∀ 琀愀爀最攀琀㴀∀开戀氀愀渀欀∀㸀 㰀椀洀最 挀氀愀猀猀㴀∀椀洀最ⴀ爀攀猀瀀漀渀猀椀瘀攀∀ 猀爀挀㴀∀⸀⸀⼀䌀愀琀䌀愀挀栀攀⼀挀愀琀挀愀挀栀攀⸀㌀⼀瀀椀挀琀甀爀攀猀⼀㐀㘀㌀㘀㠀 ⼀㐀㘀㌀㘀㠀 开䴀开㄀⸀樀瀀最∀ 戀漀爀搀攀爀㴀∀ ∀ ⼀㸀㰀⼀愀㸀ഊ

Edouard Marcel Sandoz.
Groupe de chèvres. 1937.
Bronze with brown patina. H 42 cm.
Estimate: CHF 45 000 / 60 000

਀㰀愀 栀爀攀昀㴀∀⸀⸀⼀搀攀⼀㌀㈀㤀㈀㜀㄀ⴀ   ㌀ⴀ㄀㄀㠀㜀ⴀ琀椀昀昀愀渀礀ⴀ猀琀甀搀椀漀猀ⴀ渀攀眀ⴀ礀漀爀欀⸀ⴀ开琀眀攀ⴀ㄀㄀㠀㜀开㐀㔀㄀㐀㈀㄀⸀栀琀洀氀㼀刀攀挀倀漀猀㴀㈀∀ 琀愀爀最攀琀㴀∀开戀氀愀渀欀∀㸀 㰀椀洀最 挀氀愀猀猀㴀∀椀洀最ⴀ爀攀猀瀀漀渀猀椀瘀攀∀ 猀爀挀㴀∀⸀⸀⼀䌀愀琀䌀愀挀栀攀⼀挀愀琀挀愀挀栀攀⸀㌀⼀瀀椀挀琀甀爀攀猀⼀㐀㔀㄀㐀㈀㄀⼀㐀㔀㄀㐀㈀㄀开䴀开㄀⸀樀瀀最∀ 戀漀爀搀攀爀㴀∀ ∀ ⼀㸀㰀⼀愀㸀ഊ

Tiffany Studios N.Y.
«Twelve-light-lily» floor lamp. Circa 1910.
Gilt bronze and Favrile glass. H 141 cm.
Estimate: CHF 30 000 / 40 000

਀㰀⼀搀椀瘀㸀ഊ
਀㰀瀀㸀䄀 猀攀氀昀ⴀ琀愀甀最栀琀 愀爀琀椀猀琀Ⰰ 刀攀洀戀爀愀渀搀琀 䈀甀最愀琀琀椀 氀攀愀爀渀攀搀 戀爀漀渀稀攀 挀愀猀琀椀渀最 昀爀漀洀 琀栀攀 倀愀爀椀猀椀愀渀 最愀氀氀攀爀椀猀琀 愀渀搀 戀爀漀渀稀攀 昀漀甀渀搀攀爀 䄀搀爀椀攀渀ⴀ䄀甀爀氀椀攀渀 䠀戀爀愀爀搀Ⰰ 眀栀漀猀攀 挀氀椀攀渀琀猀 椀渀挀氀甀搀攀搀 猀甀挀栀 愀爀琀椀猀琀猀 愀猀 䔀搀最愀爀 䐀攀最愀猀 愀渀搀 䄀甀最甀猀琀攀 ഊRodin. Bugatti – who from his youth had demonstrated considerable artistic talent and already enjoyed commercial success with his exhibitions – was an animal lover who obsessively studied the natural world in the zoological gardens of Paris and Antwerp. He was especially drawn to the exotic wild animals in these zoos, which resulted in an impressive array of sculptures of elephants, peacocks, camels, anteaters, yaks, kangaroos, and countless feline predators. The flamingo offered in the 6 December auction (ill. 4) is one of approximately 300 animal sculptures that Bugatti created. This genre was very popular in the years around 1900 and sculptors, known as animaliers, made animals in every imaginable shape, size and material. These were not only destined for high-society sitting rooms, but also for the private and public collections of the time.਀㰀⼀瀀㸀ഊ

Unlike other artists who worked primarily from sketches, Bugatti modelled his clay figures directly on site in zoos, and even sometimes in the animals’ enclosures. He was able to reproduce the animals with astonishing realism, yet always with sensitivity and individuality. Many of his sculptures still bear the marks of his fingerprints on their surfaces – “as if he wanted to capture the fleeting movement of an animal with his two hands.” The nervous energy of these years before the First World War is latent beneath the pelts, feathers and skins of his subjects.

਀㰀瀀㸀刀攀洀戀爀愀渀搀琀 䈀甀最愀琀琀椠ᤀ猀 眀漀爀欀Ⰰ 洀甀挀栀 挀攀氀攀戀爀愀琀攀搀 椀渀 栀椀猀 氀椀昀攀琀椀洀攀Ⰰ 眀愀猀 昀漀爀最漀琀琀攀渀 猀漀漀渀 愀昀琀攀爀 栀椀猀 攀愀爀氀礀 搀攀愀琀栀⸀ 䄀昀琀攀爀 愀 洀漀搀攀猀琀 攀砀栀椀戀椀琀椀漀渀 椀渀 琀栀攀 䠀愀洀戀甀爀最 䴀甀猀攀甀洀 昀ﰀ爀 䬀甀渀猀琀 甀渀搀 䜀攀爀眀攀戀攀 椀渀 ㄀㤀㠀㌀Ⰰ 琀栀椀猀 椀渀樀甀猀琀椀挀攀 眀愀猀 昀椀渀愀氀氀礀 爀攀挀琀椀昀椀攀搀 眀椀琀栀 愀 挀漀洀瀀爀攀栀攀渀猀椀瘀攀 爀攀琀爀漀猀瀀攀挀琀椀瘀攀 椀渀 琀栀攀 䄀氀琀攀 一愀琀椀漀渀愀氀最愀氀攀爀椀攀 椀渀 䈀攀爀氀椀渀 椀渀 ㈀ ㄀㐀⸀ 䤀琀 猀栀漀眀攀搀 䈀甀最愀琀琀椀 愀猀 愀 瘀椀爀琀甀漀猀漀 愀渀搀 攀洀瀀愀琀栀攀琀椀挀 猀挀甀氀瀀琀漀爀 椀渀 琀栀攀 琀爀愀搀椀琀椀漀渀 漀昀 琀栀攀 ㄀㤀琀栀 挀攀渀琀甀爀礀Ⰰ 眀栀漀 氀攀昀琀 栀椀猀 漀眀渀 甀渀椀焀甀攀 洀愀爀欀 漀渀 琀栀攀 栀椀猀琀漀爀礀 漀昀 䔀甀爀漀瀀攀愀渀 愀爀琀⸀㰀⼀瀀㸀㰀⼀搀椀瘀㸀ഊ
਀㰀瀀 猀琀礀氀攀㴀∀洀愀爀最椀渀ⴀ戀漀琀琀漀洀㨀  挀洀㬀 氀椀渀攀ⴀ栀攀椀最栀琀㨀 ㄀  ─㬀∀㸀㰀猀瀀愀渀 猀琀礀氀攀㴀∀昀漀渀琀ⴀ猀椀稀攀㨀 砀砀ⴀ猀洀愀氀氀㬀∀㸀刀攀洀戀爀愀渀搀琀 䈀甀最愀琀琀椀⸀㰀戀爀 ⼀㸀䰀攀 昀氀愀洀愀渀琀 攀渀 洀愀爀挀栀攀⸀ 䌀椀爀挀愀 ㄀㤀㄀㈀⸀㰀戀爀 ⼀㸀 䈀爀漀渀稀攀 眀椀琀栀 戀氀愀挀欀 瀀愀琀椀渀愀⸀ 䠀 ㌀㌀Ⰰ㔀 挀洀⸀㰀戀爀 ⼀㸀䔀猀琀椀洀愀琀攀㨀 䌀䠀䘀 㜀      ⼀ ㄀      㰀戀爀 ⼀㸀㰀戀爀 ⼀㸀㰀⼀猀瀀愀渀㸀㰀⼀瀀㸀ഊ
਀㰀⼀搀椀瘀㸀ഊ
਀㰀戀爀 ⼀㸀㰀栀爀 ⼀㸀ഊ
਀㰀搀椀瘀 挀氀愀猀猀㴀∀挀漀氀ⴀ洀搀ⴀ㌀∀㸀㰀愀 栀爀攀昀㴀∀⸀⸀⼀搀攀⼀㌀㌀  㤀㜀ⴀ   ㄀ⴀ㄀㄀㠀㜀ⴀ渀攀甀眀攀爀琀椀最攀爀开ⴀ氀椀洀椀琀椀攀爀琀攀爀ⴀ瀀愀琀攀欀ⴀ㄀㄀㠀㜀开㐀㘀㄀㤀㘀 ⸀栀琀洀氀㼀刀攀挀倀漀猀㴀㄀∀ 琀愀爀最攀琀㴀∀开戀氀愀渀欀∀㸀 㰀椀洀最 挀氀愀猀猀㴀∀椀洀最ⴀ爀攀猀瀀漀渀猀椀瘀攀∀ 猀爀挀㴀∀⸀⸀⼀䌀愀琀䌀愀挀栀攀⼀挀愀琀挀愀挀栀攀⸀㌀⼀瀀椀挀琀甀爀攀猀⼀㐀㘀㄀㤀㘀 ⼀㐀㘀㄀㤀㘀 开䴀开㄀⸀樀瀀最∀ 戀漀爀搀攀爀㴀∀ ∀ ⼀㸀㰀⼀愀㸀ഊ

A limited edition Patek Philippe
anniversary chronograph. 2015.
18K yellow gold. Ref. 5975 J.
Estimate: CHF 40 000 / 60 000

਀㰀⼀搀椀瘀㸀ഊ
਀㰀栀㈀㸀䌀愀爀琀椀攀爀Ⰰ 䈀甀氀最愀爀椀 愀渀搀 倀愀琀攀欀 倀栀椀氀椀瀀瀀攀㰀⼀栀㈀㸀ഊ

Preview of the Watches and Jewellery Auctions

਀㰀栀㌀㸀漀渀 㔀 䐀攀挀攀洀戀攀爀㰀⼀栀㌀㸀ഊ

Over 400 lots of Jewellery and Watches will be offered on 5 December, including numerous diamonds and coloured precious stones, High Jewellery by Chopard, Harry Winston, Bulgari and Cartier, and fine pieces by Van Cleef & Arpels, Boucheron, Lalaounis, Vourakis and Buccellati. Of special note are a pair of ear pendants with two large, pear-shaped natural pearls, and a natural pearl brooch from the family of the Marquise Bevilacqua Ariosti

਀㰀戀甀琀琀漀渀 琀礀瀀攀㴀∀戀甀琀琀漀渀∀ 挀氀愀猀猀㴀∀戀琀渀 戀琀渀ⴀ椀渀昀漀∀ 搀愀琀愀ⴀ琀漀最最氀攀㴀∀挀漀氀氀愀瀀猀攀∀ 搀愀琀愀ⴀ琀愀爀最攀琀㴀∀⌀搀攀洀漀㔀∀㸀圀攀椀琀攀爀氀攀猀攀渀⸀⸀⸀㰀⼀戀甀琀琀漀渀㸀㰀⼀搀椀瘀㸀ഊ
਀㰀戀爀 ⼀㸀㰀戀爀 ⼀㸀ഊ
਀㰀搀椀瘀 挀氀愀猀猀㴀∀挀漀氀ⴀ洀搀ⴀ㌀∀㸀㰀愀 栀爀攀昀㴀∀⸀⸀⼀搀攀⼀㐀 㐀 㔀㌀ⴀ   ㄀ⴀ㄀㄀㠀㜀ⴀ渀愀琀甀爀瀀攀爀氀攀渀ⴀ搀椀愀洀愀渀琀ⴀ戀爀漀猀挀栀攀开ⴀ甀ⴀ㄀㄀㠀㜀开㐀㘀㔀 ㄀㜀⸀栀琀洀氀㼀刀攀挀倀漀猀㴀㌀∀ 琀愀爀最攀琀㴀∀开戀氀愀渀欀∀㸀 㰀椀洀最 挀氀愀猀猀㴀∀椀洀最ⴀ爀攀猀瀀漀渀猀椀瘀攀∀ 猀爀挀㴀∀⸀⸀⼀䌀愀琀䌀愀挀栀攀⼀挀愀琀挀愀挀栀攀⸀㌀⼀瀀椀挀琀甀爀攀猀⼀㐀㘀㔀 ㄀㜀⼀㐀㘀㔀 ㄀㜀开䴀开㄀⸀樀瀀最∀ 戀漀爀搀攀爀㴀∀ ∀ ⼀㸀㰀⼀愀㸀ഊ

Natural pearl and diamond brooch.
Circa 1900.
Silver and pink gold
Estimate: CHF 30 000 / 50 000

਀㰀愀 栀爀攀昀㴀∀⸀⸀⼀搀攀⼀㐀 ㈀㄀㠀㈀ⴀ   ㈀ⴀ㄀㄀㠀㜀ⴀ猀洀愀爀愀最搀ⴀ昀愀渀挀礀ⴀ搀椀愀洀愀渀琀ⴀ挀漀爀猀愀最攀ⴀⴀ㄀㄀㠀㜀开㐀㔀㠀㜀㔀㤀⸀栀琀洀氀㼀刀攀挀倀漀猀㴀㄀∀ 琀愀爀最攀琀㴀∀开戀氀愀渀欀∀㸀 㰀椀洀最 挀氀愀猀猀㴀∀椀洀最ⴀ爀攀猀瀀漀渀猀椀瘀攀∀ 猀爀挀㴀∀⸀⸀⼀䌀愀琀䌀愀挀栀攀⼀挀愀琀挀愀挀栀攀⸀㌀⼀瀀椀挀琀甀爀攀猀⼀㐀㔀㠀㜀㔀㤀⼀㐀㔀㠀㜀㔀㤀开䴀开㄀⸀樀瀀最∀ 戀漀爀搀攀爀㴀∀ ∀ ⼀㸀㰀⼀愀㸀ഊ

Emerald and fancy diamond corsage brooch
Circa 1950. 18K white gold. Suspending a
Colombian pear-shaped emerald of ca. 59.00 ct.
Estimate: CHF 120 000 / 180 000

਀㰀⼀搀椀瘀㸀ഊ
਀㰀瀀㸀伀琀栀攀爀 氀漀琀猀 漀昀 瀀愀爀琀椀挀甀氀愀爀 椀渀琀攀爀攀猀琀 愀爀攀 愀 瘀攀爀礀 搀攀挀漀爀愀琀椀瘀攀 搀椀愀洀漀渀搀 戀爀漀漀挀栀 眀椀琀栀 愀 瀀椀渀欀椀猀栀ⴀ漀爀愀渀最攀 瀀攀愀爀ⴀ猀栀愀瀀攀搀 㘀⸀㤀㌀ 挀愀爀愀琀 昀愀渀挀礀 搀椀愀洀漀渀搀㬀 愀 䌀漀氀漀洀戀椀愀渀 攀洀攀爀愀氀搀Ⰰ 挀椀爀挀愀 㔀㤀 挀愀爀愀琀猀Ⰰ 猀甀猀瀀攀渀搀攀搀 愀猀 愀 瀀攀渀搀愀渀琀Ⰰ 愀渀搀 愀渀 漀挀琀愀栀攀搀爀漀渀 搀椀愀洀漀渀搀 眀椀琀栀 愀 挀愀瀀琀椀瘀愀琀椀渀最 愀猀琀攀爀椀猀洀 攀昀昀攀挀琀⸀ഊ

਀㰀搀椀瘀 挀氀愀猀猀㴀∀挀漀氀ⴀ洀搀ⴀ㌀∀㸀㰀愀 栀爀攀昀㴀∀⸀⸀⼀搀攀⼀㌀㌀㈀㄀㜀 ⴀ   ㄀ⴀ㄀㄀㠀㜀ⴀ搀椀愀洀愀渀琀ⴀ戀爀愀挀攀氀攀琀开ⴀ栀愀爀爀礀ⴀ眀椀渀猀琀漀ⴀ㄀㄀㠀㜀开㐀㘀㄀㐀㔀㤀⸀栀琀洀氀㼀刀攀挀倀漀猀㴀㄀∀ 琀愀爀最攀琀㴀∀开戀氀愀渀欀∀㸀 㰀椀洀最 挀氀愀猀猀㴀∀椀洀最ⴀ爀攀猀瀀漀渀猀椀瘀攀∀ 猀爀挀㴀∀⸀⸀⼀䌀愀琀䌀愀挀栀攀⼀挀愀琀挀愀挀栀攀⸀㌀⼀瀀椀挀琀甀爀攀猀⼀㐀㘀㄀㐀㔀㤀⼀㐀㘀㄀㐀㔀㤀开䴀开㄀⸀樀瀀最∀ 戀漀爀搀攀爀㴀∀ ∀ ⼀㸀㰀⼀愀㸀ഊ

Harry Winston. Diamond bracelet, platinum 950.
Set with 10 pear-shaped, 30 marquise-shaped and
220 brilliant-cut diamonds totalling ca. 38.00 ct.
Estimate: CHF 80 000 / 120 000

਀㰀⼀搀椀瘀㸀ഊ
਀㰀搀椀瘀 挀氀愀猀猀㴀∀挀氀攀愀爀昀椀砀∀㸀㰀⼀搀椀瘀㸀ഊ

਀㰀搀椀瘀 挀氀愀猀猀㴀∀爀漀眀∀㸀ഊ
਀㰀瀀 猀琀礀氀攀㴀∀洀愀爀最椀渀ⴀ戀漀琀琀漀洀㨀  挀洀㬀 氀椀渀攀ⴀ栀攀椀最栀琀㨀 ㄀  ─㬀∀㸀㰀猀瀀愀渀 猀琀礀氀攀㴀∀昀漀渀琀ⴀ猀椀稀攀㨀 砀砀ⴀ猀洀愀氀氀㬀∀㸀䄀 䈀栀甀琀愀 洀愀猀欀 漀昀 倀愀渀樀甀爀氀椀ഊ
India, Karnataka, Tulu Nadu
18th/19th century. Bronze. H circa 27 cm.
Estimate: CHF 4 000 / 6 000

਀㰀⼀搀椀瘀㸀ഊ
਀㰀栀㈀㸀䴀愀最椀挀 洀愀猀欀猀㰀⼀栀㈀㸀ഊ

Preview of the Asian Art Auctions

਀㰀栀㌀㸀漀渀 ㌀ 愀渀搀 㐀 䐀攀挀攀洀戀攀爀 ㈀ ㄀㠀㰀⼀栀㌀㸀ഊ

Ritual masks play a central role in the religious celebrations of the southwestern Indian coastal region of Tulu Nadu. These elaborately crafted masks do not represent popular Hindu deities such as Shiva and Vishnu, but rather local gods and heroes like Daiva and Bhuta. Through theatrical dance performances, professional dancers bring the honoured deities to life. During these trancelike enactments by the Pambada, the gods take possession of the dancers, who then – endowed with superhuman qualities – accept offerings and wishes, resolve conflicts, administer justice and heal the sick. Along with the sacred masks, the ritual involves opulently decorated costumes and majestic structures, up to several meters high. Behind these expressive mask dances lies the fascinating mythology of the relatively small geographic region in which Tulu culture thrives, recounted in music and song during the festivities. The myths are passed on orally from one generation to the next. The elaborate religious celebrations mark the annual calendar, and ritual masks are frequently part of the performances. In the 4 December auction, a Panjurli mask from the 18th/19th century is rendered as a stylised head of a wild boar (ill. 1), while Pilichandi masks always take the form of a tiger (ill. 2).਀㰀⼀瀀㸀㰀戀甀琀琀漀渀 琀礀瀀攀㴀∀戀甀琀琀漀渀∀ 挀氀愀猀猀㴀∀戀琀渀 戀琀渀ⴀ椀渀昀漀∀ 搀愀琀愀ⴀ琀漀最最氀攀㴀∀挀漀氀氀愀瀀猀攀∀ 搀愀琀愀ⴀ琀愀爀最攀琀㴀∀⌀搀攀洀漀㘀∀㸀圀攀椀琀攀爀氀攀猀攀渀⸀⸀⸀㰀⼀戀甀琀琀漀渀㸀㰀⼀搀椀瘀㸀ഊ

਀㰀戀爀 ⼀㸀㰀戀爀 ⼀㸀ഊ
਀㰀搀椀瘀 挀氀愀猀猀㴀∀挀漀氀ⴀ洀搀ⴀ㌀∀㸀㰀愀 栀爀攀昀㴀∀⸀⸀⼀搀攀⼀㐀㘀㌀㘀㤀㘀ⴀⴀⴀⴀⴀⴀⴀⴀⴀⴀ㜀㄀㠀㜀ⴀ最爀漀猀猀攀ⴀ瀀椀氀椀挀栀愀渀搀椀ⴀ戀栀甀琀愀ⴀ洀愀猀欀攀ⴀ㜀㄀㠀㜀开㐀㘀㌀㘀㤀㘀⸀栀琀洀氀㼀刀攀挀倀漀猀㴀㄀∀ 琀愀爀最攀琀㴀∀开戀氀愀渀欀∀㸀 㰀椀洀最 挀氀愀猀猀㴀∀椀洀最ⴀ爀攀猀瀀漀渀猀椀瘀攀∀ 猀爀挀㴀∀⸀⸀⼀䌀愀琀䌀愀挀栀攀⼀挀愀琀挀愀挀栀攀⸀㌀⼀瀀椀挀琀甀爀攀猀⼀㐀㘀㌀㘀㤀㘀⼀㐀㘀㌀㘀㤀㘀开䴀开㄀⸀樀瀀最∀ 戀漀爀搀攀爀㴀∀ ∀ ⼀㸀㰀⼀愀㸀ഊ

A large Pilichandi Bhuta mask.
India, Karnataka, Tulu Nadu.
18th/19th century. Bronze. H 38.5 cm.਀㰀戀爀 ⼀㸀 䔀猀琀椀洀愀琀攀㨀 䌀䠀䘀 㔀     ⼀ 㠀    㰀戀爀 ⼀㸀 㰀戀爀 ⼀㸀 㰀⼀猀瀀愀渀㸀㰀⼀瀀㸀ഊ ਀㰀瀀 猀琀礀氀攀㴀∀洀愀爀最椀渀ⴀ戀漀琀琀漀洀㨀  挀洀㬀 氀椀渀攀ⴀ栀攀椀最栀琀㨀 ㄀  ─㬀∀㸀㰀猀瀀愀渀 猀琀礀氀攀㴀∀昀漀渀琀ⴀ猀椀稀攀㨀 砀砀ⴀ猀洀愀氀氀㬀∀㸀䄀 昀椀渀攀 䐀攀栀甀愀 昀椀最甀爀攀 漀昀 䴀愀渀樀甀猀栀爀⸀㰀戀爀 ⼀㸀 㰀⼀猀瀀愀渀㸀㰀猀瀀愀渀 猀琀礀氀攀㴀∀昀漀渀琀ⴀ猀椀稀攀㨀 砀砀ⴀ猀洀愀氀氀㬀∀㸀䌀栀椀渀愀Ⰰ ㄀㠀㰀猀甀瀀㸀琀栀㰀⼀猀甀瀀㸀 挀攀渀琀甀爀礀㰀戀爀 ⼀㸀䈀氀愀渀挀 搀攀 䌀栀椀渀攀⸀ 䠀 ㈀㈀Ⰰ㈀ 挀洀⸀㰀戀爀 ⼀㸀 䔀猀琀椀洀愀琀攀㨀 䌀䠀䘀 ㄀      ⼀ ㄀㔀    㰀戀爀 ⼀㸀 㰀戀爀 ⼀㸀 㰀⼀猀瀀愀渀㸀㰀⼀瀀㸀ഊ

਀㰀搀椀瘀 挀氀愀猀猀㴀∀挀漀氀ⴀ洀搀ⴀ㘀∀㸀ഊ

A much more introspective manner of honouring deities is represented by a 16th-century Tibetan figure of Vajradhara (ill. 2). Seated on a double lotus throne, the richly bejewelled, transcendent “primordial buddha” (Adhibuddha) assumes the position of a teacher, with his hands before his chest. In the cosmology of Tibetan Buddhism, Vajradhara is considered the highest essence of all buddhas. His name signifies “lord of the Vajra essence”. Figures like this one were made for temples as well as for private use – for veneration and for meditation.਀㰀⼀瀀㸀㰀戀爀 ⼀㸀ഊ

A pair of elegant two-part cabinets in the 3 December auction (ill. 4) were purportedly made for the sixteenth and last Ming emperor Chongzhen (1611–1644). This information was communicated by the seller, Xu Shoushao, who offered them in Beijing in 1923 to the New York banker and collector Henry H. Wehrhane. The seller’s grandfather, Xu Tong (1819–1900), acquired them from the emperor Guangxu (1871–1908), whom he tutored. The provenance is related in a notice translated into English in 1923 by J.C. Fitzhugh, which was given to Wehrhane when he purchased the cabinets. Many families among the nobility and civil servants found themselves in difficult financial straits after the fall of the Qing dynasty, and were forced to sell all of their valuables. The cabinets are of the finest quality and typical of the lacquer workshops of Yangzhou, which brought this style, with its multicolour stone inlay – the so-called “hundred treasures” inlay – to perfection in the later years of the Ming dynasty. Pieces of this quality of craftsmanship seldom appear on the market.

਀㰀搀椀瘀 挀氀愀猀猀㴀∀挀漀氀ⴀ洀搀ⴀ㌀∀㸀㰀愀 栀爀攀昀㴀∀⸀⸀⼀搀攀⼀㄀ ㄀㘀㘀 ⴀ   ㈀ⴀ㜀㄀㠀㜀ⴀ瀀愀愀爀ⴀ瀀爀愀攀挀栀琀椀最攀ⴀ愀甀昀猀愀琀稀猀挀栀爀愀攀渀欀攀ⴀ㜀㄀㠀㜀开㐀㘀㐀㐀㐀㌀⸀栀琀洀氀㼀刀攀挀倀漀猀㴀㄀㈀㤀∀ 琀愀爀最攀琀㴀∀开戀氀愀渀欀∀㸀 㰀椀洀最 挀氀愀猀猀㴀∀椀洀最ⴀ爀攀猀瀀漀渀猀椀瘀攀∀ 猀爀挀㴀∀⸀⸀⼀䌀愀琀䌀愀挀栀攀⼀挀愀琀挀愀挀栀攀⸀㌀⼀瀀椀挀琀甀爀攀猀⼀㐀㘀㐀㐀㐀㌀⼀㐀㘀㐀㐀㐀㌀开䴀开㄀⸀樀瀀最∀ 戀漀爀搀攀爀㴀∀ ∀ ⼀㸀㰀⼀愀㸀ഊ

A splendid pair of Yangzhou style lacquer two-part
cabinets. China, late Ming dynasty. Overall height 173 cm.
Estimate: CHF 120 000 / 180 000

਀㰀⼀搀椀瘀㸀ഊ
਀㰀搀椀瘀 挀氀愀猀猀㴀∀挀氀攀愀爀昀椀砀∀㸀㰀⼀搀椀瘀㸀ഊ

਀㰀搀椀瘀 挀氀愀猀猀㴀∀爀漀眀∀㸀ഊ

ANTWERP MASTER, CIRCA 1610 – 1615
A study of the head of a mon looking upwards.
Oil on panel. 47,5 x 37,7 cm.
Sold for CHF 336 000

POST-SALE PRESS RELEASE

Old Master & 19th Century Paintings auctions at Koller Zurich, 28 September 2018.

Rediscovered Old Masters Highlight the auctions at Koller Zurich.

One of the most captivating works in the Old Master Paintings auction at Koller Zurich was also an interesting discovery: a oil study of the head of a monk, recently identified as the model for a work by Peter Paul Rubens. Representing the head of Saint Dominic in Rubens’ 1618 altarpiece “Saints Dominic and Francis Saving the World from Christ’s Anger”, today in the Musée des Beaux-Arts in Lyon, the painting on panel is striking in its use of minimal brushstrokes and highlighting to create a fascinating portrait which still, after four centuries, appears distinctly modern. Itsold to a private collector, following spirited bidding, for CHF 336,000.



SIMON DE VOS
The Visitation. Circa 1639.
Öl on panel. 23 × 17,3 cm.
Sold for CHF 30 000



FOLLOWER OF HIERONYMUS BOSCH, CIRCA 1550.
The Temptation of Saint Anthony.
Oil on panel. 45 x 57 cm.
Sold for CHF 204 000

Other highlights among the Old Masters include a winter landscape by Joos de Momper and Pieter Brueghel the Elder which fetched CHF 144,000, and a mid-16th century depiction of the Temptation of Saint Anthony by a follower of Hieronymus Bosch, which sold for CHF 204,000. A print by Martin Schongauer on the same theme from circa 1469-73 doubled its estimate in the Old Master Prints auction to sell at CHF 58,000.

Among the 19thCentury works on sale, an arctic landscape by Russian painter Ivan Federovic Choultsé is particularly interesting, as it was painted from the sketches he made while on an expedition to Spitsbergen in 1907/08. Choultsé painted a dozen paintings following this expedition, some of which were used as diorama backdrops for the Alexander Koenig Natural History Museum in Bonn. This view of a glacier has now entered a private Russian collection for CHF 120,000.

The 19th Century Paintings auction was led by a still life of apples by Gustave Courbet with an impressive provenance, which sold for more than five times its estimate at CHF 138,000. A plein-air view of the Maas at Dordrecht by Eugène Boudin also exceeded its pre-sale estimate, selling at CHF 118,000.

IVAN FEDOROVIC CHOULTSÉ
Glacier in Spitsberg. 1911.
Oil on canvas. 60,5 x 90,7 cm.
Sold for CHF 120 000



 



A selection of Highlights

JOOS DE MOMPER & JAN BRUEGHEL THE ELDER
Winter landscape with figures.
Oil on panel. 45 x 68,5 cm.
Sold for CHF 144 000



GUSTAVE COURBET
Still life with apples on a plate and wine on a table.
Circa 1846–47. Oil on panel. 45,5 x 55 cm.
Sold for CHF 138 000



EUGÈNE BOUDIN
View of the Maas at Dordrecht.
Oil on canvas. 46,5 x 65,3 cm.
Sold for CHF 118 000



 

MARTIN SCHONGAUER
Saint Anthony tormented by demons.

Circa 1469–73. Copper engraving.
Sold for CHF 58 000



HUNTING HORN / OLIPHANT
Portugal, probably circa 1480.
Ivory. L 40 cm.
Sold for CHF 96 000



FELIX ZIEM
Fête de l'Assomption, dans le bassin.
Oil on canvas. 67 x 82 cm.
Sold for CHF 87 000



 

MASTER OF THE MADONNA LAZZARONI
Madonna dell'Umiltà. Circa 1375.
Tempera and gold ground on panel. 90,5 x 50,5 cm.
Sold for CHF 96 000



A LOUIS XV LACQUER "SECRETAIRE A ABATTANT"
With signature L. BOUDIN.
Paris, circa 1760/65. 104 x 40 x 144 cm.
Sold for CHF 78 000



A SILVER-GILT NEF
Nuremberg, early 17th century.
Maker's mark Esaias zur Linden. Height circa 44 cm.
Sold for CHF 144 000



 




KOLLERview is published four times annually.

Next issue: November 2018

Read as PDF

Dear Readers,

Did you know that pure yellow diamonds are known as “canary diamonds”? Or that Andy Warhol collected wind-up toys? And did you know that an altarpiece has stood in an important Antwerp church for almost four hundred years, whose authorship can only now be fully clarified following the rediscovery of a small oil study?

I am pleased to present the first issue of our new publication, KOLLERview, which will be published four times annually, before each auction series in March, June, September and December. In each issue we will not only present highlights from our upcoming auctions, but also review our recent past auctions and inform you of forthcoming consignment deadlines, preview dates and further activities and news about our company.

This issue’s cover depicts a life study of a monk’s head that was the model for the head of Saint Dominic in Peter Paul Rubens’ 1618 altarpiece Saints Dominic and Francis Saving the World from Christ’s Anger, today in the collection of the Museum of Fine Arts in Lyon, France. This is a good example of the “modernity” that high-quality artworks of the past still possess today.

As always, the focus of our autumn auctions is on fine and decorative arts from past centuries. Old Master paintings from the 14th to 19th centuries, fine furniture, silver and porcelain from the Renaissance to the revival styles, and books and manuscripts are on exhibit in our galleries from 19 – 23 September 2018. Each auction series throughout the year also features a fine selection of jewellery.

In the second section of KOLLERview, we take a look at our June 2018 sales , which featured fine examples of Asian Art and a large selection of modern and c ontemporary European and American art. We are currently accepting consignments for our sales in November and December 2018 and would be happy to arrange a no-obligations appointment to provide an estimate of works you may wish to offer in view of these auctions.

We hope you enjoy reading this issue. If you have questions about any of the items featured in this publication, please don’t hesitate to contact our staff of specialists.

Cyril Koller


Willem Benson.
The Virgin and Child.
Oil on panel. 66 × 49,4 cm.
Estimate: CHF 200 000 / 300 000>

Discoveries with Roots in Antwerp

Preview of the Old Master and 19th Century Paintings auction

on 28 September 2018

Among the approximately 100 Old Master works offered at the 28 September auction is an outstanding Madonna and Child by Flemish artist Willem Benson (1521 – 1574) (ill. 6). This intimate image of high artistic quality is a valuable addition to the scant body of known works by Benson. Created presumably after 1555 in Bruges, this oil painting on oak panel is indebted to the tradition of Flemish artists such as Gerard David.



Simon de Vos.
The Visitation. Circa 1639.
Oil on panel. 23 × 17.3 cm.
Estimate: CHF 10 000 / 15 000



Hans Vredeman de Vries.
A Gothic church interior. 1594.
Oil on panel. 24.5 × 39.7 cm.
Estimate: CHF 80 000 / 120 000

An attractive early work by the Dutch marine and landscape painter Simon de Vlieger (1601 – 1653), a seascape tondo from circa 1626/27 (ill. 4), has recently been discovered in a Swiss private collection. The pictorial form and language point to the influence of de Vlieger’s teacher Jan Porcellis, as well as Hendrick van Anthonissen and Hans Goderis. Nothing in the tondo is arbitrary – in fact, the artist has arranged his composition with a pronounced sense of order in a fine example of classic marine painting.

Also rediscovered in a Swiss private collection is a panel depicting The Visitation (ill. 2). A noteworthy addition to the oeuvre of the Antwerp painter Simon de Vos (1603 – 1676), the composition is identical to that of an altarpiece in St James’ Church in Antwerp, which until now had been considered to be a work by Victor Wolfvoet. The Antwerp altarpiece was produced circa 1639 for the private chapel of the family of the Portuguese consul Franco Lopez Franco. Recent art historical research has identified the painting presented here as a study by Simon de Vos for the altarpiece itself. Simon de Vos was active as a painter and art collector, and specialised early on in cabinet paintings and genre scenes in the style of the Utrecht Caravaggisti. From circa 1640 onwards he increasingly painted large-format religious, allegorical or historical scenes in the style of Peter Paul Rubens and Anthony van Dyck. One of de Vos’ pupils was Jan van Kessel the Elder.

From the 16th to the 18th centuries, St James’ Church was the most important parish church in Antwerp and also formed a pantheon of Dutch and Flemish painters. Famous and affluent figures are buried there in custom-built chapels, including Peter Paul Rubens and his wife Helena Fourment, the artists Jan and Hendrick van Balen, as well as Jan Boeckhorst and Cornelis Schut. Hans Vredeman de Vries (1527 – 1609) began his career as an architect before turning to painting. The depiction of a church interior offered here (ill. 1) is not only the first known by the artist, but also one of the oldest depictions of this type in the history of art, and comes from a German private collection. The auction also presents a high-quality example of Utrecht Caravaggism by Johannes Moreelse (ca. 1603 – 1634). With its typical Caravaggesque effects of light and shadow combined with highly realistic rendering of figures, Moreelse’s large-format oil painting depicts an alchemist engaged in an experiment (ill. 3). Also from the 17th century is a rediscovered work by Meindert Hobbema (1638 – 1709). The painting was part of the prestigious collection of the Earl of Lonsdale before entering a Swiss private collection and has not been presented on the art market since the 1960s.

Among the 19th century works is a compelling Arctic landscape by Russian artist Ivan Fedorovich Choultsé (1874 – 1939) that was created based on preliminary studies made during an expedition he took to Spitsbergen in 1907/08. Additional highlights include: a large painting of Venice in splendid colours by Felix Ziem (1821 – 1911), a view of the Maas at Dordrecht painted in 1884 by Eugène Boudin (1824 – 1898), and three attractive small landscapes by Carl Spitzweg (1808 – 1885), exemplifying this period’s exploration of plein air painting.

Simon de Vlieger.
Marine with sailing ships near the coast.
Oil on panel. Diamet er 40 cm.
Estimate: CHF 50 000 / 70 000


Johannes Moreelse.
An Alchemist.
Oil on canvas. 90.5 × 107.5 cm.
Estimate: CHF 200 000 / 300 000




A Louis XVI double globe clock by Philipp Mathhäus
Hahn, the glazed case possibly by Nikolas Friedrich von
Thouret, Echterdinge. Circa 1785. 39,5 × 20 × 40,5 cm.
Estimate: CHF 250 000 / 450 000

A Certain Fascination with the Universe

Preview of the Fine Furniture auction on 27 September 2018

Among the more than 300 lots of furniture, clocks, sculpture and decorative arts in the Fine Furniture auction on 27 September is an elegant and spectacular double-globe clock created by Philipp Matthäus Hahn (1739 – 1790) in Echterdingen, Germany in the second half of the 18th century (ill. 2). A brilliant example of the fascination with complicated mechanisms exhibited by many monarchs of the time, including the French king Louis XVI, the clock can be seen as an expression of Enlightenment themes. The desire to understand the workings of the entire universe is illustrated by the presence of both a terrestrial and a celestial globe. It also represents the need to advance knowledge, research and learning ever further; it is significant that the movement of this double clock, rather than hidden inside a clock case, is visible behind glass, allowing all a view into its intricate workings. The ebonised vitrine for this chronometer, which has been in a private collection for decades, is attributable to Nikolaus Friedrich von Thouret (1767 – 1845).



A Louis XIV Boulle marquetry
armoire by Nicolas Sageot.
Paris circa 1715 / 25. 150 × 55 × 257 cm.
Estimate: CHF 250 000 / 450 000

A pair of Louis XVI ormolu-mounted
porcelain vases.
The porcelain China, Kangxi circa 1700,
the bronze mounts Paris, circa 1765 / 75. H 40.5 cm
Estimate: CHF 100 000 / 200 0000

Another outstanding piece is an important bibliothèque en armoire veneered with tortoiseshell and brass Boulle marquetry, created during the first quarter of the 18th century (ill. 3). Its maker, the master craftsman Nicolas Sageot (1666 – 1731), counted among his clients Parisian collectors, members of the French aristocracy, Maximilian II, elector of Bavaria, as well as the Swedish royal court. Although the forms and dimensions of Sageot’s cabinets and bookcases varied widely, his elaborate marquetry remained nearly identical from one work to another. This allows for a firm attribution of even unsigned pieces – such as the one offered here – to Sageot’s oeuvre. Sageot employed a large variety of ormolu mounts according to the individual desires of his clientele. The present piece displays mounts from the workshop of renowned cabinetmaker André-Charles Boulle (1642 – 1732) alongside laterexamples from the 18th and 19th centuries. With the exception of the very few pieces which remain in private hands, the majority of Sageot’s works are found in important museums such as the Musée National du Château de Versailles, the Musée du Petit Palais in Paris, the Bayerischen Nationalmuseum in Munich, and London’s Victoria and Albert Museum.

A pair of Chinese porcelain vases and covers from circa 1700 with Parisian ormolu mounts from 1760 / 65 (ill. 1) likewise boasts an important provenance: they were formerly in the remarkable collection of the French-Iranian connoisseur Djahanguir Riahi.

Another highlight is a lacquer fall-front secretary by Léonard Boudin (1735 – 1807), executed in Paris during the period of 1760 / 65. An extraordinary piece of furniture, it is veneered overall with Coromandel lacquer panels. This type of lacquer has its roots in the late Ming Dynasty, and combines the arts of lacquer and carving in a technique that involves the painstaking application of coat upon coat of lacquer in various colours, followed by selective carving through the layers to create a polychrome, multi-dimensional scene – in this case, figures in an idealised landscape with gardens and pagodas.

LACQUERED SECRETAIRE "A ABATTANT".
Louis XV, with signature by L. BOUDIN.
Guild stamp Paris ca. 1760/65.
Estimate: CHF 50 000 / 70 000



Plenarium. Augsburg, Anton Sorg.
1480.
Estimate: CHF 22 000 / 35 000

Schongauer, a Model for an Entire Generation of Artists

Preview of the auctions of Books & Autographs and Old Master Prints on 24 and 28 September 2018

The Augsburg printmaker Anton Sorg (circa 1460 – 1530) was one of the most productive members of his guild during the last quarter of the 15th century. His editions of books illustrated with woodcuts were particularly valuable even at the time they were produced, and have become exceptionally rare collectors’ pieces over the centuries. The plenarium presented here – published between 1478 and 1483 (ill. 2) – is a collection of Bible passages which were designated as readings for church services throughout the ecclesiastical year. The plenarium is the precursor of the later postil, in which Biblical texts and sermons were published. Among the works on offer on 24 September is an early example of a devotional book in the vernacular, of which only a handful of complete copies can be found in public libraries.



Martin Schongauer. Saint Anthony tormented by demons. Circa 1469 – 73. Copperplate engraving. 31,4 × 23,8 cm. Estimate: CHF 25 000 / 35 0000



A highlight of the auction of Old Master Prints on 28 September is the copperplate engraving Saint Anthony Tormented by Demons produced by Martin Schongauer circa 1470 (ill. 1). This famous engraving shows the saint serenely gazing at the viewer while wild demons tear at his limbs, clothes and hair, and strike at him with cudgels. Schongauer has depicted these imaginary beings most convincingly, the naturalistic rendering of their scales and fur indicating direct observation of animals. With images such as these, Schongauer (circa 1445 / 50 – 1491), called the hübsche Martin (handsome Martin), produced some of the most fanciful and simultaneously most grotesque works in the history of printing. The drama found in Schongauer’s images was innovative for the art of that period, and although this is one of the earliest of the artist’s 116 prints known today, it became one of his most influential works. Albrecht Dürer and Lucas Cranach the Elder made direct reference to Schongauer in their graphic works, and Giorgio Vasari recounted the story of Michelangelo, who at the age of thirteen produced a painting based on this extraordinary motif. Michelangelo’s oil on panel was rediscovered several years ago and is now in the Kimbell Art Museum in Fort Worth, Texas.



A Böttger stoneware teapot.
Circa 1710. H 10,5 cm.
Estimate: CHF 12 000 / 18 000

Centuries Old yet Fresh to the Market

Preview of the Porcelain and Silver auction on 25 September 2018

The Böttger teapot offered in the 25 September auction is among the earliest Meissen pieces that one can acquire (ill. 3). This stoneware example – which dates to 1710, the year the Meissen factory was founded – also possesses a stellar provenance. Formerly in the prestigious Ludwig von Darmstaedter collection in Berlin, it was acquired at the important Munich auction house of Hugo Helbing in 1930 by a private Basel collector, in whose family it has remained until now. In an early inventory from 1711 of the famous Saxon porcelain factory, this delicate model was described as an 8bassiger Thee-Krügel mit Adler-Schnäutzgen. Comparable teapots can be found in many of the world’s most important museums.



A Neoclassical Russian partial service, patinated and gilt copper.
Ural, Demidoff Copper Manufactory.
Circa 1770.
Estimate: CHF 10 000 / 15 000

The auction will also present a set of tea caddies with tray that were produced in 1770 by the Demidoff copper factory in the Russian Ural – an identical model to a table service which was sold in the legendary Yves Saint Laurent auction in Paris in 2009. Demidoff copper held a well-established reputation for exceptional purity. These elegant collectors’ pieces with gilt and patinated copper surfaces exhibit a level of workmanship that is rarely found (ill. 1). A Maiolica plate likewise presents a unique type of decoration (ill. 2). Mannerist figures executed in a restrained palette occupy the entire pictorial space of this 44 cm plate, covering the centre as well as the rim, depicting the biblical scene known as La strage degli innocenti (the Massacre of the Innocents). This attractive piece was made approximately 450 years ago in central Italy and has been featured in various publications.

A very rare Italian Renaissance Maiolica plate
“La Strage degli Innocenti”.
Castelli d’Abruzzo, probably the workshop of Orazio Pompei,
circa 1561 – 1565. D 44 cm.
Estimate: CHF 60 000 / 80 000



A pair of fancy intense yellow diamonds. Radiant cut.
3.04 carats and 3.07 carats, IF.
Estimate: CHF 80 000 / 120 000

Rarities in Canary Yellow

Preview of the Jewellery auction on 25 September 2018

Treasures by Buccellati, Cartier, Tiffany & Co., Bulgari, David Morris and others are featured in the Jewellery auction on 25 September. Among the items on offer, a fine pair of yellow diamonds is particularly striking (ill. 1). Decisive factors in the value of a diamond, alongside the purity of the stone, are its weight, colour and cut. Colourless diamonds with a high degree of purity are particularly rare. However, non-standard and intensely coloured diamonds – known as Fancy Diamonds, very rare gemstones outside the familiar colour spectrum – are also sought after and often very valuable, for example those in saturated pink, blue, red, green or yellow.



A pearl, sapphire and diamond brooch, circa 1900.
Estimate: CHF 5 000 / 8 000

Yellow, the second most common fancy colour for diamonds, is caused by the inclusion of nitrogen within the lattice of carbon crystals. Yellow diamonds come in a broad range of colour density, from fancy light to fancy and fancy dark to fancy deep. The most intense and strongest tones are graded fancy intense or fancy vivid and are sometimes termed “canary”. Some of the most famous Fancy Diamonds are yellow, such as the Kahn Canary, the Cora Sun Drop and the Canary worn by Audrey Hepburn in the promotional photos for Breakfast at Tiffany’s. Both diamonds offered here at auction are graded fancy intense yellow, weigh 3 carats each, and are an almost perfect pair, which is reflected in their estimate. Further highlights of the auction are a ring with a fine-quality emerald-cut diamond weighing 6.95 carats; a collectable minaudière by Buccellati set with diamonds, a pair of rare sapphire and diamond earclips by Harry Winston in the form of starfish, and a modern bracelet set with yellow diamonds. Upon purchasing a piece of jewellery or a precious stone at Koller, you will receive a comprehensive guarantee as outlined in our Auction Conditions with regard to quality, size, colour and material. Our jewellery specialists – qualified gemmologists – examine and evaluate each individual item. When necessary, the items at auction are checked by internationally recognised gemstone and diamond testing laboratories, independent experts, jewellery archives, or the Swiss Precious Metal Control.

SAPPHIRE AND DIAMOND EARCLIPS, BY HARRY WINSTON.
Platinum, 10% Iridium, 35g.
Estimate: CHF 10 000 / 15 000






Karin Kneffel. Untitled. 2005.
Oil on canvas. 120 x 190 cm.
Sold for: CHF 105 000

From Kirchner to Warhol

Review of the Modern & Contemporary Art auctions on 29 and 30 June 2018

Unwavering interest continues for works of Modern and Contemporary German art. Twice a year Koller offers a broad range of German art – from Liebermann and Corinth to Kirchner, as well as artists active from the mid-20th century to the present. Contemporary art was well represented in the 30 June auction with works by Katharina Grosse (b. 1961) and Karin Kneffel (b. 1957). As an artist who mostly produces vast installations, pictures by Grosse rarely appear on the market. Kneffel’s untitled work from 2005 is a typical example of her slow and intensively elaborated artworks (ill. 1). Artists of an earlier generation whose works brought strong prices in the 29 June auction of Modern Art include Imi Knoebel, Georg Baselitz and Franz Gertsch. The Swiss painter and art theorist Johannes Itten is particularly known in Germany for his close relationship with the Weimar Bauhaus, and his works are sought after by collectors.



Tony Cragg.
Red Square. 2007.
Bronze, coloured
70 × 80 × 66 cm.
Sold for: CHF 140 000


Keith Haring
Pop Shop I-IV. 1988.
Lot of 4 colour screenprints. 183 / 200.
Varying image sizes on wove paper. 30.5 × 38 cm.
Sold for: CHF 50 000


John Chamberlain
Kiss #14. 1979.
Painted steel. 68,5 x 59,5 x 61 cm.
Sold for: CHF 526 000


IMPORTANT SCULPTURE
The life-size bust illustrated here (ill. 3) is a detail of the full-figure sculpture Emporsteigender Jüngling (Rising Youth) produced in 1913, a key work by Wilhelm Lehmbruck (1881 – 1919). The sculpture in cast stone with a reddish finish captivates through its level of detail, which only this and two other known casts possess. It was originally acquired directly from the artist by a collector in Duisburg, in whose family it remained until now. Also featured were two exceptional works by Die Brücke artist Ernst Ludwig Kirchner (1880 – 1938), a contemporary of Lehmbruck. Two exceptional sculptural works by this artist came to auction: a bronze panel cast from a double-sided wooden relief, Tanz zwischen den Frauen / Alpaufzug auf die Staffelalp (Dance between the women / Cattle drive to the Staffelalp), from 1919 and a carved wooden fruit bowl, Obstschale II, from circa 1910 (ill. 7). Sculptural works have a central role in Kirchner’s creative production. Schooled in the technique of woodcut printmaking, the artist soon progressed towards three-dimensional work and created objects of everyday use, in addition to his own picture frames. These highly personal objects rarely appear on the market and consequently achieve high prices.

ICONIC POP ART
Works by Pop Art artists such as Warhol, Lichtenstein and Haring are very popular today and clearly a large audience is able to relate to their pictorial worlds of everyday objects, contemporary iconic figures and consumer brands from the post-war decades. The motifs themselves are easily recognisable, transforming key works of Pop Art into icons within ust a few decades. With his “Readymades”, Marcel Duchamp is seen as one of the early precursors of this movement. Towards the end of the 1950s, and especially in the subsequent decade, Pop Art engaged in the theme of the trivial as a reaction to and a conscious shift away from the tendencies of intellectual Abstract Art. In the early 1980s, Andy Warhol (1928 – 1987) began his “Toy Series” at the suggestion of the Swiss gallery owner Bruno Bischofberger. Warhol, who had also made his mark as a successful commercial artist, collected children’s toys in their original packaging. They served as models for many motifs in this group of works, such as the small-format Clockwork Panda Drummer from 1983 (ill. 6). Keith Haring (1958 – 1990) began his career as a street artist, became politically active, and infused his work with humour more than any other Pop artist. Alongside his early tags on the sides of buildings and his Subway Drawings, Haring’s “Pop Shop” became famous in New York’s trendy SoHo district. In this forerunner to today’s pop-up shops, the artist sold his original works and multiples on the street from 1985 onwards. Typical of Haring, who was a close friend of Warhol, were drawings with continuous lines, as can be seen in the figures in his colour screenprints (ill. 4). Kiss #14, 1979, a prototypical work by American artist John Chamberlain (1927 – 2011), points to the Abstract Expressionist’s interest in the transformation of everyday objects – in this case, two oil drums which he remodelled and painted, thereby creating a unique piece (ill. 5). British sculptor Tony Cragg’s (b. 1949) brick-red metal sculpture Red Square, 2007, is from his Early Forms series (ill. 2). The recently revived interest in the work of Hungarian-French Op Artist Victor Vasarely (1906 – 1997) was apparent in a hammer price which far exceeded the estimate for his 1968 / 75 work Kezdi-Domb, sold by a Swiss private collection.

Wilhelm Lehmbruck. Büste des Emporsteigenden Jünglings (Bust of the Rising Youth).
1913. Caststone, lifetime cast. H 53,3 cm.
Sold for: CHF 320 000

Andy Warhol
Clockwork Panda Drummer. 1983.
Synthetic polymer and screenprint on canvas.
Sold for: CHF 192 000






MARTIN SCHONGAUER
La Tentation de Saint Antoine (détail). Vers 1469-73.
Gravure sur cuivre. 31,4 x 23,8 cm.
Estimation : CHF 25 000 / 35 000
En vente le 28 septembre 2018

DÉMONS ET ANGES

La tentation dans l'art

Les êtres humains sont-ils fondamentalement mauvais et ne font le bien que sous la pression de la société, ou sommes-nous de bonnes personnes à l’origine, commettant occasionnellement de mauvaises actions par faiblesse et tentation? Ce débat dure depuis des milliers d’années et n’est pas prêt de se terminer. Cependant il existe un point sur lequel la plupart des gens s’accorde: même si nous essayons d’être bons, la tentation prend parfois le dessus, et même les figures saintes ont de la difficulté à résister.

Les artistes ont traité cette thématique séduisante au fil des siècles et la Tentation de Saint Antoine reste probablement leur sujet favori. Ascète du III et IVe siècle, Antoine s’est retiré en tant qu’ermite dans le désert égyptien pendant de nombreuses années. La légende raconte que durant cette période, toutes sortes de démons lui ont rendu visite et l'ont tenté assidument par le biais de l’oisiveté, la paresse et les visions de femmes, le battant même parfois cruellement et sans raison.

Dans la gravure de Martin Schongauer datant du milieu du XVe siècle, Saint Antoine est entouré de créatures terrifiantes issues des pires cauchemars de l’artiste. L’imagerie puissante et la composition harmonieuse de cette estampe en ont fait l’une des œuvres les plus célèbres de Schongauer.

SUIVEUR DE HIERONYMOUS BOSCH, vers 1550
Paysage nocturne avec la Tentation de Saint Antoine (détail).
Huile sur panneau. 45 x 57 cm.
Estimation : CHF 180 000 / 250 000
En vente le 28 septembre 2018


Près d’un siècle plus tard, un artiste flamand a illustré le même thème, inspiré par le légendaire Hieronymous Bosch et ses scènes de l’Enfer. Dans une atmosphère obscure, éclairée uniquement par des flammes déchaînées, Saint Antoine tente de repousser par la prière les innombrables démons qui semblent immuablement installés autour de lui. L'artiste a laissé libre cours à ses fantasmes les plus sombres et les plus effrayants, dans un processus cathartique similaire à celui que les ascètes s'efforçaient d’établir eux-mêmes par leur isolement et leur jeûne prolongés.

PAIRE DE GIRANDOLES "À L'AMOUR ET LE BOUQUETIN".
Louis XVI, par François Rémond.
Paris vers 1765/70. H 61,5 cm.
Estimation : CHF 38 000 / 58 000
En vente le 27 septembre 2018

François Rémond, maître-artisan d'une paire de chandeliers Louis XVI en bronze doré, présentés dans la vente aux enchères de mobilier de prestige, a choisi une manière plus légère pour illustrer ce thème de la Tentation. Deux chérubins, représentant l’Amour, sont assis sur le dos de deux bouquetins. Ces animaux sont traditionnellement le symbole des impulsions sexuelles débridées et apparaissent souvent dans les Bacchanales. La position docile des bouquetins semble suggérer que même le Casanova le plus rétif peut être apprivoisé et soumis au pouvoir de l'amour.




 


COLLECTION DE CLAIRONS ET CORS DE CHASSE

L'ORDRE DE SAINT HUBERT DU COMTE DE L'EMPIRE VON SPORCK
Vers 1700. Or 750 (médaille) et or 999 ainsi que pierres précieuses.
Suspendus de deux chaînes sont un cor de chasse et un médaillon oval, entouré d'une rangée de petites pierres couleur émeraude et deux diamants.
L 8,5; H 9,5 cm.

Estimation : CHF 15 000 / 25 000.
Vente à Zurich le 27 septembre 2018

Depuis la nuit des temps, nos ancêtres utilisaient des cornes d'appels pour communiquer pendant la chasse. Ces simples outils de communication sonore se développèrent progressivement en instruments de musique complexes. Cette mutation instrumentale permit de passer d’une simple musique d’écurie à une musique de salon et d’orchestre. Werner Flachs, chimiste et chasseur passionné, né en 1930, s'est consacré sa vie durant à décrire et documenter ce développement dans l’histoire. Des années de recherches, de voyages et de visites muséales ont non seulement abouti à la publication du livre "Das Jagdhorn, Seine Geschichte von der Steinzeit bis zur Gegenwart" (le cor de chasse, son histoire de l'Âge de pierre jusqu'à nos jours), qui a reçu le prix littéraire du Conseil International de la Chasse en 1995, mais a également abouti à réunir une merveilleuse collection d'instruments historiques. Cette collection offre un regard exclusif sur ces témoins de l’histoire comme l’étaient les anciennes flûtes osseuses préhistoriques et les olifants médiévaux d’ivoire et de corne, en passant par des pièces témoignant du développement du cor comme instrument de chasse et comme instrument d’orchestre, avec pour finir des cors baroques et modernes de laiton et de cuivre. Pour les modèles importants qui ne pouvaient être historiquement localisés, le collectionneur avait fait faire des répliques par des luthiers qualifiés, qui sont des pièces uniques à part entière.

La collection a été exposée au Jagdmuseum Schloss Landshut à Utzensdorf de 1994 à 2017.

Nous aimerions remercier M. Flachs et sa femme pour la confiance qu’ils nous témoignent et sommes heureux de pouvoir vous présenter, dans notre prochain catalogue de ventes, ce passionnant « morceau d’histoire ». Nous souhaitons d'ores et déjà à tous les chasseurs, collectionneurs et joueurs de cor une chasse couronnée de succès lors de la vente aux enchères!



 


COMMUNIQUÉ DE PRESSE D’APRÈS-VENTES
L’ART DES XXème / XXIème SIÈCLES CHEZ KOLLER,

VENTES AUX ENCHÈRES DES 29-30 JUIN 2018

– VIF INTÉRÊT POUR LES OEUVRES D’ART MODERNE ET D’ART CONTEMPORAIN PAR VAN DONGEN, KIRCHNER & CRAGG

– SUCCÈS AVÉRÉ POUR LE POP ART DE CHAMBERLAIN, HARING & WARHOL

– « L’ÉGYPTIENNE » DE KEES VAN DONGEN, PROVENANT D’UNE COLLECTION PRIVÉE SUISSE, ADJUGÉ À CHF 1,7 MIOLLION

Les ventes aux enchères de la maison Koller des 29 et 30 juin dernier ont été marquées par une grande effervescence lors de la mise en vente des oeuvres d’art moderne et d’art contemporain – qui se sont souvent vendues à des prix dépassant de loin leurs estimations. Les deux jours d’enchères se sont clos sur un total de vente qui laisse loin derrière lui les estimations de prévente.

Kees Van Dongen
L’Egyptienne. 1910-11.
Huile sur toile.
100 x 73 cm.
Vendu pour CHF 1.7 Mio.

Une activité inusitée régnait dans la salle des ventes durant les enchères d’art moderne et d’art contemporain qui ont eu lieu les 29 et 30 juin dernier chez Koller, due aux opérateurs téléphoniques et aux offres d’Internet qui crépitaient de manière ininterrompue. Le tableau fauve de Kees van Dongen, “Rouge et Jaune (l’Égyptienne)” datant de 1910-11, a été adjugé pour CHF 1,7 million à un collectionneur privé européen. Un autre tableau de Kees van Dongen, provenant de la même collection privée suisse, « Portrait de femme », datant de 1913, a changé de mains pour CHF 240 500 ; il faisait partie d’une compilation d’oeuvres des années 1920 qui incluait d’autres oeuvres importantes de cette époque, telles celles de Vlaminck (lot 3231, vendu pour CHF 204 500) et de Gen Paul.

Les oeuvres sculptées ont été particulièrement recherchées lors des ventes aux enchères du mois de juin : le « Bust of a Rising Youth » de l’artiste allemand Wilhelm Lehmbruck s’est envolé pour la somme de CHF 324 500, à savoir plus du double de son estimation. Un rare bol en bois gravé par l’artiste Ernst Ludwig Kirchner, « Obstschale II » (Coupe à fruits II) a atteint la somme de CHF 186 500 et une étonnante sculpture en métal peint de Tony Cragg faisant partie de la série «Early Forms » (Formes premières), intitulée « Red Square » (Carré Rouge) et datant de 2007, s’est vendue pour la somme de CHF 144 500.

Les enchères émanant de collectionneurs résidant aux Etats-Unis, en Allemagne et en Asie pour « Kiss #14 » (Baiser #14) – une composition de métal compressé de John Chamberlain – ont donné lieu à une joute d’enchères particulièrement féroce et la sculpture a fini par être vendue pour plus du double de son estimation, soit à CHF 526 500. D’autres oeuvres de Pop Art se sont également bien comportées lors de la vente aux enchères d’art d’après-guerre et d’art contemporain, telles que le « Clockwork Panda Drummer » de Andy Warhol, un polymère synthétique et sérigraphie sur toile de petit format estimé à CHF 80 000 / 140 000, qui a réalisé la somme impressionnante de CHF 192 500. Parmi les huit sérigraphies en couleur de Keith Haring mises en vente lors de ces enchères, pas moins de cinq d’entre elles ont doublé leur estimation et les autres ne furent pas loin de réaliser le même exploit. « Growing », datant de 1988, par exemple, s’est vendu pour CHF 58 100 contre une estimation préalable de CHF 25 000 / 35 000.

Une gravure sur bois de grande dimension de l’artiste Suisse Franz Gertsch, « Dominique », datant de 1988, a atteint la somme de CHF 168 500. « Lord of the Rings I », un paysage fantastique d’un autre artiste suisse, H. R. Giger – le créateur de la créature du film « Alien » – a plus que doublé son estimation pour atteindre la somme de CHF 144 500. Quant aux oeuvres de Victor Vasarely, elles continuent de connaître un regain de faveur, comme c’est le cas de « Kezdi-Domb », une oeuvre de 1968/75 provenant d’une collection privée suisse, qui a changé de mains pour une somme bien supérieure à son estimation la plus haute, à savoir pour CHF 198 500.

Les artistes allemands contemporains ont fait une apparition très remarquée lors des enchères d’art d’après-guerre, telle que Karin Kneffel qui vit à Dusseldorf et dont une oeuvre sans titre datant de 2005 fut adjugée pour plus du double de son estimation, soit à CHF 106 100, ce qui fait de cette enchère l’une des sommes les plus élevées jamais réalisées pour une oeuvre de cette série ; mentionnons également une composition de l’artiste berlinoise Katharina Grosse « 1020S » datant de 2006, qui s’est vendue à CHF 58 100 contre une estimation préalable de CHF 15 000 / 25 000, ce qui représente un résultat remarquable pour une oeuvre de cette dimension par cette artiste.

 



D’AUTRES LOTS PHARE DES VENTES DE JUIN

KEES VAN DONGEN

Portrait de femme. Vers 1913.

Huile sur toile. 65 x 55 cm.

Vendu pour CHF 240 500

 


WILHELM LEHMBRUCK

Buste de jeune homme ascendant. 1913.

Pierre moulée, réalisée du vivant de l'artiste.

Vendu pour CHF 324 500

 


ERNST LUDWIG KIRCHNER

Obstschale II. Vers 1910.

Bois peint en rouge.

Vendu pour CHF 186 500

 

 

VICTOR VASARELY

Kezdi-Domb. 1968/75.

Acrylique sur toile. 160 x 160 cm.

Vendu pour CHF 198 500

 

TONY CRAGG

Red Square. 2007.

Bronze coloré.. 70 x 80 x 66cm.

Vendu pour CHF 144 500

 

MAURICE DE VLAMINCK

LL’Allée. Vers 1912-14.

Huile sur toile. 66 x 81 cm.

Vendu pour CHF 204 500

 



FRANZ GERTSCH

Dominique. 1988. FGravure sur bois en couleurs. 7/18.

Représentation 234 x 181 cm Sur japon de Heizoburo 275 x 219 cm.

Vendu pour CHF 168 500

 

H. R. GIGER

Lord of the rings I. 1975.

Acrylique sur papier sur bois. 100 x 70 cm.

Vondu pour CHF 144 500

 

ANDY WARHOL

Clockwork Panda Drummer. 1983.

Polymère synthétique et sérigraphie sur toile. 35.5 x 27.7

Vendu pour CHF 192 500

 



KEITH HARING

Growing. 1988.

Sérigraphies en couleur. AP 2/15.

Vendu pour CHF 58 100

 

KATHARINA GROSSE

1020S. 2006.

Acrylique sur toile. 142 x 82 cm.

Vendu pour CHF 58 100

 

JOHN CHAMBERLAIN

Kiss #18. 1979.

Métal peint. 68.5 x 59.5 x 61 cm.

Vendu pour CHF 526 500

 


Catalogues avec résultats, vente de juin 2018

 

Calendrier des ventes, 2018

 

Vendre chez Koller

 



 



VELÁZQUEZ REVISITÉ
Un hommage de Richard Hamilton à Picasso ... et à Velázquez

Pour la voir en grand, veuillez cliquer sur l'image.

Dans cette œuvre, Richard Hamilton prend comme point de départ le célèbre tableau « Las Meninas » de Diego Velázquez et substitue certains éléments par des compositions graphiques issues du travail de Pablo Picasso. Chaque image représente une période stylistique dans l’œuvre du maître catalan. Cette estampe fut créée en 1973 pour un portfolio illustré par divers artistes intitulé « Hommage à Picasso ». Toutefois, comme Hamilton avouait en souriant lors d'un interview au Prado en 2010, « L'hommage, je crois, penche légèrement en faveur de Velázquez. »

Dans l'image à gauche, le style graphique de certaines figures est décrit, ainsi que leur relation au tableau d'origine de Velázquez (cliquez sur l'image pour la voir en grand).

 

Diego Velázquez, Las Meninas. 1656. Museo del Prado, Madrid.
Pour la voir en grand, veuillez cliquer sur l'image.

« J'ai vu Las Meninas au Prado pour la première fois en 1972 – sa réputation en tant qu'un des meilleurs tableaux qui existent est bien fondée, » dit Hamilton. « La tentation de reformuler Velázquez à travers les styles de Picasso m'a été irrésistible ... Las Meninas a fourni une opportunité de montrer la totalité des 'périodes' de Picasso en une planche – de la période ‘rose’ au ‘cubisme analytique’, du ‘primitif’ au  ‘néoclassique’, etc. La scène des Meninas peut supporter une grande quantité d'actions et ses ambiguïtés mystérieuses (il semble y avoir une infinité de reflets transversaux dans l'espace du tableau), ont permis une interaction narrative comprenant des substitutions aussi bien de personnalités que de styles. »

 

RICHARD HAMILTON
(1922 Londres 2011)
Picasso's Meninas. 1973.
Aquatinte. EA 4/5, en dehors de l'édition de 90. Image 57 x 49 cm sur vélin de Rives 75,5 x 57 cm.

En vente à Zurich le 30 juin 2018
Estimation CHF 14 000 / 18 000



 

EXPOSITION À PARIS
Koller Ventes aux Enchères vous invite à découvrir l'exposition des highlights de ses prochaines ventes d'art moderne et contemporain

Kees van Dongen • Serge Poliakoff • Georges Braque • Pierre Bonnard • Mark Tobey • Maurice Utrillo • Niki de Saint Phalle • Maurice de Vlaminck • Richard Hamilton • Victor Vasarély • Keith Haring • Wilhelm Lehmbruck

17/18 mai   9:30 – 18:00
19 mai        11:00 – 18:00
21 mai        11:00 – 18:00


Hôtel Dassault, Artcurial
7 Rond-Point des Champs-Elysées
75008 Paris

Les œuvres seront vendues aux enchères à Zurich les 29 et 30 juin 2018



 

 

 

 




VENTES AUX ENCHÈRES DU 19 AU 23 MARS 2018


Enchères débridées pour des Maîtres anciens chez Koller

CARSTIAN LUYCKX
(1623 Anvers 1677)
Memento Mori nature morte. Huile sur toile. 73,5 x 92,5 cm.
Vendu pour CHF 538 000

Les enchères semblaient parfois ne pas connaître de limite lors de la vente aux enchères de Maîtres anciens chez Koller Zurich le 23 mars dernier. De nombreuses oeuvres ont vu leurs estimations tripler, voire décupler, démontrant une fois de plus que la demande pour des oeuvres anciennes de qualité est actuellement très soutenue. Le lot phare était un memento mori du XVIIème siècle de l’artiste flamand Carstian Luyckx, plein d’imagerie symbolique servant de commentaire sur la politique de guerre de son temps. Partant d’une estimation de CHF 30’000 – 40’000, les enchères se sont envolées à CHF 538’000, le deuxième prix le plus haut pour une oeuvre de Luyckx en vente publique. Le tableau, récemment redécouvert dans une collection privée, était une très importante addition à l’oeuvre de l’artiste.

 

ANTOINE VAN DYCK
(Anvers 1599-1641 Londres)
Portrait d'une noble dame italienne.
Huile sur toile. 48 x 37,7 cm.
Vendu pour CHF 264 500

Un autre tableau qui a dépassé les attentes était le portrait d’une noble dame italienne d’Antoine van Dyck. Son état de conservation moins que parfait a découragé les acheteurs lors de sa dernière présentation en vente à New York en 1999, où il a à peine réalisé $50’000. Cette fois-ci les enchérisseurs étaient plus enthousiastes, et deux d’entre eux ont poussé les enchères jusqu’à CHF 264’500. D’autres oeuvres du XVIIème siècle d’artistes tels que Bernardo Strozzi, Meindert Hobbema et Clara Peeters ont également réalisé des prix de vente dans les six chiffres.

 

LEO VON KLENZE
(Schladen 1784-1864 Munich)
Intérieur d'un monastère italien avec vue sur Capri. 1855.
Huile sur toile. 87,2 x 107,7 cm.
Vendu pour CHF 78 500

Plusieurs tableaux du XIXème siècle ont été également très convoités, comme la peinture charmante de l’artiste allemand Eduard Grützner représentant trois moines examinant avec ravissement une gravure de femme nue. Se vendant à CHF 102’500, il a doublé son estimation. Une scène architecturale située sur l’Isle de Capri par Leo von Klenze a réalisé CHF 78’500 contre une estimation de CHF 25 000 – 35 000.


Les prochaines ventes de Maîtres anciens et du XIXème siècle en septembre 2018 marqueront le 60ème anniversaire de Koller Ventes aux Enchères. Les célébrations de cet anniversaire débuteront avec les ventes de tableaux Modernes et Contemporains en juin.

 



Autres objets phare des ventes de mars

MEINDERT HOBBEMA

Paysage fluvial. Vers 1663.

Huile sur panneau. 62,5 x 86,5 cm.

Vendu pour CHF 162 500

 


CARL MORGENSTERN

Couvent capucine près d'Amalfi. 1843.

Huile sur toile. 31,8 x 48 cm.

Vendu pour CHF 36 500

 


CLARA PEETERS

Nature morte avec chat, poissons, huîtres et écrevisses.

Huile sur toile. 38 x 48 cm.

Vendu pour CHF 132 500

 

 

EDUARD GRÜTZNER

Étude secrète. 1892.

Huile sur toile. 38 x 48 cm.

Vendu pour CHF 156 500

 

BERNARDO STROZZI dit IL CAPPUCCINO

Portait de Paolo Gregorio Raggi, Gouverneur de la Corse.

Huile sur toile. 135 x 111 cm.

Vendu pour CHF 216 500

 

IMPORTANT BOUGEOIR

Le modèle de Johann Gottlieb Kirchner, le décor peint probablement de Johann Gregorius Höroldt.

Meissen, vers 1727. H 22 cm.

Vendu pour CHF 78 500

 



L'AMEUBLEMENT DE MARÉCHAL SOULT

Empire, est. JACOB D.R. MESLEE, Paris vers 1810.

Réalsié pour le Maréchal de l'Empire et Duc d'Amaldie, Jean-de-Dieu Soult.

Vendu pour CHF 36 500

 

WILLIAM HAMILTON

Campi Phlegraei. Observations on the Volcanos of the Two Siciles.

Naples, 1776-79.

Vendu pour CHF 78 500

 

PAIRE DE CHEVAUX EN BRONZE

d'après les chevaux de Saint-Marc à Venise.

Venise, 17ème siècle.

Vendue pour CHF 55 700

 


Catalogues avec résultats, ventes de mars 2018

 

Calendrier des ventes, 2018

 

Vendre chez Koller

 





LA MORT ET L'ARTISTE
ou La Protestation d'un peintre

Pour la voir en grand, veuillez cliquer sur l'image.

Ce tableau fascinant, redécouvert récemment dans une collection privée suisse, est un memento mori, peint dans l’intention d’inciter le spectateur à méditer sur la nature éphémère de la vie et sur la vanité des biens et des plaisirs de ce monde. Le memento mori était un thème très courant dans l’art du XVIIème siècle et les symboles représentant la brièveté de la vie étaient immédiatement reconnus par les spectateurs de l’époque et clairement identifiés. Mais derrière ce thème se cache une autre intention, plus subtile et plus singulière en ces temps-là, celle de l’horreur de la guerre et de la condamnation du tout-puissant roi de France, Louis XIV.

Ce symbolisme sous-jacent se réfère manifestement à l’invasion des Pays-Bas espagnols par les forces françaises du roi Louis XIV en 1667/68. Le jeune roi de France, tirant profit de la mort du monarque espagnol Philippe IV, prit possession de ces terres qu’il clamait lui revenir de droit par son mariage à Maria Theresa, fille de Philippe IV. Grâce à des alliances, habilement nouées avant son invasion, avec l’Angleterre, les Provinces Unies des Pays-Bas et le Saint-Empire romain germanique ainsi qu’à une armée espagnole, exsangue, épuisée par la longue guerre qu’elle venait de mener contre le Portugal, ce que l’on nomma plus tard la guerre de dévolution se transforma pour Louis XIV en une succession de victoires remportées presque sans effort.

 

Adam Frans van der Meulen. Louis XIV à la tête de son armée devant Courtrai, 1667.

Bien que la ville d’Anvers, dans laquelle Carstian Luyckx vivait et peignait, n’ait été le théâtre d’aucune grande bataille (alors que le combat faisait rage à quarante kilomètres de là !), la guerre semble l’avoir profondément affecté, conférant à ce tableau, qu’il peignit peu de temps après la fin des hostilités, une intensité peu commune.

Dans cette oeuvre, le symbolisme du memento mori se manifeste avec éclat dans le squelette – personnification de la mort – qui domine la composition par sa taille et sa position au premier plan. De la main gauche, il éteint une chandelle (celle de la vie) et de la droite, il tient un parchemin sur lequel est inscrite une citation tirée de la lettre de Saint-Paul aux Hébreux : Statutum est omnibus hominibus semel mori (« Le destin des hommes est de mourir une seule fois »). Aux pieds du squelette gît un livre ouvert laissant apparaître des scènes de damnés, voués au châtiment éternel. L’artiste oppose une série de symboles figurant les plaisirs de la vie à d’autres objets évoquant la mort : trois crânes et une suite de garde-temps (illustrant la brièveté de la vie) sont épars parmi des instruments de musique, des jeux de cartes, des dés et des roses – tous les agréments de la vie soudainement brisés net par la présence toute proche de la trompette de la mort qui sonne le glas des distractions humaines.

 

CARSTIAN LUYCKX
(1623 Anvers vers 1677)
Memento mori - nature morte aux instruments de musique, aux livres, aux partitions, au squelette, aux crânes et à l'armure (détail).
Huile sur toile. 73,5 x 92,5 cm.

Vendu le 23 mars 2018 pour CHF 538 000

Mais ce qui fait la particularité du symbolisme qui s’offre à nous dans ce tableau, c’est qu’il condamne, de façon frappante et ostensible, non seulement la guerre en général, mais plus précisément le rôle d’un homme dans cette guerre : Louis XIV, roi de France. Les attributs de la royauté française, à savoir le sceptre et la couronne, emblèmes de la puissance de Louis XIV, sont étalés parmi les crânes et autres figurations de la mort. Le squelette se tient debout près d’un drapeau de soie portant les armes de France ainsi que les ordres de Saint-Michel et du Saint-Esprit, mais au lieu d’une devise triomphante à la gloire de la France, l’on peut y lire un rappel à l’ordre sévère, extrait du livre de Job, disant ceci : Homo natus de muliere brevis vivens (« L'homme, né de la femme, vit peu de temps »). Il était courant dans les tableaux de memento mori de rappeler au spectateur que la mort ne fait pas de différence entre le riche et le pauvre, mais le traitement que fait ici l’artiste des armes de France et des attributs de la guerre – telles que la trompette susmentionnée et l’armure d’un officier français. en bas et à droite du tableau – ainsi que leur étroite juxtaposition avec de simples outils de paysans tels que le bol en bois et le fléau, semble sans aucun doute vouloir porter une condamnation directe contre l’auteur des récentes violences perpétrées à l’encontre du pays de l’artiste.

Luyckx, qui était surtout connu jusqu’ici pour ses séries de natures mortes, plutôt simples, se révèle ici comme un maître dans l’art du symbolisme, qu’il travaille avec finesse et subtilité. Ce tableau nous montre aussi que l’artiste était loin d’ignorer les effets dévastateurs que les affrontements des puissances internationales avaient sur les populations humbles et démunies. Tout compte fait, il semblerait que sa seule consolation se trouvât dans les vers d’Horace, inscrits sur le socle de pierre : Pallida mors aequo pulsat pede pauperum tabernas regumque turres (« La pâle mort frappe d'un pied indifférent les masures des pauvres et les palais des rois »)





D’UN EXTRÊME RAFFINEMENT
l'Ameublement de Maréchal Soult

texte de Jean-Dominique Augarde

Jean-de-Dieu Soult, Maréchal d'Empire et duc de Dalmatie, vers 1825

Ce « meuble de salon », selon la terminologie de l’époque, présente un caractère presque unique tant les ensembles de sièges, livrés depuis plus de deux siècles pour une pièce précise dans une demeure précise, et restés en mains privées, deviennent de nos jours de plus en plus rares. Il a dans ce sens un caractère presque muséal. Sa composition elle aussi est d’une grande rareté.

L’ameublement fut commandé par Jean-de-Dieu Soult (1769 – 1851), un des plus brillants officiers des guerres de la Révolution et de l’Empire, considéré par Napoléon comme « le premier manœuvrier de l'Europe ». Maréchal d’Empire en 1804, duc de Dalmatie en 1808, il fut nommé, en 1847, par Louis-Philippe maréchal général de France, charge qui ne compta épisodiquement que sept titulaires en trois siècles.

José Cabanis à propos de la guerre d’Espagne écrit « jamais on ne vit autant de militaires amateurs d’art, et parmi eux le maréchal Soult fut le plus heureux.». Soult y amassa une exceptionnelle collection de tableaux qui fut avec celles de Louis-Philippe et de Wellington une des trois plus importantes de l’école espagnole en dehors de la péninsule ibérique. Sa dispersion fut événement considérable. Le marquis d’Hertford (qui est à l’origine de la fabuleuse collection Wallace à Londres) constata « As for M. Soult’s pictures I am told they are to be put at such prices that it will be impossible to make a bid & I rather think I shall do nothing in that quarter » : la seule Immaculée Conception de Murillo fut adjugée au gouvernement français à l’enchère inouïe pour l’époque de 586 000 francs.

 

L'AMEUBLEMENT DE MARÉCHAL SOULT
Empire, estampillé JACOB D.R. MESLEE
Paris vers 1810.
Comprenant six fauteuils "en gondole", deux chaises "en gondole", un grand divan et une paire de petits canapés, dits "tête-à-tête".
Vente le 22 mars 2018
Estimation : CHF 30 000 – 60 000

Cette collection fut accrochée aux cimaises de l'hôtel de Chalais, rue de l'Université, (aujourd’hui disparu), que Soult avait acquis en 1803. Construit par Le Boursier en 1786 pour le prince de Chalais, il fut réaménagé et redécoré pour le maréchal par François-Nicolas Henry dit Trou. Les travaux d’aménagement ou d’embellissement se poursuivirent pendant tout le règne de Napoléon sous la direction effective de la maréchale. On y trouvait notamment un grand salon Doré, un salon de Flore, un salon d’Été formant chambre d’apparat, un salon Militaire, un salon de l’Empereur, un salon des Aides de Camp et une galerie. Jacob-Desmalter et Cercous pour les meubles, Delafontaine Père & Fils pour les pendules, bronzes d’ornement et les cheminées, Ravrio et Feuchère pour des lustres, et Sallandrouze pour les tapis en furent les principaux fournisseurs.

D’un extrême raffinement, ce meuble complet est un témoignage rare de la somptuosité et de l’imagination qui ont présidé à l’ameublement des résidences des grands dignitaires de l’Empire sous Napoléon Ier.




VENTES AUX ENCHÈRES DE FIN D'ANNÉE 2017 À ZURICH
4 – 9 décembre 2017

BECKMANN, LICHTENSTEIN, VALLOTTON
EXCELLENTS RÉSULTATS POUR DE L’ART MODERNE ET CONTEMPORAIN

"Avec plus de 1'000 enchérisseurs d’une trentaine de pays, l’excitation dans la salle de vente était palpable. Les moments comme celui-ci font la joie de tout commissaire-priseur." – Cyril Koller, commissaire-priseur et président de Koller Ventes aux Enchères.

Parmi plus de 470 oeuvres d’art moderne et contemporain à l’encan chez Koller à Zurich les 8 et 9 décembre dernier, plus de 80% ont trouvé acquéreurs. Le total des ventes - 8 millions de francs suisses - a dépassé les estimations inférieures de 15%. Les collectionneurs, dans une salle comble, ont rivalisé contre de nombreux enchérisseurs aux téléphones, et contre bon nombre d’internautes, également actifs lors d’enchères à plus de cinq chiffres.

 

ROY LICHTENSTEIN
Thinking Nude, State I. 1994.
Estampe en relief. 89,9 x 142 cm.
Vendu pour CHF 222 500 (prix record)

Avec CHF 222 500 (EUR 190 000), l’estampe de Roy Lichtenstein, “Thinking Nude, State I” (lot 3731) a établi un nouveau record pour une pièce de cette série. L’acheteur de l’oeuvre sur papier de Mark Tobey, « Blue Interval » (lot 3414) a été applaudi par la salle lorsque l’adjudication a enfin été prononcée après une longue bataille entre enchérisseurs. Le prix final de CHF 140 900 (EUR 121 000) équivaut à plus de 14 fois son estimation. Un collectionneur chinois est devenu l’heureux propriétaire de deux tableaux d’un important représentant de l’abstraction lyrique, Chu Teh-Chun (lots 3461 et 3462). Acquis directement auprès de l’artiste et son entourage en 1987, les oeuvres ont été vendues pour CHF 240 000 (EUR 206 000) et CHF 264 000 (EUR 227 000).

 

MAX BECKMANN
Waldgracht mit Segeln (Canal dans une forêt avec voiliers). 1943.
Huile sur toile.
Vendu pour CHF 503 500

Le lot phare de la vente d’art impressionniste et moderne était un paysage de Max Beckmann, « Waldgracht mit Segeln » (Canal dans la forêt avec voiliers, lot 3228). Peint en 1932 pendant l’exil de l’artiste à Amsterdam, il a été acquis peu de temps après chez le célèbre marchand Günther Franke, par les parents des propriétaires actuels (CHF 500 000 / EUR 430 000). Une oeuvre expressive-figurative d’Ernst Wilhelm Nay, « Das Duett » (lot 3258), issue de la même provenance prestigieuse, et a été vendue pour le triple de son estimation, CHF 360 000 (EUR 310 000). Un paysage impressionniste de Gustave Loiseau (lot 3212) a aussi triplé son estimation, remporté par un collectionneur allemand pour CHF 240 000 (EUR 206 000). Le prix atteint pour un tableau de Félix Vallotton, "Corbeille de mandarines et bananes" (lot 3057) pour CHF 300 000 (EUR 257 000), est un de plus hauts réalisés en vente publique pour une nature morte de cet artiste – à nouveau un signe très positif pour cette semaine de ventes ainsi que pour le marché de l’art en général.

 



Résultats sélectionnés

CHU TEH-CHUN

Sans titre. 1987.

Huile sur toile. 73 x 92 cm.

Vendu pour CHF 264 500

 

ERNST WILHELM NAY

Das Duett. 1946.

Huile sur toile. 56 x 79 cm.

Vendu pour CHF 198 500

 

FÉLIX VALLOTTON

Corbeille de mandarines et bananes. 1923.

Huile sur toile. 50 x 65 cm.

Vendu pour CHF 300 500

 

 



Résultats sélectionnés d'autre départements

THANGKA DE L'ARHAT PINDOLA

Sino-Tibétain, 15e/16e siècle.

Vendu pour CHF 156 500

 

EXTRAORDINAIRE TIARE/COLLIER PERLES FINES ET DIAMANTS AVEC BOUCLES D'OREILLE

Catchpole & Williams, vers 1890.

Vendu pour CHF 234 500

 

RICHARD AVEDON

Naomi Campbell, New York City, 2011.

Vendu pour CHF 32 900

 



Catalogues et résultats, ventes de décembre

 

Calendrier des ventes 2018

 

Vendre chez Koller

 




SUCCÈS POUR LA VENTE DE MONTRES
Vente à Zurich le 7 décembre 2017

210’000 FRANCS SUISSES POUR UNE MONTRE AVEC CALENDRIER PERPÉTUEL DE PATEK PHILIPPE
ENCORE UNE VENTE À SUCCÈS POUR LE DÉPARTEMENT DE MONTRES À KOLLER ZURICH

Les enchères de montres en décembre chez Koller Zurich se sont soldées par un franc succès, avec 94% des lots vendus. Un collectionneur privé allemand a acquis une des premières montres avec calendrier perpétuel fabriquées par Patek Philippe.

 

PATEK PHILIPPE
Rare montre avec calendrier perpétuel. 1985.
Vendue pour CHF 210 000

91 lots, 87 vendus : encore un résultat excellent pour le département de montres à Zurich. Depuis sa première vente dédiée entièrement aux montres en 2015, Koller a su construire une clientèle internationale fidèle et active pour les montres, et a réalisé de nombreux prix importants pour des modèles rares.

Le lot phare de la vente de décembre était une des premières montres automatiques avec calendrier perpétuel produites chez Patek Philippe. Créé en 1985, la référence 3450 était non seulement dans un état de conservation impeccable, mais elle portait la prestigieuse marque de Gübelin ainsi que le mouvement automatique avec calibre 27-460QB, très recherché. Cette montre rarissime a été acquise par un collectionneur allemand pour CHF 210 000 (lot 2555). Une Rolex GMT Master II de 2015 en or jaune serti de diamants, saphirs et rubis a changé de poignet pour CHF 46 100 (lot 2542). Deux montres Rolex « Day-Date » de 2010 ont été vivement disputées, le modèle en platine avec cadran en diamant a atteint CHF 30 500 (lot 2514), et la version en or jaune avec cadran serti de diamants et rubis a réalisé CHF 24 500 (lot 2544). Le prix le plus élevé atteint par une montre de poche lors de cette vacation était de CHF 14 900, versés pour un modèle de Lepine du début du 19e siècle, de qualité muséale, en or rose avec un décor fin en émail (lot 2566).

Ces formidables résultats s’inscrivent dans la tendance des cinq dernières ventes de montres chez Koller. En novembre 2016, Koller a enregistré le prix marteau le plus élevé de la saison pour une chronographe de Patek Philippe avec un cadran à deux tons (CHF 380 000, ou CHF 456 000 avec la commission de l’acheteur). La vente la plus spectaculaire était sans doute celle de juin 2017, qui a vu 100% de ses lots vendus, pour plus de 150% du total des estimations. Les trois plus hauts prix réalisés lors de cette vente étaient CHF 114 500 pour une montre avec calendrier perpétuel de Patek Philippe, CHF 108 500 pour une Rolex Daytona « Double Swiss » vers 1964, et CHF 92 900 pour une IWC « Il Destriero Scafisia Grand Complication » des années 1990.

 



Lots phare depuis 2016

ROLEX

GMT Master II avec diamants, rubis et saphirs. 2015.

Or jaune 750. Réf. 116758.

Vendue en déc. 2017 pour CHF 46 100

 

ROLEX

Day Date avec cadran à diamants. 2010.

Platine. Réf. 218206.

Vendue en déc. 2017 pour CHF 30 500

 

LEPINE

Montre de poche de qualité muséale en émail avec mécanisme à heure sautante digitale.

Vers 1800. Or rose.

Vendue en déc. 2017 pour CHF 14 900

 

 

IWC

II Destriero Scafusia "Grand Complication", années 90.

Edition limitée, réf. 1868, no 15/125.

Vendue en juin 2017 pour CHF  92 900

 

ROLEX

Daytona "Double Swiss", vers 1964.

Acier. Réf. 6239 / 6238.

Vendue en juin 2017 pour CHF 108 500

 

PATEK PHILIPPE

Rare calendrier perpétuel. 1951.

Or rose. Réf. 1526.

Vendue en juin 2017 pour CHF 114 500

 



 

PATEK PHILIPPE

Jumbo Nautilis. 1978.

Or jaune 750. Réf 3700/1.

Vendue en juin 2017 pour CHF 46 100

 

PATEK PHILIPPE

Montre de poche à complications avec répétition minutes, vers 1911.

Vendue en déc. 2016 pour CHF 30 500

 

PATEK PHILIPPE

Très rare chronographe avec cadran à deux tons, 1961.

Acier. Réf. 1463.

Vendue en déc. 2016 pour CHF 456 500

 



Catalogue avec résultats

 

Davantage d'informations, département de montres

 



PLUS DE PEUR QUE DE MAL
Un regard sur une figure de temple impériale de Cakrasamvara Yab-Yum

Regi Preiswerk, directrice du département "Arts d'Asie", présente une figure de temple importante de l'époque de l'empereur Kangxi. Elle nous fait découvrir le rôle étonnamment bienveillant dans le panthéon du bouddhisme tantrique de cette déesse d'aspect si terrifiant.

Voir le lot



THEODOROS STAMOS
“Si je n'étais pas devenu peintre, je serais jardinier”

Silke Stahlschmidt, directrice du département "PostWar & Contemporary", présente un tableau fascinant de Theodoros Stamos, peintre de l'expressionisme abstrait : “Very Low Sun Box” de 1964/65. Elle démontre comment à travers des couleurs scintillantes et le positionnement réfléchi des éléments compositionnels, Stamos crée une oeuvre puissante et pleine d'énergie.

Voir le lot



 

VISITE GUIDÉE DE L'EXPOSITION
Koller Vente aux Enchères vous invite à une visite guidée de l'exposition de la vente d'Art Suisse à Genève

A l'occasion de notre 60e vente, nous avons le plaisir d'acceuillir Madame Corinne Charles - Docteure ès Lettres, Historienne de l'Art - qui proposera un parcours éclairé de notre exposition, intitulé "Vente Koller Genève : une Histoire de la peinture en Suisse romande du 19e au 20e siècle".

le dimanche 12 novembre à 16 heures

Palais de l'Athénée, Salle des Abeilles
2, rue de l'Athénée, 1205 Genève

>>catalogue en ligne

>>informations sur la vente et l'exposition




ENCHÈRES ENTHOUSIASTES POUR L'ART ANCIEN
Ventes aux enchères à Zurich: 18 – 22 septembre 2017

Un regain d’intérêt pour l’art ancien

La semaine de ventes aux enchères dédiées aux arts des siècles passés chez Koller à Zurich s’est bien déroulée, avec des résultats atteignant les six chiffres autant dans le domaine des arts décoratifs que des beaux-arts. Cyril Koller, président de Koller Ventes aux Enchères, a commenté : “Ce qui est ressorti de ces ventes est qu’à côté du succès évident de l’art moderne et contemporain, il y a toujours beaucoup d’intérêt – et je dirais même de plus en plus d’intérêt – pour l’art ancien. Les enchères étaient particulièrement enthousiastes pour des oeuvres de belle qualité provenant de collections privées.“

 


Tableaux de Maîtres anciens et du 19e siècle

DIRCK VAN BABUREN
(vers 1594 Utrecht 1624)

Joueur de violon avec verre à vin. 1623.
Huile sur toile. 80.4 x 67.1 cm.

Un portrait rare d’un suiveur du Caravage du 17e siècle représentant un violoniste a été vendu pour plus d’un demi-million de francs suisses lors de la vente de maîtres anciens et du 19e siècle le 22 septembre. L’artiste, Dirck van Baburen, a peint cette oeuvre durant une période particulière du 17e siècle flamand, aussi fascinante que brève. Van Baburen faisait partie d’un mouvement artistique qui se développa à Utrecht de 1621 à 1626 et dont les membres s’efforçaient de reproduire le style saisissant du Caravage (1571 – 1610). Lorsque van Baburen et ses compagnons d’Utrecht firent un voyage à Rome, le Caravage était déjà mort, ce qui ne les empêcha pas de tomber immédiatement sous le charme de ses tableaux. Lorsqu’ils retournèrent dans leur pays, ils reproduisirent sa technique du clair-obscur intense et reprirent ses fonds monochromes dans leurs oeuvres, se faisant ainsi connaître comme les membres principaux de l’Ecole caravagesque d’Utrecht. Dû à la mort prématurée de Dirck van Baburen, trentenaire, ses peintures sont peu nombreuses et souvent méconnues. Le corpus d’oeuvres faible et mystérieux de l’artiste a certainement incité les enchérisseurs à miser bien au-delà de l’estimation pour ce portrait plein de vie, redécouvert récemment dans une coll ection privée.

Vendu pour CHF 595 000


 

IVAN KONSTANTINOVICH AIVAZOVSKY
(vers 1594 Feodosia 1624)

Mer mouvementée et côte escarpée au crépuscule. 1883.
Huile sur toile. 66 x 103 cm.

Un tableau important du grand peintre russe Ivan Konstantinovich Aivazovsky a également réalisé plus d’un demi-million de francs suisse. Considéré comme le plus grand peintre de marines de tous les temps, Aivazovsky jouissait d’une notoriété déjà bien établie de son temps. “Vue d’une côte rocheuse et escarpée avec une mer tourmentée au couchant“ (1883) met en évidence la maestria du coup de pinceau et son impact sur le spectateur. Ainsi, le nouveau propriétaire a été séduit au prix de CHF 618 000. Un autre lot phare de la vente était une charmante scène de genre de l’artiste al lemand Carl Spitzweg. Malgré son petit format (30 x 14 cm), typique pour l’artiste, le tableau a réalisé un grand prix (CHF 300 500).

Vendu pour CHF 618 500


 


Autres Highlights, Tableaux de Maîtres anciens et du 19e siècle

NICCOLÒ DI SEGNA

Crucifixion. 1325-30.

Tempera sur panneau, fond d’or. 35 x 21 cm.

Vendue pour CHF 96 500

 

WILLEM CLAESZ HEDA

Nature morte avec Römer, assiette en étain et citron pelé. 1634.

Huile sur panneau. 41 x 31 cm.

Vendue pour CHF 198 500

 

CARL SPITZWEG

Der Gratulant. Vers 1860.

Huile sur panneau. 28.6 x 14.2 cm.

Vendue pour CHF 300 500

 

Catalogue avec prix réalisés, Tableaux de Maîtres anciens.

Catalogue avec prix réalisés, Tableaux du 19e siècle.

 


Mobilier et Arts Décoratifs

KOVSH DE PRESENTATION D‘ALEXIS Ier
Russie, 1667/68.
Argent partiellement doré, avec une inscription de la part d‘Alexis 1er
Vendue pour CHF 164 900

SUCCES POUR L’ARGENTERIE RUSSE

La vente de la collection d’argenterie russe de F. F. von Uthemann mise à l’encan chez Koller le 21 septembre a été un véritable succès. Les onze objets exécutés entre le 17e et le 19e siècle, en partie sur commande des tsars, sont restés entre les mains de la même famille durant plus d’un siècle. En tout, la vente de la collection a réalisé plus de CHF 375 000. Les lots phare étaient deux kovsh (récipients à boire) du 17e siècle en argent partiellement doré, offerts par les tsars à leurs sujets afin de récompenser leurs bons et loyaux services. L’un avait été offert par le tsar Alexis, et l’autre par Ivan V et Pierre le Grand. De tels présents royaux sont pratiquement impossibles à trouver en dehors des musées aujourd’hui. Les deux kovsh ont atteint CHF 164 900 et CHF 152 900, plus de quatre fois leurs estimations


 

COMMODE VENITIENNE A DECOR POLYCHROME “AU DECOR CHINOIS“
Louis XV.
Venise, vers 1730/40
Vendue pour CHF 408 500

LES HIGHLIGHTS DU MOBILIER ANCIEN

Une commode vénitienne en vernis Martin a généré le plus haut résultat de la vente du mobilier ancien le 21 septembre, réalisant CHF 408 500. Cette commode présente le double avantage d’être d’une qualité inégalée sur le marché pour ce genre de meuble ces dernières années et d’être dans un parfait état de conservation. Dans la section spéciale intitulée “Du Baroque à la Belle Époque“, deux lots se sont particulièrement bien vendus : une paire de vases italiens de l’époque néoclassique d’après des dessins de Piranèse (CHF 132 500) et un bureau de dame Louis XV en marqueterie attribué à Pierre Roussel (CHF 101 300).



Autres Highlights, Mobilier et Arts décoratifs

PAIRE DE VASES “A L’ANTIQUE“

Louis XVI, d’après des dessins préparatoires

de G. B. Piranesi, Italie vers 1780/1800.

Vendue pour CHF 132 500

 

KOVSH DE PRESENTATION D‘IVAN V. ET PIERRE LE GRAND

Moscou, 1681/82. Argent partiellement doré,

avec une inscription des deux Tsars.

Vendue pour CHF 152 900

 

BUREAU DE DAME “A FLEURS“

Paris vers 1760.

Louix XV, attribué à Pierre Roussel.

Vendue pour CHF 101 300


 

Catalogue avec prix réalisés, Mobilier et Arts décoratifs.

Catalogues avec prix réalisés : Joaillerie, Livres et Autographes, Dessins et Gravures anciens, Tapis.

Résultats des ventes d'Art Moderne & Contemporain / Art Suisse

Ventes aux enchères à Zurich: 30 juin et 1er juillet 2017


Belle clôture de la saison des enchères chez Koller : les ventes totalisent un résultat de 126% de leurs estimations globales.

Les ventes d’art moderne, contemporain et suisse chez Koller à Zurich ont été remarquables ; le total des prix réalisés ayant largement dépassé l’estimation totale. Des prix forts ont été enregistrés pour une œuvre de jeunesse d’Alberto Giacometti, ainsi que pour des œuvres d’artistes allemands tels que Max Liebermann, Emil Nolde, ou Ernst Wilhelm Nay. Ce succès suit de près l’exploit effectué par la vente de montres le 29 juin, avec 100% des lots vendus et les adjudications doublant carrément le total des estimations.

« Cette série de ventes comprenait une sélection d’œuvres particulièrement attractive, provenant pour la plupart de collections privées et inconnues du marché, » précise Cyril Koller, président de Koller Ventes aux Enchères. « De tels facteurs réunis sont pratiquement une garantie d’une vente à succès, mais nous avons aussi remarqué une ténacité accrue de la part des enchérisseurs, une évolution très positive par rapport aux ventes de l’an dernier. » Koller a également noté une nette augmentation de nouveaux clients dans ses ventes pendant le premier semestre 2017.
lire davantage

Résultats sélectionnés

ALBERTO GIACOMETTI

Monte del Forno. Circa 1923.

Huile sur toile. 60 x 50 cm.

Vendu pour CHF 940 500

 

GIOVANNI GIACOMETTI

Theodora. 1914.

Huile sur toile. 125 x 200 cm.

Vendu pour CHF 538 000

 

ERNST WILHELM NAY

Mit vielfältigem Gelb. 1958.

Huile sur toile. 100 x 81 cm.

Vendu pour CHF 186 500

 

MAX LIEBERMANN

Grosse Seestrasse in Wannsee.

Huile sur toile. 73 x 91.5 cm.

Vendu pour CHF 561 000

 

EMIL NOLDE

Kleiner Dampfer. 1910.

Huile sur toile. 34.5 x 28 cm.

Vendu pour CHF 372 500

 

BERNARD AUBERTIN

Simplement Rouge. 1998/99.

Oil on canvas. 300 x 500 cm.

Vendu pour CHF 36 500

 



 

Résultats spectaculaires pour les ventes d’art asiatique à Zurich :
DES OEUVRES D'ART EXCEPTIONNELLES DE LA CHINE IMPÉRIALE ET DES SCULPTURES DE L'HIMALAYA ATTEIGNENT DES PRIX RECORD CHEZ KOLLER

Les ventes aux enchères d’art asiatique qui ont eu lieu les 13 et 14 juin derniers chez Koller à Zurich ont eu un succès prodigieux, donnant lieu à une série de prix de vente record, très élevés pour des objets d’art de Chine et des sculptures lamaïques : l’on notera en particulier trois objets d’art de Chine impériale d’une grande rareté, provenant d’une collection privée, qui à eux seuls ont réalisé la somme extraordinaire de 2,64 millions de francs suisses, ainsi qu’une sculpture d’un Bouddha  provenant du nord-est de l’Inde qui a été vendue pour 1,17 million.

Ces deux journées de ventes aux enchères se sont traduites par un total de 8,4 millions de francs suisses, bien au-delà du total des estimations (CHF 2,9 millions), ce qui fait de cette vente la plus réussie de toutes les ventes aux enchères d’art asiatique organisées en Europe cette saison.



Regi Preiswerk, chef du département des arts d’Asie chez Koller déclare : “C’était tout-à-fait palpitant d’offrir ces magnifiques œuvres d’art à la vente dans nos salles, car grâce à une campagne de marketing intense en Chine et à notre présence lors de la foire internationale d’antiquités (International Antiques Fair) à Hong Kong, nous avons réussi à attirer une nouvelle et importante clientèle de vendeurs et d’enchérisseurs que nous accueillons avec joie au sein de la clientèle habituelle de Koller.”

DES TRÉSORS DE CHINE IMPÉRIALE FONT SENSATION
Trois objets d’art exceptionnels, apparaissant pour la toute première fois sur le marché, sont passés en vente le 13 juin chez Koller à Zurich, où ils ont créé un vif engouement qui a été ressenti jusqu’à Pékin et Hong Kong. Ces trois objets – une cloison palatiale, une paire d’encensoirs impériaux en bronze et une cloche de bronze portant l’épigraphe d’un empereur – ont fait partie durant 100 ans d’une collection privée allemande avant de passer en vente chez Koller. Ces trois lots retourneront très certainement en Chine.

Une ancienne cloche chinoise change de propriétaire pour 1,2 million de francs suisses
Cette cloche de bronze « Bozhong » date du XVIIIème siècle et porte une épigraphe de l’empereur Qianlong (1711-1799). Onze cloches antiques furent découvertes en 1761 par des bergers, puis parvinrent à la cour impériale. A la série originelle de douze tons, il ne manquait qu’une seule cloche, celle que l’empereur ordonna de fabriquer afin de compléter la série, et qu’il munit d’une épigraphe. Après une longue et âpre guerre d’enchères, la cloche fut adjugée à un enchérisseur chinois pour CHF 1.2 million.

Une éblouissante cloison palatiale adjugée à près d'un million de francs suisses

Les recherches faites par Koller ont révélé que cette cloison, dont le travail de sculpture ajourée est de la plus haute finesse, fut très probablement exécutée pour les appartements de la veuve de l’empereur, l’impératrice douairière Cixi (1835-1908). Cette cloison, sculptée sur les deux faces et ajourée avec maestria, est caractéristique des pièces de mobilier ornant les palais impériaux chinois de l’époque des Qing. Il existe à Pékin deux autres objets connus comparables à cette paroi : une cloison palatiale servant de passage qui se trouve dans le palais Chuxiugong situé dans la partie ouest de la Cité Interdite, et une autre cloison que l’on pouvait admirer dans le palais Yiluandian – malheureusement entièrement détruit lors d’un incendie en 1901. L’heureux enchérisseur de Koller aura obtenu ainsi la seule cloison de ce type jamais offerte en vente publique pour la somme de CHF 940 500.

Des encensoirs en bronze de la Chine impériale vendus pour plus de huit fois leur estimation
La provenance impériale de cette paire d’encensoirs en bronze n’a jamais fait de doute, car des objets comparables n’existent que devant deux palais édifiés dans la Cité Interdite, ainsi qu’à l’entrée du parc Beihei qui, lui aussi, faisait autrefois partie de la cité impériale. Ces encensoirs en forme de dragon-tortues ou Bixi, animaux mythiques chinois, virent immédiatement s’envoler les enchères bien au-delà des estimations préalables pour atteindre la somme inespérée de CHF 486 000.

DES BRONZES LAMAÏQUES ATTEIGNENT DES PRIX RECORD
La demande pour l’art lamaïque a surpris par son ampleur lors de la vente aux enchères du 13 juin chez Koller à Zurich. De nombreuses sculptures atteignirent des prix bien supérieurs à leurs estimations, tels que le Buddha Shakyamuni de l’empire Pala qui s’est vendu pour CHF 1,17 million, une statue népalaise du royaume de Khasa-Malla qui fut adjugée pour CHF 538 000 et une merveilleuse statue tibétaine d’un Bodhisattva debout au masque serein qui changea de mains pour CHF 750 000.


Pour davantage d'informations et les catalogues en ligne, veuillez cliquer ici.



LE TOP DIX, ARTS D'ASIE:

 

IMPORTANTE CLOCHE IMPÉRIALE EN BRONZE “BOZHONG“

China, Qianlong, datée 1761. H 85 cm.

Avec inscription impériale.

Adjugée pour CHF 1,2 million

 

BOUDDHA SHAKYAMUNI

Inde du nord-est, Pala, 8e / 9e siècle. H 16,5 cm.

Bronze avec incrustations d'argent et de cuivre.

Adjugé pour CHF 1,17 million

 

MAGNIFIQUE CLOISON PALATIALE

Chine, 19e siècle.

287 x 396 x 11 cm.

Adjugé pour CHF 940 500


SCULPTURE D'UN BODHISATTVA DEBOUT

Tibet, 14e siècle. H 27 cm.

Alliage de cuivre doré au feu.

Adjugé pour CHF 756 500

MANJUSHRI AVEC AURÉOLE

Népal, Khasa Malla, 14e siècle. H 23 cm.

Alliage de cuivre doré au feu.

Adjugé pour CHF 538 000

 

RELIEF AVEC HUIT LUOHANS

Chine, dynastie Qing. 14,5 x 21,5 cm.

Plaque de jade de couleur vert céladon.

Adjugé pour CHF 515 000

 

PAIRE D'ENCENSOIRS IMPÉRIAUX AVEC DRAGONS-TORTUES (BIXI)

Chine, 18e / 19e s. L 42 cm. Bronze à patine verte.

Adjugé pour CHF 486 250


BOUDDHA ASSIS

Chine, dynastie Ming. H 81 cm.

Laque sèche et traces de dorure.

Adjugé pour CHF 288 500

PARAVENT IMPÉRIAL EN BOIS DE ZITAN

Chine, début du 19e siècle.

H 204 cm.

Adjugé pour CHF 240 500

 

BOUDDHA ASSIS

Tibet, 16e siècle. H 27 cm.

Alliage de cuivre doré au feu.

Adjugé pour CHF 180 500

 



UN TRÉSOR IMPÉRIAL
Un objet impérial de Chine sera offert pour la première fois en vente publique chez Koller

Regi Preiswerk, expert en art asiatique chez Koller, présente une magnifique cloison de palais sculptée, conservée pendant plus de cent ans dans une collection particulière allemande.

Catalogue spéciale (PDF)

Catalogue en ligne





LA LIBÉRATION DES SURFACES
Dadamaino et la quête de l'immatérialité


Dadamaino

" Dada Maino has overcome the ‘problem of painting’: different parameters inform her work: her paintings are the flags of a new world, they are a new meaning: they are not content with ‘saying something different’: they also say something new. "
(Piero Manzoni, 1961)

Dans les années 1950 et 60, le monde subit de profonds changements et, dans le monde de l’art également, les artistes remettent en question ses principes fondamentaux. C’est dans ce contexte que Lucio Fontana rompt avec des siècles de tradition artistique en présentant une toile monochrome percée d’une fente, permettant ainsi aux générations futures de mettre en pratique une nouvelle dimension de liberté d’expression et de pensée. Cette nouvelle génération d’avant-gardistes dans la lignée de Lucio Fontana, comprenant entre autres Piero Manzoni, Enrico Castellani et Dadamaino, exige et met en pratique une révision radicale des idées artistiques. En 1961, Manzoni s’exprime comme suit à leur sujet : " L’émergence de nouvelles conditions et de nouvelles problématiques crée le besoin de nouvelles solutions, de nouvelles méthodes, et de mesures à prendre. On ne s’envole pas en courant ou en sautant : nous avons besoin d’ailes. Il ne suffit pas de procéder à des modifications. La transformation doit être totale. Pour cette raison, nous ne comprenons pas les peintres qui prétendent s’intéresser aux nouvelles problématiques, mais qui en même temps se mettent devant une toile dans le but de la remplir de couleurs et de formes de plus ou moins bon goût. (…) Pourquoi ne pas enfin libérer ces surfaces ? Pourquoi ne voulons-nous pas enfin comprendre que l’histoire de l’art n’est pas l’histoire des peintres, mais celle des découvertes et des innovateurs ? " (Flaminio Gualdoni, in : Dadamaino, Leonberg, p. 7).

 

DADAMAINO (EMILIA EDUARDA MAINO)
(1930 Milan 2004)
Oggetto Ottico Dinamico. 1965.
Aluminium fraisé sur panneau.
50 x 50 cm.
CHF 35 000 – 45 000
En vente le 1er juillet 2017

Ces idées, radicales à l’époque, ont été prises à cœur par Eduarda Emilia Maino, dite Dadamaino, qui dans sa première série d’œuvres intitulée " Volumi ", perce des formes rondes et ovales dans la toile. L’influence des " Buchi " (trous) de Fontana ne peut être reniée, comme elle le précise elle-même : " I always hated matter and sought immateriality. Of course, Fontana played a decisive role in the history of my painting (...) If Fontana had not pierced the canvas, probably I would not have dared to do so either. It totally removed matter to the point of making visible parts of the canvas, to remove any material element, to deprive it of any such rhetoric and return to tabula rasa, in purity. " Ces œuvres sont présentées au public la même année, lors de sa première exposition personnelle à la Galleria dei Bossi à Milan. Peu après, elle rejoint le projet Azimuth fondé par Manzoni, qui met en réseau de nombreux artistes européens partageant les mêmes idées : le Groupe ZERO en Allemagne avec Otto Piene et Heinz Mack, le Groupe Nul aux Pays-Bas avec Jan Schoonhoven, et le Groupe Motus en France. En 1961, elle participe à une exposition aux Pays-Bas, où son nom est écrit faux par erreur, lui conférant ainsi son pseudonyme, Dadamaino. En 1962, elle adhère au groupe " Nouvelle Tendance ", incluant notamment Raphael Soto.

Dans le cycle  " Oggetto Ottico Dinamico ", auquel appartient l’œuvre présentée ici en vente, Dadamaino se tourne résolument vers l’Op art et en partie vers l’art cinétique. Elle crée une logique minutieuse de tailles, de formes et de relations entre les espaces vides et les espaces pleins d’une œuvre, ainsi qu’entre les arrangements des panneaux. " Les côtés des carrés ainsi composés créent une impression sphérique, qui produit une fluidité dynamique. L’arrangement particulier des fraisages des panneaux annule complètement, ou en partie, la vision de l’œuvre en son entier, du fait qu’une série d’épisodes instables se déroule, qui changent selon la position de l’observateur par rapport à l’œuvre. Bien que l’objet soit statique, il fait émerger l’impression de mouvements et de variations continus. " (ibidem, p. 8).



CHOULTSE ET KOLLER A MOSCOU
Koller Auctions sponsorise une exposition importante d'oeuvres d'Ivan Federovich Choultsé

Koller a sponsorisé une importante exposition d’ œuvres du peintre russe Ivan Fedorovich Choultsé au Musée Mouravieff-Apostol. Organisée par Vadim Goncharenko, notre représentant à Moscou depuis plus de quinze ans, et l’auteur de la première monographie exhaustive sur l’artiste, l’exposition est ouverte jusqu’au 2 avril 2017.

L’exposition a suscité beaucoup d’intérêt auprès des médias russes et le musée a déjà accueilli des milliers de convives lors de la soirée d’ouverture.  Choultsé avait déjà connu un réel succès de son vivant mais, dès lors, ses œuvres sont tombées dans l’oubli. C’est donc avec un immense plaisir que Koller contribue à révéler ses superbes paysages au grand public. Une seconde exposition est prévue pour l’automne 2017 dans la ville natale de Choultsé, à savoir Saint-Pétersbourg.



Images du vernissage :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Oeuvres de Choultsé dans nos ventes de mars 2017 :

IVAN FEDEROVIC CHOULTSE (St. Petersbourg 1874-1939 Nice)

Scène d'hiver dans les Alpes. 1923.

Huile sur toile. 54 x 65 cm.

CHF 70 000 - 90 000

 

IVAN FEDEROVIC CHOULTSE (St. Petersbourg 1874-1939 Nice)

Soir doré (Pays Basque).

Huile sur toile. 54.5 x 65.5 cm.

CHF 60 000 - 80 000


IVAN FEDEROVIC CHOULTSE (St. Petersbourg 1874-1939 Nice)

Lever de Lune (Méditerranée).

Huile sur toile. 65 x 92 cm.

CHF 50 000 - 70 000





TOUS LES CHEMINS MÈNENT À ROME
Documents majeurs de la Renaissance contenant d’importantes découvertes mis en vente dans le cadre de la vacation de livres et de manuscrits autographes chez Koller le 1er avril


Une partie de la Tabula Peutingeriana

Un important groupe de documents liés à Conrad Peutinger (1465-1547) sera présenté en vente chez Koller le 1er avril dans le cadre de la vente de livres et de manuscrits autographes. Peutinger, érudit humaniste, ambassadeur et homme politique d’origine augsbourgeoise, exerça une influence importante de son vivant, mais reste surtout en mémoire pour une carte ayant fait partie de sa collection : la Tabula Peutingeriana, copie médiévale d’une ancienne carte romaine, et seul témoin de la tradition cartographique romaine transmis à ce jour. Le réseau entier des routes romaines, s’étendant de la côte méridionale d’Angleterre jusqu’à l’Inde et même quelques parties de Chine, y est dessiné sur un rouleau de parchemin de 6,75 mètres de long. Cette carte de format horizontal a forcément un caractère schématique, mais les distances entre les différents points y sont indiquées de façon précise, ce qui permettait au voyageur médiéval de planifier un périple, disons, de Genève à Constantinople, et de savoir ce qui l’attendrait en route, jour après jour.

La Tabula Peutingeriana fut léguée à Peutinger à travers le testament de son ami humaniste Conrad Celtis (1459-1508). Celtis ne précise pas comment il en est entré en possession et mentionne seulement qu’il l’aurait « trouvée » dans une bibliothèque. Cependant, un document présenté dans la même vente chez Koller pourrait apporter de la lumière sur l’origine de cette découverte (lot 533) : dans une série de notes sur une carte appartenant à Matthäus Lang von Wellenburg, évêque de Gurk et plus tard archevêque de Salzbourg (1468-1540), Peutinger mentionne la carte comme Carta Magna. Dans l’inventaire ce sa bibliothèque, Peutinger désigne la fameuse carte offerte par Celtis comme charta longa. Si la « grande » et la « longue » carte faisaient référence au même document, ceci pourrait bien représenter un nouvel indice sensationnel quant à l’origine de ce manuscrit d’importance historique.




Un portrait du vivant de Conrad Peutinger par Christoph Amberger. 

Un autre document de Peutinger redécouvert récemment fera partie de la vacation du 1er avril. Il s’agit d’un traité sur les relations entre la royauté et la papauté : un sujet sensible, en particulier à l’époque de son origine, à l’apogée de la Réforme protestante (lot 532). Peutinger était un intime et conseiller de l’empereur des Romains Maximilien I er (1459-1519), et il est très probable que Maximilien ait tenu compte des arguments de valeur historique et légale de l’humaniste augsbourgeois lorsqu’il rompit avec la tradition et devint le premier empereur des Romains à ne pas être couronné par le pape à Rome, s’autoproclamant empereur à Trente en 1508. Ce document souligne ainsi l’importance de Peutinger au sein de la structure politique et du mouvement humaniste de son temps.

Les documents de Peutinger dans cette vente se trouvent sous les numéros de catalogue 531 - 534. La vente aura lieu le 1er avril 2017 à partir de 14 heures HAEC.





COMMUNIQUE DE PRESSE APRES-VENTE
Ventes à Zurich d’art moderne et contemporain, art suisse, joaillerie et horlogerie, arts décoratifs du 20ème siècle, et arts d’Asie : 30 novembre - 8 décembre 2016

Les ventes d'art moderne, contemporarin et suisse chez Koller ont réalisé 98% des estimations ; les ventes de la semaine entière atteignent les 91%.

Les ventes aux enchères de novembre-décembre chez Koller ont été très fructueuses grâce à la vente d’œuvres d’artistes modernes et contemporains tels que Keith Haring, Ai WeiWei et Banksy ; une œuvre du peintre suisse Albert Anker a été vendue à plus d’un million, et d’excellents résultats pour le nouveau département de photographies ainsi que le département d’horlogerie, dont une montre Patek Philippe vendue pour près d’un demi million.



KEITH HARING.
Red, Yellow, Blue #22. 1987. Vendu pour CHF 408 500.

Art Moderne & Contemporain
Keith Haring et Ai WeiWei accompagnés de Picasso et Renoir

L’œuvre de Keith Haring « Red, Yellow & Blue #22 », offerte au chanteur, poète et acteur autrichien André Heller à l’occasion de la naissance de son fils, a été vendue au dessus de son prix d’estimation à CHF 408 500 (lot 3477). Une très belle pièce, une sphère percée par l’artiste conceptuel chinois Ai Weiwei (lot 3486) a été adjugée à CHF 228 500. La série de céramiques et lithographies de Picasso a remporté un  grand succès avec, par exemple, le très beau « Danaé », une linogravure de 1962 qui a atteint CHF 66 500 (lot 3659). L’œuvre quasi-originale de Louise Bourgeois, « Girl with Hair » est montée à CHF 60 500 (lot 3744) et « Choose your weapon », une sérigraphie en couleur par le street artist Banksy, vendue pour 22 100 (lot 3761).

« Pré, arbres et femmes » d’Auguste Renoir de 1899 a été vendu pour CHF 264 500 (lot 3204) et un nouveau record mondial a été atteint pour l’artiste italien Vittorio Zecchin avec son œuvre aux airs de Klimt datant de 1914, « Le Mille e una Notte », au prix de CHF 120 500 (lot 3215).



Résultats sélectionnés, Art Moderne & Contemporain :

PIERRE-AUGUSTE RENOIR

Pré, arbres et femmes. Vers 1899.

Huile sur toile.

Vendu pour CHF 264 500

 

AI WEIWEI.

Sans titre (Foster Divina). 2010.

Vendu pour CHF 228 500


PABLO PICASSO

Danaé. 1962. Linogravure.

Vendue pour CHF 66 500


ALBERT ANKER. Grand-mère et garçon endormi. Vendu pour CHF 1,17 million.

Art Suisse
Œuvre d’Anker vendue pour plus d’un million

Une scène de genre touchante réalisée par Alber Anker d’une femme âgée avec son petit-fils endormi au coin du feu (lot 3032) a atteint CHF 1.17 million à la vente du 2 décembre, et un magnifique coucher de soleil sur le Lac Léman de François Bocion a été vendu pour CHF 102 500 (lot 3016). Les highlights des artistes suisses contemporains comprennent une nature morte de Felix Vallotton (CHF 144 500, lot 3094) et un grand portrait d’une apprentie élégamment vêtue par l’artiste Varlin qui a touché CHF 120 500 (lot 3089).



Résultats sélectionnés, Art suisse :

FELIX VALLOTTON

Vase vert et bol blanc. 1919.

Huile sur toile.

Vendu pour CHF 144 500

 

CUNO AMIET

Lueg. 1930.
Huile sur toile.

Vendu pour CHF 132 500


VARLIN (Willy Guggenheim)

"L'Italiana". 1962.
Huile et craie sur toile.

Vendu pour CHF 120 500


THOMAS HOEPKER. Muhammad Ali showing off his right fist. Archival pigment print, vers 2009.
Vendue pour CHF 20 900

Photographie
Franc succès pour un nouveau départementt

La première vente autonome de photographies pour Koller depuis plus de dix ans a obtenu d’excellents résultats, particulièrement pour les clichés de Mohammed Ali prises par le photographe documentaire allemand Thomas Hoepker. Le rare et impressionnant « Right Fist » a été vendu au double de son prix d’estimation basse à CHF 20 900 (lot 1716) et une autre image d’Ali en train de prier avant un match a atteint les CHF 16 100 (lot 1719). L’inoubliable portrait de Desmond Tutu par Richard Avedon a été vendu pour CHF 17 300 (lot 1727) et une série de portraits de Marylin Monroe pris par Bert Stern a atteint des prix élevés, tels que « Marylin Monroe with Jewellery », un tirage tardif qui a été adjugé néanmoins à CHF 19 700 (lot 1699).



Résultats sélectionnés, Photographie :

ALBERT STEINER

Le soir au lac de Silvaplana. 1919.

Tirage argentique, après 1950.

Vendue pour CHF 11 250

 

DOUGLAS KIRKLAND

"Marilyn Monroe 1961".
Archival pigment print, tirage tardif. Probablement 2013.

Vendue pour CHF 11 250


BERT STERN

Marilyn Monroe with Jewellery.
Archival pigment print, tirage tardif. Vers 2009.

Vendue pour CHF 19 700


PATEK PHILIPPE. Chronographe en acier avec cadran à deux tons, 1961. Réf. 1463. Vendue pour CHF 456 500.

Montres & Joaillerie
Une rare Patek  Philippe vendue pour plus d’un demi-million

La vente d’horlogerie du 30 novembre comprenait une rare montre Patek Philippe avec un chronographe en acier datant de 1961. Pièce importante pour les collectionneurs, comportant le numéro de référence 1463, elle était la première montre imperméable faite par Patek Philippe., produite à partir des années 1940 jusqu’en en 1965 au nombre total de seulement 750 montres environ. La plupart étant fabriquée en or jaune, les versions en acier inoxydable sont devenues très recherchées d’autant plus que l’état impeccable de cette montre la rendait particulièrement attrayante pour les collectionneurs. Après une intense bataille d’offres téléphoniques, la montre a été vendue pour CHF 456 500 (lot 2574, estimé CHF 180 000- 300 000).

Le reste de la vente d’horlogerie a également remporté un grand succès, avec 94% vendu par lot, et presque 200% par valeur. Uwe Vischer, le directeur du département d’horlogerie chez Koller a commenté : « Nous sommes très heureux de voir une progression positive pour la vente d’horlogerie chez Koller – en l’espace de seulement dix-huit mois des ventes autonomes, nous avons réussi à attirer une clientèle internationale et fidèle, prête à payer des prix tels que celui atteint pour la  montre Patek Philippe 1463. »

Le highlight de la vente de joaillerie du 30 novembre était une magnifique bague sertie d’un rubis birman et de diamants. Le rubis non chauffé de 7,05 ct a attiré de nombreux enchérisseurs et a été adjugé au double de son prix d’estimation (lot 2122, CHF 228 500). Des pièces signées continuent à bien se vendre, telle qu’une bague au diamant taillé en forme poire du joaillier de Düsseldorf René Kern qui a été assignée à CHF 168 500 (lot 2024), et un bracelet en diamant et platine de Van Cleef & Arpels vendu pour 126 500 (lot 2206).


Résultats sélectionnés, Montres & Joaillerie :

BAGUE RUBIS BIRMAN ET DIAMANTS

Très fin rubis birman de 7,05 ct, non-chauffé.

Vendue pour CHF 228 500

 

PATEK PHILIPPE

Calendrier perpetuel. 2001.
Réf. 3940J.

Vendue pour CHF 35 300


BRACELET DIAMANTS, VAN CLEEF & ARPELS

Vers 1930. Platine.
Vendu pour CHF 126 500


EMILE GALLE. Vase, vers 1900. Vendu pour CHF 11 250.

Arts décoratifs du 20ème siècle
Tapisseries modernes et pâte-de-verre de Gallé fortement demandés

Des tapisseries modernes étaient une fois de plus les objets les plus prisés de la vente du 2 décembre, avec « Dirty Blues » une tapisserie dessinée par Alexandre Calder vendue pour CHF 29 300, bien au dessus de son prix d’estimation (lot 1249). Des œuvres en pâte-de-verre d’Emile Gallé ont également eu beaucoup de succès, tel qu’un vase à motifs aquatiques adjugé à CHF 11 250 (lot 1076). Le meilleur lot du département d’Art Nouveau était une boîte en émail et argent de Josef Hoffmann  où son design épuré brouille les limites entre l’art de la Belle Epoque et le Modernisme (lot 1093, CHF 28  100).


Résultats sélectionnés, Arts décoratifs du 20ème siècle :

ALEXANDER CALDER

Tapisserie "Dirty Blues". 

Exemplaire d'artiste.

Vendue pour CHF 29 300

 

MARZIO CECCHI

Bureau en acier poli "Diapason".
Design 1968 pour Studio Most ed.

Vendu pour CHF 20 900

JOSEF HOFFMANN

Boîte à bijoux en argent et en émail. Vers 1905.

Vendue pour CHF 28 100



ARMOIRE PEINTE. Conrad Starck (1769-1817). Appenzell, 18e siècle. Vendue pour CHF 58 100.

La collection Fröhlich
Grand succès pour la collection d’arts décoratifs de St. Gall

Le mobilier alpin et les arts décoratifs provenant de la succession du célèbre antiquaire Hansueli Fröhlich a attiré de nombreux enchérisseurs et acheteurs durant la vente du 1er décembre. Plus de 180 lots d’art populaire de Suisse orientale ont été offerts, avec des pièces très souvent hautes en couleurs et toujours de la plus haute qualité, sélectionnées pendant les décennies de la carrière de l’antiquaire. Le lot phare était une rare armoire peinte par l’artiste appenzellois Conrad Starck (1769-1817), adjugée pour CHF 60 000 (lot 4156). Dans son ensemble, la vente a obtenu 150% de sa valeur estimée.



Résultats sélectionnés, La collection Fröhlich :

HORLOGE EN FER A UNE AIGUILLE, AVEC REVEIL

Gothique, Winterthur, datée de 1597.

Monogrammée UL (Ulrich et Andreas Liechti).

Vendue pour CHF 34 100

 

TABLE A TRETAUX D'EPOQUE GOTHIQUE TARDIF

Grisons, 16e/17e siècle.

Vendue pour CHF 6 875


SIEGE DE LUGE A DECOR PEINT

Toggenburg, vers 1800.

Vendue pour CHF 2 500


AVALOKITESHVARA DEBOUT. Tibet, 15e siècle. Vendu pour CHF 138 500.

Arts d'Asie
Bouddhas tibétains encore en forte demande, succès pour la collection de sculptures en jade

Des sculptures bouddhistes du Tibet ont atteint des prix élevés durant la vente d’Art asiatique les 7 et 8 décembre chez Koller à Zurich. Le meilleur lot était une figure de Vairocana, un des Bouddha primordiaux, représenté avec une expression souriante paisible, qui a atteint les CHF 144 500 – presque le triple de son prix d’estimation. Parmi les autres représentations bouddhistes ayant obtenu d’importants résultats, une figure tibétaine datant du 15ème siècle du Dieu de la Miséricorde  à onze têtes, Avalokiteshvara, a été vendue pour CHF 138 500 (lot 111), tandis qu’une élégante figure de Maitreya incrustée de pierres (lot 108) a été adjugée à CHF 62 900.

Le bois Huanghuali continue à être très demandé, comme l’a démontré une armoire à deux portes du 19ème siècle (lot 295), vendue pour CHF 72 500. La collection de sculptures en jade a remporté un succès singulier, telle que la charmante sculpture en jade blanc veiné roux de la dynastie Qing représentant un chameau assis qui a été vendue pour CHF 30 500 (lot 185). Parmi les objets en porcelaine dans cette vente, deux bols au décor « sanduo », en référence au décor de fruits des « trois abondances », dit « sanduo » (pêche, grenade et lychee),  a atteint CHF 72 500 (lot 379).

Le lot phare de l’art japonais et de l’Asie du sud-est a été un monumental Bouddha birman en laque sèche. Cette sculpture du 18/19ème siècle,  provenant vraisemblablement du château de Bellikon en Suisse, mesure presque trois mètres de haut et représente le Bouddha assis en profonde méditation (lot 459, CHF 46 100).


Résultats sélectionnés, Arts d'Asie :

SARVAVID VAIROCANA

Tibet, 16e/17e siècle.

Vendu pour CHF 144 500

 

CHAMEAU ASSIS EN JADE SCULPTE

Chine, début de la dynatie Qing.
Vendu pour CHF 30 500


DEUX BOLS "SANDUO"

China, marque et période Yongzheng.
Vendus pour CHF 72 500





Record du monde pour une œuvre symboliste italienne chez Koller

Vittorio Zecchin

Le 3 décembre dernier, "Le Mille e una Notte" de Vittorio Zecchin (1878-1949) a atteint un record mondial pour une peinture de l’artiste italien avec le prix de CHF 120 500.

Vittorio Zecchin est né à Murano, où son père travaille dans une fabrique de verre. Il étudie la peinture à l'Académie des Beaux-Arts de Venise, mais renonce, déjà à 23 ans, à sa carrière d'artiste étant en désaccord avec le style d'enseignement de l'Accademia qu’il considère ennuyeux et pensant que personne ne serait à l’écoute de ses idées. Il travaille ensuite pendant huit ans comme fonctionnaire, jusqu'à ce qu'il entende parler d’un nouveau mouvement artistique à Venise qui le convainc finalement à retrouver le monde de l'art. Ce groupe d'artistes est alors fortement influencé par Klimt et la Sécession viennoise et expose ses œuvres entre 1908 et 1920 au Musée d'Art Moderne de Ca'Pesaro à Venise.

Fasciné par la peinture mystique et symboliste de l'époque ainsi que par le mouvement Art Nouveau, Zecchin se rend à Vienne vers 1910 pour prendre connaissance des artistes et de leur travail in situ. Il y rencontre Gustav Klimt qui aura une influence durable sur sa création artistique. Zecchin applique ses talents non seulement à la peinture, mais aussi à la verrerie et à la tapisserie, et dirige les verreries Cappellin-Venini à partir de 1921.


VITTORIO ZECCHIN (1878-1949)
Le Mille e una Notte. 1914. 
Huile sur toile.
140 x 110 cm.

Vendu à Zurich le 3 décembre 2016
pour CHF 112 500 (record mondial).

Le point culminant de son activité de peintre arrive en 1914, lorsqu’ il termine «Le Mille e una Notte», une peinture murale de trente mètres de long comprenant douze œuvres individuelles représentant le cortège d'Aladdin et son entourage, alors qu’il vient demander au Sultan la main de sa fille. Le travail a été commandé par l'Hôtel Terminus à Venise, qui avait alors l'intention d'exposer le tableau dans sa salle à manger.

L’œuvre avait été achetée par l'antiquaire Giacomo Cappellin, et a ensuite été accrochée dans son showroom dans le palais Renaissance Da Mula à Murano. Le Musée Ca'Pesaro de Venise est actuellement propriétaire de six des douze peintures tandis que les six œuvres restantes se trouvent dans des collections privées ou institutionnelles.





Sam Francis: Lumière embrasée

Sam Francis dans son atelier.

Samuel Lewis Francis, né en 1923 à San Mateo, en Californie, décide de devenir artiste suite à une expérience traumatique. Après avoir étudié la médecine et la psychologie à l’Université de Berkeley dès 1941, Francis a servi dans l’armée américaine en tant que pilote de 1943-1945. Les impressions de couleurs abstraites et de variations de formes créées par les paysages vus d’en haut se retrouveront plus tard dans ses tableaux. Peu de temps après, suite à un accident d’avion dans le désert californien lui ayant causé de graves blessures au dos, Francis a été confiné à un lit d’hôpital pendant une longue période. C’est à partir de là qu’il commence à peindre et décide d’entamer une carrière artistique. De 1945 à 1950, il étudie l’art en Californie puis se rend directement à Paris après son diplôme. Il y rejoint la scène artistique et se sent particulièrement proche de Jean-Paul Riopelle.

Un des aspects frappants de l’œuvre de Francis est l’impression que ces toiles ne sont qu’un extrait d’un ensemble plus vaste. Le bord des images n’offre aucune limite à ses compositions abstraites, mais semble plutôt se développer vers l’infini. L’idée de l’extrait peut être comprise de différentes manières : l’image comme un extrait d’une vie, le prolongement du moment (de peindre) en un temps infini, un extrait du monde intérieur (des sentiments) en un phénomène du cosmos visible. Bien que la peinture reste abstraite, les formes amorphes et organiques rappellent des micro-organismes, que Francis a probablement observés durant ces études de médecine.

SAM FRANCIS (1923-1994)
Drift II. 1976.
Aquarelle et gouache sur papier.
58 x 82 cm.

Vendu à Zurich le 3 décembre 2016 pour CHF 72 500

Ces premières œuvres témoignent de son processus de travail et de formation. Francis commence par placer la feuille sur le sol et esquisse ensuite la « clôture », rempli d’aquarelles émergeantes. Puis, il déverse, fait couler la peinture et éclabousse de couleurs épaisses le fond accroupi au dessus de son œuvre. La particularité de cette technique est qu’elle est très spontanée et dynamique, tout en engageant une réflexion de l’artiste et de son action.

Le traitement de la couleur chez Francis est fortement influencé par les post-impressionnistes et les maîtres italiens de la Renaissance alors que sa gestuelle provient de son temps passé au Japon en 1957, où il est entré en contact avec la technique au pinceau haboku. La luminosité résultant de chaque couleur, accentuée par un noir sombre, confère à son travail artistique une vivacité et une luminosité qui démontrent toute l’énergie de son talent en tant que représentant renommé de l’expressionisme abstrait lyrique.

“Color is light on fire. Each color is the result of burning, for each substance burns with a particular color.” ("La couleur est de la lumière embrasée. Chaque couleur est le résultat d’un embrasement, étant donné que chaque substance brûle avec une couleur particulière." (Sam Francis, in cat. de l'exposition : Sam Francis, Los Angeles, 1980, p. 10).



EXPOSITION DE HIGHLIGHTS A GENEVE

Une sélection d'oeuvres de nos ventes de novembre - décembre à Zurich sera exposée pendant trois jours à Genève.

Joaillerie · Montres · Art suisse · Art moderne & contemporain · Design · Art Nouveau & Art Déco

du samedi 12 au lundi 14 novembre 2016, 10h - 18h

 
Hôtel de la Paix
11, quai du Mont-Blanc
1201 Genève
tél. +41 22 311 03 85
geneva@kollerauctions.com





ABEL GRIMMER. Cinq allégories des mois de l'année. Huile sur panneau.
Adjugées à CHF 745 000.

Pour nos ventes de printemps 2017 nous recherchons :
Tableaux & dessins de Maîtres anciens et du 19e siècle,
Mobilier ancien, Argenterie, Porcelaine, Sculptures, Livres & manuscrits

Koller est la seule maison de vente aux enchères en suisse et parmi les seules en Europe à organiser des ventes deux fois par an dédiées exclusivement aux arts anciens, du Moyen Age jusqu’au 19e siècle. Pendant six jours en mars et en septembre, nous organisons des vacations spéciales de Maîtres anciens, de sculptures, de livres et manuscrits, ainsi que du mobilier ancien, de l’argenterie et de la porcelaine.

Grâce à des décennies d’expérience dans ces domaines, chacun de nos experts possède une connaissance approfondie, mais aussi un accès personnel aux plus grands experts reconnus dans chaque domaine des arts décoratifs ainsi que pour chaque peintre de renommé.

Les œuvres qui nous sont confiées bénéficient d’un examen rigoureux quant à leur âge, attribution et authenticité, à la lumière des études les plus récentes dans la matière. Ces enquêtes sérieuses nous permettent non seulement de garantir tous ce que nous indiquons dans les descriptions principales du catalogue, mais aussi d’avoir constitué une clientèle fidèle composée des plus importants collectionneurs d’art du monde entier, pour qui les ventes chez Koller font parti de leurs rendez-vous importants dans l’année.

Nos prochaines ventes de Maîtres anciens et d’antiquités auront lieu au mois de mars 2017. Jusqu’à la fin de cette année vous pouvez nous confier les œuvres pour ces ventes, et en tout temps nos experts sont à votre disposition afin de vous fournir des estimations, ainsi que de vous donner des conseils quant à la meilleure façon de gérer et de vendre vos œuvres d’art et de collection.

 


Contactez-nous dès aujourd’hui pour une estimation gratuite et confidentielle :

Old Master Paintings, Collections and Estates
Cyril Koller

Old Master & 19th Century Paintings
Karoline Weser

Old Master & 19th Century Drawings & Prints
Franz Diegelmann

Furniture & Decorative Arts, Antique Sculpture, Collections and Estates
Luca Raschèr
Stephan Koller

Porcelain, Glass, Estates
Sabine Neumaier

Silver
Corinne Koller

Books, Autographs & Illuminated Manuscripts
Andreas Terwey



Une sélection de prix réalisés pour l'art ancien lors de nos ventes aux enchères récentes

OSIAS BEERT

Nature morte aux fleurs.

Huile sur panneau.

Adjugé pour CHF 480 500

 

MODELE RARE D'UN PERROQUET "AUGUSTUS REX"

Meissen, modèle attribué à Kirchner, vers 1731.

Adjugé pour CHF 29 300


PETER APIAN

Astronomicum Caesareum. 1540.

Adjugé pour CHF 660 000

IMPORTANT BUREAU PLAT DU MARQUIS DE NICOLAY

Par André Charles Boulle, Régence, Paris, vers 1720.

Adjugé pour CHF 3,01 millions

JEAN-BAPTISTE CAMILE COROT

Les danseurs de Castel_Gandolfo. Vers 1855-60.

Huile sur toile.

Adjugé pour CHF267 400

SUZANNE ELIZABETH EYNARD-CHATELAIN

Portrait du prince Alexandre Maurocordato.

Aquarelle et craie sur papier.

Adjugé pour CHF 30 500

 

RECIPIENT A BOIRE EN FORME DE BATEAU

Poinçon de maître Heinrich Winterstein.

Augsbourg, 1600-1610.

Adjugé pour CHF 444 000

 

ALBERT ANKER

Jeune fille avec une corbeille près de la forêt. 1872.

Huile sur toile.

Adjugé pour CHF 1,63 millions

 




Avedon et Tutu : une rencontre de légendes

La publicité de Winterthur International, 2001.

La séance de portrait de Richard Avedon avec Desmond Tutu en 2000 fut une véritable rencontre entre deux légendes: d’une part, Tutu, lauréat du prix Nobel et champion infatigable des Droits de l'Homme et de l'égalité raciale, et d’autre part, Avedon, l'un des plus célèbres photographes de mode et de portraits du monde. C’est une campagne de publicité pour Winterthur Assurances qui a mené les deux hommes à se rencontrer. La campagne était basée sur la gestion des risques et le portrait était accompagné d'une citation de Desmond Tutu: “Of course, faith is a risk – but one I would never risk living without”.

Le thème était tout à fait approprié sachant que tous deux étaient habilités à prendre des risques. Profitant de sa position éminente en tant qu’évêque du Lesotho puis comme archevêque de Cape Town, Desmond Tutu s’est battu pendant des décennies contre le système d'apartheid en Afrique du Sud pour dénoncer les lois de ségrégation, ainsi que pour susciter les réactions sur d'autres sujets tels que la question palestinienne, la seconde guerre du Golf et la reconnaissance des droits homosexuels en Afrique du Sud.

Sa quête de justice ne se limitait pas aux dirigeants blancs d'Afrique du Sud; il a également été une voix critique envers les dirigeants du Congrès National Africain (ANC) lorsqu’il l’estimait nécessaire. La réception du prix Nobel de Tutu en 1984 lui conféra un certain statut qu’il utilisera afin de lutter contre l'apartheid. "(Ce prix) a ouvert de nombreuses portes pour notre peuple" a-t’ il dit, "cela a été important à ce moment de notre histoire parce que nous tendions à sortir hors du champ de vision et cela nous y a ramené de façon spectaculaire." ("It opened doors, which was important for our people," he said. "It was important for our people at that point in our history because we were tending to go off the radar screen and this brought us back spectacularly.")

RICHARD AVEDON (1923-2004)
L'archevêque Desmond M. Tutu. Photographie originale.
Tirage "Archival Pigment", imprimé sur plaque d'aluminium. 2000.
Env. 120 x 120 cm.

Provenance:
- Offert par le photographe aux responsables du projet chez Winterthur International
- Collection privée, Suisse.

En vente le 3 décembre 2016 à Zurich

CHF 12 000 / 18 000
Bien que Tutu se soit officiellement retiré de la vie publique, il continue à donner occasionnellement des conférences et est membre du groupe "The Elders", constitué d’hommes d'État influents tels que Kofi Annan et Jimmy Carter, qui se réunissent afin de trouver des moyens pour la paix dans le monde.

Richard Avedon a créé et rendu célèbre un style spécifique de photographie de mode en noir et blanc grâce à ses mises en scènes audacieuses, telle que son célèbre cliché avec Dovima, l'un des modèles les plus en vogue à cette époque, exécutée dans un cirque en 1955. L'image, toujours fascinante, de "Dovima avec les Eléphants", met en scène le modèle parmi les pachydermes vêtue d'une robe du soir de Christian Dior. Avedon n’a jamais hésité à photographier les personnalités les plus puissantes au monde, et a infailliblement réalisé des portraits chargés de narration et d’émotion, avec ou sans l’approbation de son sujet.

Tout comme les plus grands portraitistes à travers l'histoire de l’art, le nom d’Avedon était suffisant pour convaincre le personnage le plus prisé ou récalcitrant à accepter une séance avec le photographe. Philippe de Montebello écrit: "Tout comme le grand photographe français du 19e siècle Nadar su capturer le génie créatif des personnalités de sa génération par le biais de portraits vivants, Avedon, un siècle plus tard, recueillit les principaux acteurs de son époque en les immortalisant brillamment dans un portrait qui interpelle par son audace et par la conscience de l’instant présent". (“Much like the great nineteenth-century French photographer, Nadar, whose telling portraits of rare individuals captured the creative genius of his generation, so Avedon, a century later, collected the key players and directed them in a brilliant portrait of an era that was questioning, unruly, and self-consciously alive.")

Dans ce portrait riche en contraste, Avedon tente de transmettre la personnalité intense de son modèle. Le regard de Tutu est dirigé vers le spectateur, et ses mains sont repliées devant sa bouche, comme en prière. La silhouette de son corps se perd dans le décor et le contour de ses vêtements sombres se fond dans l'arrière-plan. Une fusion transcendantale de l'image et la personne a lieu ici, et le corps de Tutu semble flotter dans l'air tel un fantôme. Seul le flash de l’appareil photo perceptible dans les yeux du modèle rapporte le spectateur à la réalité. Et ce regard, nous ne l’oublierons certainement jamais.



La Tulipomanie ou quand l’Economie engendre l’Art

Jan Brueghel le Jeune, Allégorie de la Tulipomanie (détail), vers 1640.

La forte augmentation du prix des bulbes de tulipes au début du 17ème siècle aux Pays Bas a non seulement donné lieu à la première bulle économique de l'histoire, mais a aussi occasionné de belles séries d’aquarelles servant d'illustrations des catalogues de vente de fleurs.

Les tulipes ont commencé à être cultivées de façon régulière en Hollande à partir de 1600 environ. La popularité de cette fleur coïncidait alors avec la récente indépendance des Pays-Bas et la richesse croissante de sa classe moyenne ce qui explique que la tulipe prit bientôt le caractère de symbole de cette nouvelle situation économique. Dès 1634, la demande pour certains types de tulipes commence à augmenter de façon spectaculaire engendrant la création d’un marché à terme (peut-être le premier de son genre) et encourageant la poursuite des spéculations. Aussi, les prix attinrent bientôt des hauteurs vertigineuses avec de simples bulbes parfois vendus au delà du prix d’une maison.

Une particularité des tulipes ayant incité à les collectionner est le fait que certaines variétés de couleur n’existaient que pour un nombre limité de plantes. Aujourd'hui, nous savons que cela était dû à un virus qui affaiblissait le bulbe, mais les producteurs de l’époque avaient uniquement conscience que ces variétés de plante étaient difficiles à contrôler et que leur production était limitée.

ANTHONY CLAESZ (attribué à)
(1607 Amsterdam 1649)
Deux représentations de tulipes: 1. Tulipe rouge & blanche
2. Tulipe bleue & blanche. Aquarelle.

Provenance: la collection Schmitz-Eichhoff, Cologne.

En vente le 23 septembre 2016
Estimation: CHF 5 000 / 8 000

Certaines combinaisons rares de couleurs devinrent particulièrement à la mode, telles que les rayures rouges et blanches d'une variété connue sous le nom Semper Augustus. A la hauteur de la bulle spéculative, un collecteur désespéré de ne pouvoir se procurer une Semper Augustus a tenté en vain d'acheter un bulbe pour 10 000 florins – alors que le salaire annuel moyen d'un travailleur qualifié néerlandais était de 300 florins. Alimenté par la spéculation, le désir d’une richesse ostentatoire, et même la peste - qui est souvent mentionnée comme un facteur contribuant à la bulle spéculative car les investisseurs, encouragés par la proximité de la mort, se lançaient aveuglément dans de nouvelles entreprises risquées - le commerce de la tulipe s’efforce de produire une grande variété de formes et de combinaisons de couleurs afin de suivre la mode tant qu’elle dure.

Comme la plupart des tulipes étaient achetées avant que la plante fleurisse, et comme la loi hollandaise offrait la possibilité d’annuler le contrat si les biens n’étaient pas reçus comme décrit, cela était devenu important de définir exactement quel type de tulipe était au coeur de la transaction. C’est ici que le rôle de l’artiste était nécessaire. Des peintres tels que Anthony Claesz, Jacob Marrell et Pieter Holsteyn le Jeune était engagés pour illustrer des types particuliers de tulipes, de ce fait les fleuristes pouvaient les montrer à d’éventuels acheteurs. Ceci était d’autant plus important puisque les noms fantaisistes donnés aux fleurs (souvent précédés de titres tells que Generael ou Admirael) était parfois attribués à des types similaires ou plus d’un nom était donné au même type. Ces magnifiques illustrations étaient alors regroupées en “livres de tulipes” et montrés aux clients qui plaçaient ensuite leur commande en fonction des images.

La bulle spéculative a finalement pris fin, et à la fin de l’année 1637 certains prix avaient même chutés jusqu’à 95 % de leur prix d’origine. Toutefois le besoin pour des illustrations de tulipes subsistait, d’autant plus que les acheteurs devenaient de plus en plus prudents concernant la nature de leurs achats. Les aquarelles à disposition ici, provenant d’une collection prestigieuse de la rhénanie, témoigne d’une des périodes les plus extraordinaire dans l’histoire de l’horticulture et de l’économie.




COMMUNIQUE DE PRESSE
Résultats des ventes du 19 au 24 septembre 2016 chez Koller Zurich

Succès pour les Maîtres Anciens ainsi que la faïence en trompe-l’œil : une série de peintures allégoriques d’Abel Grimmer à atteint la somme de CHF 745'000,  tout comme la collection de faïence Baroque qui a été vendue à 90% en valeur.


ABEL GRIMMER (vers 1570 Anvers 1620).
Suite de cinq allégories des mois. Huile sur panneau. D 25 cm chacun. Vendus pour CHF 745 000.

Maîtres Anciens, Peintures du 19ème siècle & Dessins
Une rare allégorie de la Renaissance tardive a largement dépassé l’estimation haute

La rare série de cinq peintures allégoriques représentant les mois de février, mars, avril, octobre et décembre d’Abel Grimmer (env. 1570-1620) a mené la vente des Maîtres Anciens qui s’est déroulée le 23 septembre dernier. Cet ensemble a été conservé au sein de la même collection privée pendant 300 ans et sa rareté ainsi que sa beauté ont convaincu un collectionneur privé de miser la somme de  CHF 745'000 afin d’obtenir cette merveille (lots 3033A à 3033E estimés initialement CHF 500'000 à CHF 700'000).

Parmi les autres highlights, une Vierge à l’Enfant peinte par Tommaso di Credi (peintre Florentin actif vers 1490-1510) à été acquise pour CHF 96'500 (lot 3012) ainsi qu’ une nymphe au bain de l’artiste allemand Carl Spitzweg (1808 Munich 1885) changera de mains pour la somme de CHF 96'500 (lot 3232).

Deux travaux de Giovanni Domenico Tiepolo (1727 Venise 1804) ont été adjugés dans la vente de dessins le 23 septembre. Une esquisse à l’huile sur papier représentant le Repos durant la Fuite en Egypte (lot 3425), est attribué au Maître en tant que possible modèle pour son atelier. Cette œuvre a atteint CHF 24'500. Un dessin à l’encre brune représentant un personnage arborant une tenue orientale (lot 3452), remarquable par sa spontanéité, est acquis pour CHF 8'750.


ASSIETTE EN TROMPE-L'OEIL AVEC OEUFS. France du nord, milieu de 18e s.
Vendue pour CHF 9 375.

Mobilier et Arts Décoratifs
Collection Schmitz-Eichhoff : céramiques en trompe-l’œil extrêmement prisées

L’exceptionnelle collection de céramique en trompe-l’œil de Marie-Theres Schmitz-Eichhoff a suscité beaucoup d’intérêt au niveau international et la vente du  19 septembre a créé l’événement grâce à l’acquisition de 90% des lots en valeur de cette vacation. Le catalogue rassemblait environ 250 faïences en trompe-l’œil représentant de nombreux et délicieux sujets du 18ème siècle : terrines en forme de choux, légumiers au décor de bottes d’asperges, assiettes aux œufs, haricots ou encore noisettes. Nombreux de ses lots ont été présentés à l’exposition de 1999 au Musée des Arts Décoratifs (MAK) de Cologne ou plus récemment au Musée Hetjens de Dusseldorf en 2006.  

Parmi les lots phares de la vente, il faut noter un plat représentant des œufs durs du milieu du 18ème siècle (lot 1751) vendu CHF 9'375 alors que son estimation était de CHF 4’000-6'000, une soupière bruxelloise en forme de chou-fleur (lot 1758, vendu pour CHF 9'375) ainsi qu’un vase en porcelaine de la manufacture de Höchst orné de fleurs et d’insectes, acquis pour CHF 10'625 (lot 1783).


PAIRE DE VASES "AUX TETES DE LION". Régence / Louis XV. Vendue pour CHF 156 500.

La vente du 22 septembre dédiée au mobilier et aux sculptures proposait une paire de vases Régence-Louis XV en porcelaine à montures de bronze doré d’une extraordinaire qualité et finesse d’exécution, comblant ainsi le nouveau propriétaire (lot 1089, CHF 156'500). Provenant du Nord de l’Italie, une sculpture de Madone polychrome datée entre le 14ème et 15ème siècle a été acquise pour CHF 42'500 (lot 1027). Une pendule en porcelaine Blanc de Chine « Au Magot » (lot  1095) datant de l’époque de Louis XV a trouvé preneur pour CHF 62'900.


LYUBOV POPOVA. 5 x 5 = 25. (Catalogue de l'exposition à Moscou en 1921). Vendu pour CHF 42 500.

Livres & Autographes
Fossiles et Erotica

Le premier travail dédié aux fossiles jamais publié a été vendu lors de la vente Livres & Autographes du 24 septembre. L’adjudication a été cinq fois supérieur à son estimation, CHF 74'900 (lot 428, estimé 14’000-20'000). Merveilleusement illustré par un naturaliste suisse, Conrad Gessner, il a été publié en 1565-66.

La collection Erotica a remporté un franc succès. Entre autre le premier ouvrage  du Marquis de Sade, « La nouvelle Justine » écrit lors de son emprisonnement à la Bastille, s’est vendu pour CHF 58'100 (lot 191).

Parmi les œuvres plus récentes, c’est une illustration de l’artiste de l’avant-garde russe Lyubov Popova dans un catalogue d’exposition de 1921, « 5x5=25 », qui s’est vendue pour CHF 42’500 contre une estimation de CHF 4’000-6'000 (lot 256).


 

UN RÉGAL POUR LES YEUX ET LES PAPILLES

En parcourant l’exposition de Koller West cette semaine, vous pouvez également profiter d’un délicieux repas au restaurant-mobile Deli Donkey, qui sera stationné en face de notre salle d’exposition à la Hardturmstrasse 121.

Deli Donkey est présent du mercredi 14 au vendredi 16 septembre, de 11h à 14h.

Les ventes aux enchères de Koller West regroupent des meubles, bijoux, œuvres d’arts et objets décoratifs accessible à toutes les bourses. Vous pourrez y découvrir une collection d’objets maritimes tel qu’un modèle télécommandé d’un sous-marin soviétique et des spots de style industriel dans l’esprit très tendance des grands lofts à Manhattan. Vous pouvez consulter nos catalogues ici.

L’exposition de Koller West est ouverte du mercredi 14 au dimanche 18 septembre, de 10h à 19h. Les ventes aux enchères se tiendront du 19 au 23 septembre.


Selected works, Koller West

CHRISTIAAN LODEWIJK WILLEM DREIBHOLTZ

(1799 Utrecht 1874).

Bateaux en haute mer.

Huile sur panneau.

PENDENTIFS D'OREILLE EN JADEITE, vers 1920

Chacun avec une larme de jadéite d'env.14 x 5 mm. L env. 4 cm.

 

FLIPPER

Modèle "Dancing Lady", Gottlieb & Co., USA, 1966

Métal imprimé, verre et bois. Numéro de série 6902 sur étiquette et incisé.

MODELE RADIOCOMMANDE D’UN SOUS-MARIN SOVIETIQUE SSM ALFA

20e siècle

Bois, plastique et métal

123 x 21 x 22 cm.




Collaborez avec l’une des plus éminentes maisons de ventes aux enchères d’Europe et ce, ici en Suisse. 

Toute l’année, nos spécialistes sont à votre disposition près de chez vous.

Les connaisseurs savent que l'un des meilleurs endroits au monde pour vendre de l'art se trouve ici, en Suisse. Notre pays est ancré dans une longue tradition de collections d’art et bénéficie d’un taux réduit de la TVA, de réglementations intéressantes d'import-export, ainsi que l'une des plus fortes concentrations au monde de millionnaires.

Koller est célèbre dans le monde entier pour ses expertises pointues et pour sa longue expérience de prise en charge de collections internationales. Nous avons démontré à maintes reprises que les prix réalisés lors de nos ventes aux enchères à Zurich atteignent le plus haut niveau international. De plus, nous nous appliquons à rendre l'expérience de nos vendeurs la meilleure possible.

Osias Beert, vendu pour CHF 480 500

Nos experts : la perspicacité mise à profit

Les experts de Koller, spécialisés dans plus de quinze domaines de collection, examinent les œuvres d'art à la lumière des dernières découvertes scientifiques afin de définir chaque provenance par le biais d’enquêtes approfondies. Grâce à cela, de nombreuses œuvres, jusqu'ici anonymes, ont été identifiées par notre équipe de spécialistes et adjugées au-delà du million (Guido Reni : CHF 1,22 millions ; Eglon van der Neer : CHF 510 000 ; Francisco de Goya : CHF 2,67 millions,  etc.).



Pierre-Auguste Renoir, vendu pour CHF 733 500.

Art Moderne & Contemporain : dans le marché international

Des œuvres modernes d'artistes français, allemands et italiens sont souvent vendues aux meilleurs prix à des collectionneurs du marché international (Signac : CHF 5,3 millions ; Dali : CHF 4,4 millions ; Renoir : CHF 2,7 millions ; Fontana : CHF 1. 67 millions).


Giovanni Giacometti, vendu pour CHF 4,04 millions (record mondial).

Des record mondiaux pour l'Art suisse

En outre, nous atteignons régulièrement des records mondiaux lors de nos ventes d'art suisse, tel qu’il a été le cas le mois dernier avec un tableau de Giovanni Giacometti (CHF 4,04 millions) et un dessin d'Albert Anker (CHF 1 million).


Anselm Kiefer, vendu pour CHF 360 500

Un service à la hauteur de vos besoins

Chez Koller, nous offrons à notre clientèle un service complet, de l’estimation gratuite et sans engagement jusqu’au paiement en temps et en heure. Notre équipe de professionnels expérimentés répondent à vos besoins, y compris l'expédition des lots, leur couverture d'assurance, l’élaboration d’un catalogue soignée et précise ainsi qu’un marketing à la pointe.

Nos clients peuvent avoir directement accès aux responsables de chaque département de la société, de même qu’aux membres de la direction, qui veillent à assurer personnellement le bon fonctionnement du processus de vente, de la consignation aux enchères.

Les ventes de notre maison subsidiaire, la Koller West, sont la plate-forme idéale pour la vente d'objets purement décoratifs souvent issus de successions et collections. Chaque œuvre d'art est ainsi présentée et mise en vente dans un cadre approprié.

Enfin et surtout, les termes et conditions de Koller sont hautement compétitifs et des plus attractifs pour les vendeurs.


Bracelet, Lacloche Frères, vendu pour CHF 264 000

Des estimations gratuites et confidentielles

Contactez-nous, dès aujourd'hui, pour une estimation gratuite et sans engagement : nos spécialistes sont toujours prêts à vous rendre visite, partout en Suisse.

Nous avons hâte de collaborer avec vous!




Delta 2 - Art en mouvement

DELTA 2

(né à New York en 1965 – vit et travaille à New York)
Sans titre.
Peinture à l’aérosol sur toile.
151,5 x 234 cm.

Provenance:
- Galerie Schurr, Stuttgart.
- Acquit à Stuttgart par le propriétaire actuel; dès lors dans une collection privée du Sud de l’Allemagne.

Exposition: Stuttgart 1984, Galerie Schurr. Graffiti Writers aus New York, 7 juillet - 31 août 1984.

Vendu à Zurich pour CHF 9 375 le 25 juin 2016

Le Street Artist Delta 2, né en 1965 dans le Spanish Harlem, débute sa carrière avec ses peintures dans les métros à la fin des années 1970 à New York.
Inspiré par des wagons entiers recouverts de graffiti par des artistes légendaires tels que Blade, Ban 2 et Lee, il développe rapidement son propre style et crée son propre nom parmi les grapheurs. Au début des années 1980, il fonde un petit collectif, Kings Arrive, et laisse sa marque distinctive sur de nombreux trains de la ligne de métro 6, ralliant Pelham Bay à Brooklyn.

A cette époque, le milieu du marché de l’art commence à reconnaître la qualité de ces rapides, expressives et flamboyantes œuvres d’art qui se multiplient dans toute la ville. Dès 1984, le travail de Delta 2 est exposé dans différentes galeries européennes, dont la galerie Gallozzi-La Placa à Londres. L’artiste est également invité aux célébrations du 25ème anniversaire de Valentino sur la célèbre Piazza di Spagna à Rome.

Après un bref tour d’Europe durant lequel il exécute certains des premiers trains d’Europe, Delta 2 quitte la scène du Street Art et change de support en se concentrant sur la peinture sur toile ainsi que le dessin à l’encre et au stylo.
Il commence à développer cette nouvelle technique à cause du manque de support lorsqu’il est incarcéré pour avoir enfreint la propriété des transports métropolitains de New York.

Aujourd’hui, Delta 2 continue à peindre sur commande, et son travail est inclut dans la récente exposition “Street Art – Banksy & Co” au Palazzo Pepoli à Bologne (18.03 – 26.06.2016).





LOVIS CORINTH, Zinnien. 1924.

 


Technologie par  


ARTMYN, un start-up de l'EPFL/LCAV, a développé une technologie révolutionnaire pour la numérisation en très haute qualité d’œuvres d’art permettant une visualisation interactive sur des appareils mobiles via un simple navigateur web. Un scanner unique en son genre saisit des giga-octets de données pour capturer l’œuvre dans ses moindres détails. Au travers de son application web, ARTMYN amène une interaction d’un réalisme inconnu jusqu’à ce jour. Cette expérience complètement nouvelle permet à l’utilisateur d’entreprendre un voyage riche en émotions où les répliques numériques peuvent être examinées comme si l’original était entre leurs mains.
Pour explorer cette nouvelle technologie, veuillez cliquer ici




CANNES AUX ENCHERES

VENTE AUX ENCHERES EXCEPTIONNELLE DE CANNES EN PARTENARIAT AVEC CANEMANIA

Koller Genève est heureux de vous annoncer une vente extraordinaire en collaboration avec l’association CANEMANIA. Cet événement aura lieu le 16 septembre dans le cadre de la 10e Conférence Internationale des Collectionneurs de cannes. La vente comprendra une centaine de cannes, pommeaux et ombrelles originales datant du 17e au début 20e siècle.

N’hésitez pas à saisir cette occasion pour inclure vos cannes à systèmes, décoratives et d’art populaire dans cette vente d’exception. Nos experts sont à votre disposition dès à présent pour une évaluation gratuite et confidentielle.

Contact :
KOLLER GENEVE
+41 22 311 03 85
geneva@kollerauctions.com





Dessine-moi un vaisseau spatial

SYLVIE FLEURY

(Genève 1961 – vit et travaille à Genève)

First Spaceship on Venus, 1995

Tôle d'acier galvanisée et acier

Hauteur 218 cm

CHF 15 000 – 25 000

Vente le 25 juin 2016

Sylvie Fleury, née à Genève en 1961, est une artiste qui crée des objets, des installations et des performances. Depuis les années 1990, elle attire l’attention avec des œuvres et mises en scène inspirées de produits de consommation de luxe, issus de la mode et des cosmétiques. Ainsi, la pile de sacs de shopping de 1990 provenant de marques luxueuses telles que Chanel et intitulée « C’est la Vie ! » fait allusion au consumérisme actuel et à la puissante aura que détiennent ces marques de renom. Nombreux sont ceux qui voient dans le travail de l’artiste une critique ou du moins une analogie entre le consumérisme et l’art contemporain. En effet, de plus en plus de nouveaux collectionneurs « consomment » l’art comme un produit de luxe alors qu’une fois le vernissage terminé, les galeries s’empressent de préparer une nouvelle exposition. L’art, considéré comme la dernière mode à suivre, est avidement consommé et rapidement remplacé. Sylvie Fleury n’émet pas une critique directe de ce processus mais le présente plutôt en tant que fait et réalité dans un espace défini. La réflexion critique sur le sujet reste donc libre au spectateur.

L’artiste intègre dans son travail une touche et une pensée très féminines alors qu’elle agit dans une scène artistique encore dominée par la gente masculine. Plusieurs de ses pièces présentent des objets généralement dédiés aux hommes tels que voitures, moteurs et fusées qu’elle revêt de couleurs et matériaux spécifiquement féminins. Aussi, trouve-t-on autant de vaisseaux spatiaux habillés de fourrure, ou extrêmement polis selon les dernières couleurs tendance, que de moteurs et de pneus chromés d’un vernis doré étincelant.

La pièce présentée ici – une fusée spatiale composée de zinc et d’acier dont la surface a été brillamment polie – est un magnifique exemple de l’usage ludique que fait Fleury d’un objet traditionnellement masculin. En outre, cette œuvre offre l’opportunité d’une réflexion sur les délimitations cosmiques, l’univers et les tensions entre art et sphères de confiance, un des thèmes majeurs de son travail.





Robert Rotar ou l’art dans le continuum spatiotemporel

Robert Rotar avec sa « machine à peindre », vers 1963

Robert Rotar est l’une des figures artistiques les plus extraordinaires de la deuxième moitié du 20ème siècle. Pendant quatre décennies, il a puisé son inspiration dans de nombreux domaines, allant de la numérologie à la physique nucléaire, afin de synthétiser et distiller son concept artistique en une forme unique : la spirale.

Né à Berlin en 1926, Rotar se forme d’abord comme ébéniste avant d’étudier la peinture, l’histoire du mobilier et le design d’intérieur à Cologne et Brême. Son emploi en tant que dessinateur et manager dans l’entreprise de design Knoll à Stuttgart et Düsseldorf le mène à fréquenter des artistes contemporains tels que Joseph Beuys et James Lee Byars, les architectes comme Mies van der Rohe, les galeristes allemands les plus influents ainsi que les marchands les plus réputés des années 1960. Aux yeux de tous, Rotar est considéré comme une personne introvertie. Cependant, il maintient de longues relations avec ses connaissances, particulièrement avec Beuys et Byars. A partir de 1973, l’artiste décide de se dévouer exclusivement à la peinture et à la photographie.



Robert Rotar
(Berlin 1926 - 1999 Düsseldorf)
Sans titre. Huile sur toile. 80 x 80 cm.
en vente le 25 juin 2016
estimation CHF 15 000 – 25 000

Déjà vers 1947-48, il commence à travailler la peinture en y insérant le motif de la spirale. « Je peins la spirale dans toutes ses variantes », dit Rotar. « Ce qui me fascine est comment elle se développe par le biais d’une force centrifuge. Tout comme dans la théorie de la relativité, j’utilise le phénomène du temps combiné avec la rotation an tant que quatrième coordonnée dans l’espace. Lorsque je connecte deux points subjectifs ˝fixes˝, l’inclinaison de la spirale devient alors visible.» 1 En 1963, l’année où Rotar se rend à New York pour rencontrer Mies van der Rohe, il invente une « machine à peindre », afin de reproduire son concept de spirale dans un continuum spatiotemporel.

Depuis que science et philosophie tiennent une même place primordiale dans sa vision du monde, ses connaissances s’étendent à un vaste éventail de sujets. Dans le royaume de la science, Rotar étudie l’astrophysique, la physique nucléaire, la biologie moléculaire, les recherches sur le cerveau et la génétique tout en fréquentant d’éminents scientifiques dans ces domaines. Ses intérêts philosophiques incluent l’hermétisme, la magie et l’astrologie anciennes, l’alchimie, la Kabbale et le Tarot, les religions du monde, le néo-platonisme, les mystérieuses croyances anciennes et l’ésotérisme, l’écriture runique, la numérologie et bien d’autres sujets encore.

Le processus créatif de Rotar reflète ce mariage entre science et pensée philosophique, et sa peinture peut être comparée à une expérience scientifique atteinte à travers la méditation. "Peindre est pour moi un risque", déclare Rotar en 1978, "parce que le résultat ne peut pas être anticipé durant le travail de développement ou d’expérimentation (...) le sentiment d'espace et de temps a une priorité plus élevée pour moi que la réflexion optique. Pour ces raisons, certains de mes travaux importants ont été peints avec les yeux fermés, car il me semble que cela permet au spectateur de prendre part à la réflexion méditative.

« Rotar peint souvent en état de transe méditative, entièrement ancré dans sa situation spirituelle», écrit l'historienne d'art et amie proche du peintre, Ingrid Skiebe. "Son impulsion artistique n'est pas dirigée par une gestuelle spontanée, mais plutôt par un dialogue spirituel avec le motif de la spirale. La spirale - qui symbolise pour lui l'infini, la virginité et l'éternel – est le thème qui lui a permis d'aborder de manière efficace les questions fondamentales sur l’être et le cosmos.»


COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Vente aux enchères à Koller Zurich, 17-23 mars


Michaelina Wautier, portrait de Martino Martini,
vendu CHF 480 500 record mondial pour une oeuvre de cette artiste vendue aux enchères

Nouveau record mondial pour les maîtres anciens chez Koller

La semaine de ventes d’art ancien chez Koller a donné d’excellents résultats, notamment pour des œuvres d’artistes tels que Caspar David Friedrich et Osias Beert. Le sommet a été atteint avec un portrait de Michaelina Wautier, vendu pour près d’un demi-million de francs suisses, et engendre un nouveau record mondial pour cette artiste.


Osias Beert, vendu à CHF 480 500.

Tableaux de Maîtres Anciens

Un portrait énigmatique du milieu du 17ème siècle créé par Michaelina Wautier a suscité la frénésie générale durant la vente aux enchères des Maîtres Anciens chez Koller (lot 3057). Les tableaux de cette artiste flamande sont rares. En effet, seules vingt-cinq de ses œuvres sont répertoriées. La dernière fois que Koller a offert une de ses peintures, en 2003, le prix record de CHF 54 000 avait été atteint. Ce résultat a largement été dépassé par le portrait en tenue asiatique du missionnaire et cartographe Martino Martini avec le prix époustouflant de CHF 480 500 qui a dépassé toute attente. En parallèle, une nature morte florale par Osias Beert, peintre pionnier du genre provenant aussi de l’école flamande du 17ème siècle, a partagé la place de Highlight de la vente avec une même adjudication à CHF 480 500 (lot 3031).


Eduard Grützner, vendu à CHF 67 700.

Peintures du 19ème siècle

Une série de portraits d’hommes dans des brasseries et caves à vin réalisée par l’artiste bavarois Eduard Grützner a largement dépassé les estimations initiales. Ainsi, la représentation d’un brasseur en train de savourer un moment de quiétude avec un cigare et une bière a été vendue à CHF 67 700 (lot 3209). Un paysage tardif de Jean-Baptiste Camille Corot, issu de la collection l’ingénieur ferroviaire écossais, James Staats Forbes, change de mains pour CHF 84 500 (lot 3214), tandis qu’une magnifique vue du Port de Marseille par Felix François Ziem (lot 3205) trouve acquéreur pour CHF 59 300.


Portrait d’Alexandros Mavrokordatos,
vendu CHF 30 500.

Dessins

Il s’agit cette fois du dessin d’un chêne dénudé par l’artiste romantique Caspar David Friedrich (lot 3457), qui a vu son estimation doubler et atteindre le prix de CHF 65 300. Autrefois conservé à la Kunsthalle de Mannheim, ce dessin au crayon illustre la grande attention que Friedrich accordait aux sujets naturels. Un magnifique portrait du premier ministre grec Alexandros Mavrokordatos (lot 3468) par Suzanne Eynard-Chatelain a atteint CHF 30 500, soit le triple de l’estimation. Mavrokordatos, ami de Lord Byron et héros de l’indépendance grecque, est représenté ici comme un combattant libre et déterminé.


Assiette "Flaming Tortoise" de Meissen, 
vendue for CHF 36 500

Porcelaine & Argenterie

Le lot phare de la collection Max Fahrländer a été l’exceptionnelle assiette au décor de “Flaming Tortoise” de style Kakiémon comportant la marque prestigieuse d’Augustus Rex (lot 1737, vendu pour CHF 36 500). Cette indication témoigne, d’une provenance non seulement liée à la collection personnelle d’Augustus III mais aussi à l’histoire tumultueuse d’une céramique ayant été produite dans le cadre du scandale Hoym-Lemaire en 1730 (voir article détaillé ici). Parmi les autres lots importants de la vente, il faut mentionner une seconde assiette de la manufacture de Meissen issue du service Sulkowski destiné à un comte polonais, ami d’enfance d’Auguste III (lot 1778, vendu pour CHF 30 500), ainsi qu’une terrine au décor de chinoiseries de forme inhabituelle (lot 1775) ayant atteint le prix remarquable de CHF 22 100.


Louis Renard, vendu pour
CHF 90 500

Livres & Autographes

La vente aux enchères de livres et autographes a présenté de nombreux volumes rares et illustrés sur l’Histoire et les Sciences naturelles provenant de collections privées, dont un ouvrage de Louis Renard du début du 18ème siècle qui se trouve être une des éditions les plus anciennes avec des illustrations de poissons exotiques réalisées in situ par les marins de la Dutch East India Company (lot 353) Vendu pour CHF 90 500, ce livre a ainsi plus que doublé sa valeur estimée. L’œuvre de François Levaillant sur les perroquets datant de 1801-05 a également été vivement disputée dans la salle de vente avant d’être adjugée CHF 102 500 (lot 356). D’autre part, la première édition complète de l’Encyclopédie de Diderot et D’Alembert, comprenant des volumes rares autrefois confisqués par le Vatican, a été remportée pour CHF 90 500 (lot 328). La correspondance des artistes modernes a suscité un large intérêt durant la vente d’Autographes, avec notamment une importante collection de lettres échangées entre Oskar Kokoschka et le directeur de longue date du Kunsthaus de Zurich, Wilhelm Wartmann (lot 420, vendu CHF 10 000), ainsi qu’une série de missives et cartes postales d’Edvard Munch datant des années 1920-30 (lot 421, vendu CHF 23 300).


Marilyn Monroe par Bert Stern, 
vendu pour CHF 23 300

Photographies

Un portrait de Marilyn Monroe exécuté durant le célèbre “last sitting” de Bert Stern, et colorié à la main par le photographe, a atteint plus que quatre fois son estimation en atteignant le prix de CHF 23 300 (lot 561). De plus, un album de clichés vintage de Rio de Janeiro des années 1880 par Marc Ferrez a été adjugé à CHF 7 500 (lot 525), tandis qu’un beau et mystérieux nu du photographe suisse René Groebli a trouvé preneur pour CHF 6 875 (lot 557).


Broche avec perle et diamants, Chaumet,
vendu CHF 17 300

Joaillerie

Le lot phare de la vente de joaillerie est une bague en diamants avec un saphir birman de 13.70 ct. Il a atteint la somme de 160 000 (lot 2033). Les pièces signées Cartier, Chaumet et Bulgari ont perpétué la récolte de très hautes sommes, comme le magnifique lot de la couverture du catalogue, une broche florale en diamants avec une perle de Chaumet (lot 2032, CHF 17 300), ainsi qu’une bague en platine avec saphir et diamant signé Bulgari, qui a atteint la somme de CHF 48 500 (lot 2182).


Louis XV bureau attributed to J.-P. Latz,
vendu à CHF 192 500

Mobilier

Le mobilier de prestige a également atteint d’excellents résultats lors de la vente du 23 mars. Un collectionneur privé suisse a déboursé la somme de CHF 192 500 pour un bureau de dame finement marqueté, attribué à J.-P. Latz et dont les bronzes dorés au mercure et marqués du « C couronné » attestent de sa fabrication à la fin des années 1750 (lot 1107). Une console italienne Rococo en bois doré (lot 1037) s’en va jusqu’en Russie pour trouver sa place dans une collection privée (CHF 79 700). Une table à jeux mécanique du milieu du 18ème siècle, créée par Andrea Torazza, artisan originaire de Gênes, retournera sur ses terres d’origine en intégrant une collection génoise pour la somme de CHF 72 500 (lot 1051).


La maison Koller propose aux enchères une œuvre majeure de Giovanni Giacometti: Le Panorama de Flims

En juin, la maison de vente aux enchères Koller met en vente le Panorama de Flims, une œuvre très connue de Giovanni Giacometti. Père des artistes Alberto et Diego Giacometti, ce peintre a composé ce tryptique en 1904 pour le prestigieux Hotel Waldhaus, aujourd’hui renommé Waldhaus Flims Mountain Resort & Spa («Waldhaus Flims»), afin d’inaugurer le nouveau casino de l’hôtel. L’œuvre demeure l’une des pièces phares de Giacometti. Le Waldhaus Flims apparaît dans la partie centrale de la peinture, nichée au cœur d’un paysage printanier représentant la Vallée de Flims avec les majestueuses alpes suisses en arrière-plan. La partie de droite montre le Lac de Cauma avec ses bains thermaux, construits en 1880, tandis que le panneau de gauche dépeint une autre vue depuis le haut du lac sur le Waldhaus et l’Hôtel Bellavista.


Giovanni Giacometti, Le Panorama Flims, 1904. Cette peinture sera mise en vente aux enchères le 24 juin 2016 dans le cadre de la vente d’Art Suisse chez Koller à Zurich. Elle est estimée entre 3 et 4 millions de francs suisses.
Télécharger les visuels

Une œuvre clé dans l’évolution artistique de Giacometti

Le Panorama de Flims a été peint à un moment crucial de la vie du peintre : son mentor, Giovanni Segantini, meurt quelques années auparavant et Giacometti cherche à se distancer de la manière de son maître. Ce processus apparaît de manière évidente dans les panneaux latéraux, dans lesquels Giacometti développe progressivement un style plus personnel. L’œuvre est significative de par sa belle facture, mais aussi parce qu’elle marque le début de l’émancipation artistique de Giovanni Giacometti.

 

Giovanni Giacometti
(Stampa 1868 – 1933 Glion)
Le Panorama de Flims. 1904. Huile sur toile.
Monogrammé et daté en bas à gauche de la partie centrale:
GG 1904. 150 x 100 cm; 180 x 200 cm; 150 x 100 cm.
Sera présenté lors de la vente d’Art Suisse de Koller Zurich le 24 juin 2016


Oublié pendant 80 ans avant d’être retrouvé

Peu après son installation, le panorama de Giacometti a été retiré du Waldhaus Flims et entreposé sans raisons connues. Pendant quatre-vingt ans, l’œuvre est tombée aux oubliettes jusqu’à ce que le directeur de l’hôtel, Josef Müller, la redécouvre dans les sous-sols en août 1986. En présence d’un des fils de Giacometti, Bruno, et des représentants de la média, l’œuvre a été une nouvelle fois exposée au Waldhaus Flims, et ce jusqu’à récemment. L’année dernière, Z Capital Partners acquiert le Waldhaus Flims et décide de le rénover prochainement tout en maintenant la tradition et l’histoire de cet hôtel iconique dans la région. Aux yeux de Z Capital, le Panorama serait mieux conservé et mis en valeur dans une collection privée ou publique, plutôt que dans un hôtel très couru. C’est la raison pour laquelle, cette œuvre a été confiée à la maison Koller.


A PROPOS DE KOLLER VENTES AUX ENCHERES

Koller est la plus importante maison de vente aux enchères en Suisse, représentée à Londres, Munich, Hambourg, Düsseldorf, Milan, Pékin, Moscou et New York. Chaque année, Koller organise une trentaine de ventes d’œuvres d’art, d’objets précieux et de décoration, de joaillerie, d’art asiatique et de vins. La maison Koller obtient régulièrement des records de prix et jouit d’un large réseau d’enchérisseurs internationaux. Avec une équipe de spécialistes expérimentés ainsi que son partenariat avec le groupe “International Auctioneers,” cette entreprise familiale bénéficie de l’attrait d’une maison de vente aux enchères active à l’international tout en assurant un savoir-faire, une efficacité et une fiabilité suisses.